background img

Nouvel article

1846 Views

Cahors : Les enseignants du lycée Clément Marot s’inquiètent « de la baisse de la dotation horaire et de la dégradation des conditions de travail »


L’intersyndicale du lycée Clément Marot tire le signal d’alarme. 

L’intersyndicale (Sgen-CFDT, SNES-FSU, et UNSA) s’inquiète « de la baisse de la dotation horaire et de la dégradation des conditions de travail » pour la prochaine rentrée de septembre. Et de communiquer : « Le lycée Clément Marot serait-il trop riche ? Les professeurs du lycée Général Clément Marot de Cahors ont reçu avec consternation les projections de dotations pour la rentrée 2022. Pourtant, reçus en délégation à l’Inspection Académique, ils ont eu comme réponse que leur dotation était supérieure à la moyenne départementale ! Triste consolation ! Comme la douce indifférence des chiffres peut dissimuler une bien plus âpre réalité du terrain. Question de regard certainement ! Depuis 2019, l’établissement déplore 17 postes d’enseignants en moins (-15% environ) dans le lycée général et technologique alors que la baisse des effectifs, bien que réelle, se limitait à 6 %.  Avant la réforme des lycées instaurée par le ministre Jean-Michel  Blanquer, l’effectif moyen par classe y oscillait entre 26 et 30 par division. La prévision pour la rentrée 2022 est de plus de 33 par division ! Mais là encore, au-delà des chiffres, les élèves et les professeurs pourront témoigner de la dégradation des conditions de travail.   Comment travailler correctement avec 36 élèves de niveaux très hétérogènes, pratiquer les langues à 30, individualiser le suivi des élèves ? Et plus largement, comment lutter efficacement contre la désertification des zones rurales lorsque les moyens alloués baissent continuellement ? Comment permettre à notre jeunesse de rattraper les difficultés nouvelles issues de la pandémie de covid-19 ? Comment permettre une augmentation générale du niveau des élèves comme cela avait été annoncé au début de la réforme ? Comment, finalement, ne pas laisser des « enfants sur le bord du chemin » ? Dans le collimateur : les options artistiques en Seconde, les troisièmes langues, les langues anciennes, les spécialités dites rares, en d’autres termes la diversité des offres voulue par la réforme. Alors quel moyen reste-t-il aux enseignants pour exprimer leur découragement devant une logique purement comptable ? »

Photo DR

Récemment Publié

»

Cahors : Lancement de l’appel à projets citoyens le 1er juin 2022

Une enveloppe globale d’investissement de 30 000 euros en 2022 ...

»

Limogne : Mozart dans tous ses états à La Halle le 2 juin

Un spectacle à ne rater sous aucun prétexte. La Communauté de ...

»

Lot : Travaux à l’horizon sur les routes départementales 

Les RD 820 et RD 49, RD 662, et RD 232 sont ...

»

Rugby à XIII : Cahors Lot XIII face à Le Thor XIII pour le bouclier de Fédérale 2

Coup d’envoi à 15 h 30 ce 29 mai. Cahors Lot XIII retrouve enfin ...

»

15 petits taekwondoïstes lotois à la rencontre d’une championne du monde

Les jeunes ont participé à un stage avec Yasmina Aziez. Le ...

»

Hôpital de Gourdon : Le soutien d’Edith Lagarde et de Frédéric Gineste

Les conseillers départementaux en appellent au ministre.  Edith ...

»

Sibelle, le rendez-vous manqué avec le député et les moutons d’Ouessant 

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

Cahors : « Pablo, y’a encore du boulot !», performance artistique pour l’Ukraine et tous les migrants ce samedi 

Rendez-vous ce 28 mai, à partir de 9 h, sur le parvis de la ...

»

Budget participatif à Lalbenque : Derniers jours pour voter !

Clap de fin ce 28 mai.  Dix projets imaginés par les ...

Menu Medialot