background img

Nouvel article

1845 Views

Présence du loup : Au nom du Département, Rémi Branco hausse le ton et « demande des actes forts »


Il est intervenu ce lundi 26 juin lors de la séance du Conseil départemental. 

Présent depuis un an, dans le Lot, le loup n’en finit plus de s’en prendre aux brebis du causse central. A ce jour, ce sont 102 brebis qui ont été tuées, et 101 blessées.

Une situation qui exaspère les éleveurs lotois. Jusqu’ici, le Département du Lot a mené des actions en lien avec les services de l’Etat, en particulier pour financer l’équipement des louvetiers.

Mais face à une situation qui se dégrade de mois en mois, il hausse désormais le ton par la voix de son Vice-Président en charge de l’agriculture, Rémi Branco. Devant la Préfète venue dialoguer avec les élus du Département ce lundi 26 juin, il n’a pas mâché ses mots : « Il faut voir la vérité en face. Les actions menées depuis un an n’ont rien changé à la situation. L’heure est grave. Le loup ne provoque pas uniquement des dégâts matériels, il plonge chaque jour davantage d’éleveurs dans une situation de colère voire de détresse. Il faut agir vite avant que ne se produise un drame. La coexistence du loup et de l’agneau sur le causse est totalement impossible compte tenu des spécificités de notre territoire. »

Pour lui, le contexte a changé concernant le loup : « Je note que l’espèce longtemps menacée est en croissance solide, qu’elle se reproduit désormais partout en France. Je note qu’à l’inverse, le nombre de brebis présentes sur le causse diminue dangereusement chaque année, tout comme le nombre d’éleveurs avec de nombreux départs à la retraite. Comment motiver de jeunes éleveurs à s’installer dans un contexte pareil ? »

Pour Rémi Branco, la disparition de la filière ovine ne serait pas simplement une catastrophe économique mais une défaite environnementale : « Je demande aux autorités nationales de bien prendre conscience du rôle fondamental que jouent nos élevages. Ils sont à la fois un rempart contre l’embroussaillement et le risque d’incendie, un puits de stockage de carbone et de rétention d’eau et enfin un formidable réservoir de biodiversité. Mesurons la chance incroyable d’avoir cette race causse du Lot qui s’adapte parfaitement au changement climatique. »

Saluant l’engagement des services de la préfecture et de la DTT, Rémi Branco a conclu son interpellation en demandant des actes nouveaux : « Un nouveau plan national est en discussion. Il doit absolument comprendre des mesures nouvelles. Parce qu’on n’a pas le droit d’abandonner nos éleveurs, pas le droit d’abandonner nos élevages qui font notre économie, notre environnement et une part, il faut bien le dire, de notre identité lotoise. »

Photo DR

Récemment Publié

»

Cambes : Le Mouton Givré, l’incroyable dynamique du 1er sac isotherme 100 % naturel 

Belle histoire.  Avec ses élégants sacs isothermes fabriqués ...

»

Labastide-Marnhac : Succès pour le déjeuner des aînés

La convivialité était de mise.  Le Club de l’amitié de ...

»

Rugby à 7 : Sevens Of Lot a brillé au Spring Sevens Festival ! 

Belle édition 2024 pour les Lotois.  Lors du Spring Sevens ...

»

Shizendo Karaté : Owen et Natan sur le podium national

Médailles pour les jeunes champions.  Samedi 8 et dimanche 9 juin ...

»

Fin de saison pour Subquercy Hockey

L’équipe se tourne dès à présent sur le tournoi du ...

»

Rugby : Les M14 de Luzech sur le pont ce dimanche à Cahors 

Ils vont participer à la journée finale Groupama.  Ce dimanche ...

»

Castelnau-Montratier :  Le Lot vu autrement… par des peintres 

Vernissage ce 13 juin.  Scène très bucolique, samedi 8 juin, sur ...

»

Disparition inquiétante : Appel à témoins lancé pour retrouver deux mineurs en fugue 

Ils sont partis à pied de Béduer ce 11 juin 2024.  La gendarmerie ...

»

Suite à l’arrêt des « mots du soir », Johann Roques lance un site pour garder le contact 

https://www.johannroques.fr est en ligne.  « Les mots du ...

Menu Medialot