background img

Nouvel article

2052 Views

Arcambal : L’atout formation de Transm’ETRE-46, l’école de la transition écologique


Belle initiative.

Rencontrer des acteurs locaux (maraîchers, artisans, …) et partager avec eux des éléments de leurs activités et/ou de leur mode de vie ; visiter des entreprises et/ou des chantiers significatifs ; réaliser en autonomie des activités caractéristiques (aménagement d’un local de vente locale, réfection de murs, fabrication de nichoirs, de ruches, …)

« Notre pédagogie, c’est le concret avec une dynamique de groupe ». Transm’ETRE-46, l’école de la transition écologique, située à Arcambal, accueille en formation (2 jours par semaine pendant un mois) 8 jeunes de la Mission Locale en dispositif renforcé « Un jeune une solution ».

« L’objectif du dispositif de formation, c’est de remobiliser, de reprendre du rythme, de s’ouvrir au monde du travail avec une démarche écologique. C’est la première étape d’un parcours plus long. Il y aura ensuite des formations plus précises par rapport à leurs profils, à leurs souhaits. Il y aura par exemple une formation sur l’arbre » précise Nina Paupe, encadrante technique.

« Les jeunes sont en phase de remobilisation. Ils ont tous adhéré » souligne Guillaume Bolos de la Mission Locale. « Carole Delga, la présidente de la Région, a décidé d’essaimer ce concept dans tous les départements d’Occitanie » indique Didier Labeille, président Transm’ETRE-46.

Conclusion du maire d’Arcambal, Jérôme Dietsch : «C’est une fierté pour nous que Transm’ETRE-46 soit sur la commune. On a la chance d’avoir Didier qui y consacre toute son énergie. J’espère que cette première session permettra aux collectivités d’investir pour que l’on puisse faire mieux. Je suis très confiant. »

> La place de l’animal dans le dispositif . « La traction animale est un élément majeur de réflexion autour des travaux agricoles et forestiers que nous souhaitons présenter – vigne, maraîchage, débardage, bât, … -. Le cheval, en particulier compte tenu de son « aspect socialisant », est introduit dès ce premier dispositif. Les jeunes peuvent ainsi se familiariser à son contact et participer à leur « dressage » autour d’activités ludiques. L’approche de la biodiversité est complétée par la réalisation de nichoirs. Cette activité de travail du bois est associée à la démarche identifiée lors de la visite d’une entreprise de construction bois » explique Didier Labeille.

> transmetre-46@orange.fr

Récemment Publié

»

Lot – Coronavirus : Les chiffres de ce 8 décembre avec l’activation du plan blanc

Le point sur les taux d’incidence par territoire.  Dans le Lot, ...

»

Les Pechs du Vers : Récital de Noël ce 12 décembre à Saint-Cernin

Il aura lieu à 16 h en l’église (chauffée) où Sonia Sempéré ...

»

Cahors : Jeudi tradition Aveyron « Au P’tit Bouchon » 

L’aligot est à l’ardoise.  Alors que le mardi fait la part ...

»

Le Collectif Patients Abandonnés 46 tire le signal d’alarme… médical 

Ils ont décidé de se battre contre la désertification ...

»

Marché de Noël à Cremps ce 11 décembre

Il se déroulera de 13 h à 18 h.  A l’initiative de ...

»

Saint-Céré : « La Dignité des Gouttelettes » au Théâtre de l’Usine 

Représentation pour les petits le 15 décembre.  La compagnie ...

»

Flaujac-Poujols : Accident de poids lourd sur l’A20

Le conducteur a été évacué vers l’hôpital.  Ce 8 décembre, ...

»

La Région Occitanie organise une nouvelle distribution de paniers solidaires pour les étudiants lotois

Elle s’est déroulée ce 7 décembre dans les locaux du Secours ...

»

Le festival le Lot en Meule Bleue revient en septembre 2022 avec Grand Corps Malade en ouverture

On va de nouveau se régaler les 8, 9 et 10 septembre prochains. Ce 7 ...