background img

Nouvel article

777 Views

Sibelle n’oublie pas


Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et surtout par ses chats.

« Si ça continue, je vais en avoir une céphalée… » Ma protégée féline observe avec attention, voire circonspection, la campagne électorale pour les municipales à Cahors. Elle récapitule : « Nous avons donc primo des représentants d’un parti (Les Républicains) qui ne se présentent pas et ne donnent pas de consigne de vote mais reprochent aux candidats déclarés de cacher leurs étiquettes, secundo des candidats sans étiquette qui disent ne rien avoir demandé mais se retrouvent avec une étiquette, et tertio d’autres qui disent n’avoir jamais mis leur étiquette dans leur poche mais se gardent de trop l’arborer. Liste – c’est le cas de le dire – non exhaustive ! » 

Mais j’invite Sibelle à regarder ce qui se passe ailleurs, de Paris à Marseille en passant par Montpellier ou Biarritz (où deux membres du gouvernement sont pour l’heure sur la ligne de départ, ce qui est inédit) : de quoi juger en définitive que nous sommes dans le Lot presque timides en matière de petite cuisine politique ! Je suggère alors à ma tigresse domestique de prendre un peu de hauteur.

Et je veux évoquer avec elle, et donc avec vous, au-delà des futures élections, au-delà de la lourde actualité sociale et politique, ce qui doit être l’événement de la semaine. La commémoration du 75ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz.  Je relis avec elle le discours d’André Malraux de décembre 1964 quand furent transférées les cendres de Jean Moulin au Panthéon : « Entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi — et même, ce qui est peut-être plus atroce, en en ayant parlé. Avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard… » Pour rappel, un peu plus tôt, notre terre lotoise avait été mentionnée par le ministre et écrivain. « Mais voici la victoire de ce silence atrocement payé : le destin bascule. Chef de la Résistance martyrisé dans des caves hideuses, regarde de tes yeux disparus toutes ces femmes noires qui veillent nos compagnons : elles portent le deuil de la France et le tien. Regarde glisser sous les chênes nains du Quercy, avec un drapeau fait de mousselines nouées, les maquis que la Gestapo ne trouvera jamais parce qu’elle ne croit qu’aux grands arbres. » Il est d’autres manières de se souvenir, de rester vigilant, d’entretenir ce que l’on nomme désormais le devoir de mémoire. Pour que jamais, nulle part, il n’y ait d’autres Auschwitz. Avec un tel ordonnancement impeccable dans le crime contre l’humanité. C’est bien sûr d’écouter les derniers survivants. Ou c’est, par exemple, de lire ou relire certains livres.

Je pense à « Dora Bruder », de Patrick Modiano, publié en 1997, ce récit d’une enquête que l’écrivain consacra à une adolescente disparue en décembre 1941 (ses parents, inquiets, avaient publié un avis de recherche dans Paris-Soir), et dont il finit par apprendre qu’elle avait été déportée avec son père, à Auschwitz, le 18 septembre 1942. Ni elle, ni son père, juif d’origine autrichienne, ni tant d’autres, n’en revinrent. Certaines des rééditions de ce qui reste l’un des ouvrages les plus aboutis de Modiano sont ornées d’une photo de Dora avec ses parents. Le cliché date de quelques mois avant que la folie nazie ne les emporte et ne les broie ; Dora y apparaît aussi humaine et belle, un léger sourire aux lèvres, que ne fut ensuite son destin aussi inhumain qu’affreux. Sibelle m’écoute, silencieuse, grave. Puis elle murmure sur un ton qui n’appelle aucun autre commentaire : « Je suis, nous sommes Dora Bruder ».

article

Visuel @DR

Récemment Publié

»

Cahors (RD 820) : Travaux de nuit sur la rocade

La circulation pourra être interdite dans le sens Toulouse-Brive, ...

»

Cahors : Mobilisation pour retrouver les auteurs de l’attaque du commissariat

Des moyens importants sont engagés. Ce samedi 28 novembre, Michel ...

»

Cazals-Salviac : Le service enfance jeunesse s’adapte à la crise sanitaire

Entretien avec Frédéric Gineste, le responsable. Rencontre avec ...

»

Cahors : Nouvelle affaire de tag rue Victor Hugo

C’est le laboratoire Bio 3 qui a été visé. « Collabo » et ...

»

Le préfet du Lot autorise l’ouverture dominicale des commerces

Dérogation pour le 29 novembre et les 6, 13, 20 et 27 ...

»

Figeac : Des mesures en soutien à la réouverture des commerces 

Campagne d’affichage, gratuité partielle du stationnement, ...

»

Réouverture progressive des services de la ville de Cahors et du Grand Cahors

Le point dans l’article. Faisant le constat d’une ...

»

Sibelle et le « bon voisinage » dans nos campagnes

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

Cahors : Des cocktails Molotov lancés sur le commissariat

Une voiture a été entièrement brûlée dans la cour de l’hôtel ...