background img

Nouvel article

1367 Views

« 30 % des agriculteurs sont prêts à arrêter leur activité, faute de revenus »


Les Jeunes Agriculteurs et la FDSEA ont manifesté.

300x38

Mardi 12 janvier, devant la préfecture, rue des Carmes, à Cahors, une délégation de Jeunes Agriculteurs et de la FDSEA a déversé de la paille, tiré des bâches, sorti un veau comme symbole de l’élevage en crise et tagué un slogan sans appel : « Y-a-t-il un pilote dans le ministère ? »… mais on sent que la mobilisation de 2015 a laissé la place à l’exaspération voire à la colère. Les coeurs sont gros. « On a envie de pousser un coup de gueule par rapport à la conjoncture qui continue de se dégrader. La cabane, pour reprendre une expression rugbystique, elle est en train de nous tomber dessus » a déclaré le président de la FDSEA, Alain Lafragette. Et d’égrener les secteurs en crise : lait, viande bovine, porc, grandes cultures… auxquels il faut rajouter les dossiers PAC.

article

« On ne peut pas se lever le matin pour la gloire » a expliqué Ludovic Calmond, producteur laitier, qui voit ses revenus diminuer d’année en année. Même son de cloche pour Hervé Gauzin, éleveur de porcs : « C’est une situation catastrophique. Les éleveurs sont au bord du gouffre. Le cadran est à 1,06 euro le kilo. Les transformateurs, les abatteurs gardent la marge. Il faut que le gouvernement, et la grande distribution est d’accord, fasse pression pour que 30 centimes aillent directement aux producteurs. Demain, nous irons manifester chez les transformateurs. » « Dans les jours prochains, si rien n’est fait nous courons à la catastrophe » a annoncé Géraud Sindou, producteur de viande bovine. Le président de la Chambre d’agriculture, Christophe Canal, n’a pas caché son inquiétude : « On a 30 % d’agriculteurs qui sont prêts à arrêter leur activité, faute de revenus. » Le président de la FDSEA a lancé un appel : « Si vous voulez nous aider, mangez Français ! Et on demande à nos collectivités de consommer Français ! » A suivre…

> La réaction de la Préfète. Catherine Ferrier, préfète du Lot, a reçu la délégation avant de réagir : « L’Etat a eu du mal à intervenir sur la libre concurrence. Il y a des marges qui peuvent être dégagées sur les circuits de proximité. Ce sont des mesures structurelles qui porteront leurs fruits plus tard. » Sur la PAC et les déclarations de surfaces, elle a annoncé que « des vacataires ont été recrutés et formés » et que les contrôles allaient commencer.

Récemment Publié

»

Ovinpiades : Marie Delpech et Nicolas Delbos en finale du Meilleur Jeune Berger de France 2022

Ils représenteront le Lot le 26 février prochain.  Ce jeudi 20 ...

»

Cahors Football Club : Le match de ce samedi contre Biars-Bretenoux reporté 

Le Covid est de nouveau passé par là. La nouvelle vient de ...

»

Lot – Carte scolaire 2022 : Pour l’UNSA, « les dés sont jetés »

Analyse de Christine Laverdet, secrétaire départementale du ...

»

Cahors : Orientaction, le bilan de compétences a changé sa vie

Témoignage d’Hannah.  « En passant la porte de l’agence ...

»

Pradines : Journée parabadminton adapté 

Moment de partage et de convivialité.  Ce mercredi 19 janvier le ...

»

Vin de Cahors : L’UIVC dévoile une année 2022 d’animations pour célébrer le 50ème anniversaire de l’appellation

La fête aura quand même lieu.  « La crise sanitaire a une ...

»

Catus : Spectacle d’improvisation ce samedi 22 janvier 

Il aura lieu au foyer rural de Catus à 21 h.  Match retour ce ...

»

Accident à Saint-Germain-du-Bel-Air

Un poids lourd a quitté la route.  Les pompiers du Lot sont ...

»

Cahors : Soirée ciné-apéro-grignote ce vendredi au Grand Palais

Projection du film « The Chef » à 19 h 30 avant de se ...