Nouvel article

1757 Views

« Ma vie s’est un peu arrêtée là »


L’épouse de l’accusé s’est présentée à la barre ce mardi matin.

Stilnox, zolpidem…lysanxia que Matthias prenait aussi…les anxiolytiques et leurs effets secondaires ont été au centre des débats du lundi soir ainsi que l’examen de la scène de crime « une scène violente avec un corps abîmé, ensanglanté, une plaie saignante au front, des traces de strangulation, une flaque de sang très importante sous le corps de la victime, un mur maculé de sang » ;  des objets retrouvés dans le coffre de la voiture. et en particulier le sac avec notamment les gants et une cagoule. Un huis clos partiel a été demandé lors des débats sur l’autopsie.

Ce mardi matin, après l’intervention du professeur en biologie sur les traces de sang, d’ADN retrouvées sur les gants, la cagoule, c’est l’épouse de l’accusé, Marine, qui s’est présentée à la barre. Elle a d’abord donné sa version des faits du 17 octobre au matin : « Mon mari m’a téléphoné le matin du drame pour me dire qu’il s’était passé quelque chose de dramatique. Quand il est arrivé avec une poupée autour de la main, il était amorphe, un légume, il ne parlait pas. je l’ai soigné, essayé d’aseptiser les plaies… il est monté téléphoner, j’ai supposé aux gendarmes. Il leur a dit que sa soeur était certainement décédée dans sa maison. Il a dit qu’il allait le dire à sa mère. Il m’a dit d’attendre dix minutes. J’ai eu peur qu’il en finisse avec lui. J’ai attendu puis je l’ai suivi. Il y avait la femme de ménage, ma belle-mère est arrivée, elle m’a demandé si j’étais au courant de ce qu’il avait fait, je lui ai dit que je venais de l’apprendre. Elle m’a dit d’appeler notre médecin traitant. Les gendarmes sont arrivés, ils ont embarqué mon mari, je n’ai pas pu l’embrasser et après je suis rentrée chez moi et puis ma vie s’est un peu arrêtée là. Mes parents sont venus chercher les enfants le soir pour partir d’ici pour qu’ils n’entendent pas des choses. et après, cela fait trois ans et demi de survie. » La présidente lui a demandé comment s’était passée la soirée de la veille. Elle a répondu avec calme : « Je conduisais, c’était arrosé, dans une soirée dans un bon restaurant il y avait des vins qui s’accordaient avec chaque plat. J’avais moins bu que Matthias. Nous n’étions pas à la même table, ils avaient séparé les couples. on est passé chercher un dossier à l’agence. J’ai appris après que c’était pour chercher des médicaments. On est rentré, j’ai pris une tisane avec ma belle-mère, on a parlé de nos soirées, Matthias est allé se coucher, il était fatigué. Ce soir-là, j’avais pris un demi stilnox. Je me suis démaquillée puis je me suis couchée avec lui, il dormait. Je me suis levée vers 8 h un peu à la bourre, j’ai fait le petit-déjeuner et amené mes enfants à l’école. C’est à 9 h 10 que Matthias m’a appelé. » La magistrat s’est étonnée qu’elle n’ait pas posé de questions sur son état, son doigt coupé. « Je ne sais pas, j’étais en panique. Il était tellement mal. J’attendais qu’il me parle » s’est-elle justifiée avant de revenir sur l’année avant le drame et la santé de son mari : « Il ne déjeunait pas, cela lui arrivait de rendre sous la douche. Je ne comprenais pas. Il maigrissait… On a eu des discussions à ce sujet… des discordes… Depuis le décès de mon beau-père on survivait. On avait une vie sociale… On avait plus de vie de couple. Il y avait beaucoup d’apparences. Je lançais mon activité, je m’occupais de mes enfants. J’étais là pour lui mais il ne communiquait pas trop. Je me suis même demandé s’il n’y avait pas quelqu’un d’autre…Mon mari est quelqu’un de précieux à mes yeux. Je ne comprends pas comment il a pu en arriver là. C’est un très bon père, un très bon ami. C’est un grand frère que j’aurais aimé avoir, quelqu’un de prévenant.» Pour elle, la mort du père a tout changé : «Il rêvait de son père, il me trouvait   à côté de lui, il faisait la gueule, il préférait être dans son rêve. » Me Catala lui a demandé « qu’on a l’impression qu’il y a un avant et un après le décès de Christian Belmon ». Elle a répondu que « quand son père est mort, on survivait ». L’avocat a souhaité qu’elle précise ce qu’elle entendait par survivre. Marine Belmon a alors déclaré : « Continuer le rythme que l’on entretenait avec nos amis, notre famille, nos enfants ; continuer alors que notre monde s’effondrait. » Me Catala a enchaîné : « Ne pensez-vous pas que c’est à partir de ce moment-là qu’il va y avoir un déséquilibre chez cet homme ? » L’épouse a répondu à cette dernière question : « Matthias s’était mis la barre trop haut. Il ne voulait pas décevoir son père. Matthias, tout lui est arrivé d’un coup. Il voulait bien faire avec tout le monde, peut-être trop.  C’était la descente aux enfers. Il maigrissait, il me disait de dire qu’il faisait du sport si on me demandait. Il a fallu que l’on s’engeule pour aller voir un match de rugby de son fils. Il ne s’occupait plus de son chien, il ne s’occupait plus de moi… »

Matthias Belmon s’est alors levé en pleurs : « Je voulais faire des excuses à Marine, je les ai abandonnés, elle et les enfants. Je voulais te demander pardon. »

Récemment Publié

»

Rugby : Gourdon XV chez « les frères du plateau »

Les Rouge et Blanc se déplacent à Saint-Cernin. « On rend visite ...

»

Cahors : Loto à l’espace Valentré ce dimanche

Coup d’envoi à 14 h 30. L’Association des Parents d’Elèves ...

»

Département du Lot : Un budget 2019  « engagé, solidaire et prévoyant »

Il a été voté à l’unanimité. 243,6 millions d’euros. Jeudi ...

»

Rugby : Déplacement à haut risque pour le GSF

Les Rouge et Noir rencontrent le leader, Belvès, ce ...

»

Sibelle et l’échelle de Richter 

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

Cahors : Deux concerts pour les 50 ans du Swing Machine Big Band

Ils auront lieu à l’auditorium les 6 et 7 avril. Le Swing ...

»

Parti Socialiste 46 : Boris Vallaud lance la campagne des Européennes

Le député des Landes est venu à la rencontre des militants. Jeudi ...

»

Football : Le PSVD’Olt veut continuer sur sa lancée

Les hommes de Jeff Barros reçoivent Pibrac ce samedi soir. En ...

»

Gouffre de Padirac : Exposition Robert Doisneau, lâcher de poules, et soirées explorateurs au programme 2019

Le site rouvre ses portes le 30 mars. Après quatre mois de ...

Menu Medialot