background img

Nouvel article

1812 Views

Arcambal : L’atout formation de Transm’ETRE-46, l’école de la transition écologique


Belle initiative.

Rencontrer des acteurs locaux (maraîchers, artisans, …) et partager avec eux des éléments de leurs activités et/ou de leur mode de vie ; visiter des entreprises et/ou des chantiers significatifs ; réaliser en autonomie des activités caractéristiques (aménagement d’un local de vente locale, réfection de murs, fabrication de nichoirs, de ruches, …)

« Notre pédagogie, c’est le concret avec une dynamique de groupe ». Transm’ETRE-46, l’école de la transition écologique, située à Arcambal, accueille en formation (2 jours par semaine pendant un mois) 8 jeunes de la Mission Locale en dispositif renforcé « Un jeune une solution ».

« L’objectif du dispositif de formation, c’est de remobiliser, de reprendre du rythme, de s’ouvrir au monde du travail avec une démarche écologique. C’est la première étape d’un parcours plus long. Il y aura ensuite des formations plus précises par rapport à leurs profils, à leurs souhaits. Il y aura par exemple une formation sur l’arbre » précise Nina Paupe, encadrante technique.

« Les jeunes sont en phase de remobilisation. Ils ont tous adhéré » souligne Guillaume Bolos de la Mission Locale. « Carole Delga, la présidente de la Région, a décidé d’essaimer ce concept dans tous les départements d’Occitanie » indique Didier Labeille, président Transm’ETRE-46.

Conclusion du maire d’Arcambal, Jérôme Dietsch : «C’est une fierté pour nous que Transm’ETRE-46 soit sur la commune. On a la chance d’avoir Didier qui y consacre toute son énergie. J’espère que cette première session permettra aux collectivités d’investir pour que l’on puisse faire mieux. Je suis très confiant. »

> La place de l’animal dans le dispositif . « La traction animale est un élément majeur de réflexion autour des travaux agricoles et forestiers que nous souhaitons présenter – vigne, maraîchage, débardage, bât, … -. Le cheval, en particulier compte tenu de son « aspect socialisant », est introduit dès ce premier dispositif. Les jeunes peuvent ainsi se familiariser à son contact et participer à leur « dressage » autour d’activités ludiques. L’approche de la biodiversité est complétée par la réalisation de nichoirs. Cette activité de travail du bois est associée à la démarche identifiée lors de la visite d’une entreprise de construction bois » explique Didier Labeille.

> transmetre-46@orange.fr

Récemment Publié

»

Cressensac-Sarrazac : Marché gourmand à l’Hôpital Saint-Jean

Il aura lieu le 14 août. Samedi 14 août, à partir de 18 h, la ...

»

Lauzès : 1ère édition du festival « Sortie de route » les 13, 14 et 15 août

Riche programme. « Prendre un virage à toute allure ».  ...

»

Accident à Figeac

Choc sur la RD 822. Ce 1er août, peu après 6h45, les gendarmes de ...

»

Petits et grands en visite au château des Doyens à Carennac !

Parcours de visite en famille. Le château des Doyens, animé par ...

»

Cahors : Le chèque solidaire de la Table Ronde à Hôpital Sourire

Joli geste du club actions. Ce vendredi 30 juillet, à La ...

»

ClassiCahors : Le festival va se clôturer en beauté

Le public a répondu présent pour l’édition 2021 avec encore ...

»

Saint-Martin-Labouval : Deux expositions à découvrir à La Salle rouge

Marie-Claude Véry et Laure Gallet présentent leurs univers ...

»

Cauvaldor : « Jouons avec les patrimoines ! » à Prudhomat et Creysse

Projet commun à destination de tous les Accueils de Loisirs Sans ...

»

Cahors : La braderie de ÔCahors, c’est du 4 au 7 août

L’association des commerçants et des artisans organise une ...