background img

Nouvel article

1546 Views

Arcambal : L’atout formation de Transm’ETRE-46, l’école de la transition écologique


Belle initiative.

Rencontrer des acteurs locaux (maraîchers, artisans, …) et partager avec eux des éléments de leurs activités et/ou de leur mode de vie ; visiter des entreprises et/ou des chantiers significatifs ; réaliser en autonomie des activités caractéristiques (aménagement d’un local de vente locale, réfection de murs, fabrication de nichoirs, de ruches, …)

« Notre pédagogie, c’est le concret avec une dynamique de groupe ». Transm’ETRE-46, l’école de la transition écologique, située à Arcambal, accueille en formation (2 jours par semaine pendant un mois) 8 jeunes de la Mission Locale en dispositif renforcé « Un jeune une solution ».

« L’objectif du dispositif de formation, c’est de remobiliser, de reprendre du rythme, de s’ouvrir au monde du travail avec une démarche écologique. C’est la première étape d’un parcours plus long. Il y aura ensuite des formations plus précises par rapport à leurs profils, à leurs souhaits. Il y aura par exemple une formation sur l’arbre » précise Nina Paupe, encadrante technique.

« Les jeunes sont en phase de remobilisation. Ils ont tous adhéré » souligne Guillaume Bolos de la Mission Locale. « Carole Delga, la présidente de la Région, a décidé d’essaimer ce concept dans tous les départements d’Occitanie » indique Didier Labeille, président Transm’ETRE-46.

Conclusion du maire d’Arcambal, Jérôme Dietsch : «C’est une fierté pour nous que Transm’ETRE-46 soit sur la commune. On a la chance d’avoir Didier qui y consacre toute son énergie. J’espère que cette première session permettra aux collectivités d’investir pour que l’on puisse faire mieux. Je suis très confiant. »

> La place de l’animal dans le dispositif . « La traction animale est un élément majeur de réflexion autour des travaux agricoles et forestiers que nous souhaitons présenter – vigne, maraîchage, débardage, bât, … -. Le cheval, en particulier compte tenu de son « aspect socialisant », est introduit dès ce premier dispositif. Les jeunes peuvent ainsi se familiariser à son contact et participer à leur « dressage » autour d’activités ludiques. L’approche de la biodiversité est complétée par la réalisation de nichoirs. Cette activité de travail du bois est associée à la démarche identifiée lors de la visite d’une entreprise de construction bois » explique Didier Labeille.

> transmetre-46@orange.fr

Récemment Publié

»

Elections régionales 2021 : Carole Delga présente la liste lotoise menée par Marie Piqué

Elle a dévoilé les noms des représentants de « L’Occitanie en ...

»

Friture sur la ligne au Rassemblement National 46

Emmanuel Crenne n’a pas mâché ses mots. Le Rassemblement ...

»

Saint-Céré : Et si vous preniez rendez-vous en ligne pour votre prochain don de sang ?

La collecte se déroulera salle polyvalente de 15 h à 19 h. En ...

»

Réouverture des musées : Zadkine et Lurçat vous attendent

Coup d’envoi le 19 mai. Les musées du Département ...

»

Le patrimoine s’anime en Vallée du Lot

C’est parti pour les visites guidées. La saison va pouvoir ...

»

Continuez de soutenir la 16ème édition du festival de Rocamadour

La campagne de financement participatif est toujours en cours. La ...

»

Espaces naturels sensibles du Lot : Les animations gratuites reprennent leur envol

Deux rendez-vous sont programmés sur le thème des oiseaux. La ...

»

La Région Occitanie soutient les projets lotois

Quelques exemples dans l’article. Suite à la commission ...

»

Les Jeunes sapeurs-pompiers de Luzech en action

Reprise des activités. Après de longues semaines de cours en ...