background img

Nouvel article

1806 Views

Myette et les morts encombrants


Un éclat d’humour, d’enjouement et de plaisir de vivre dans la littérature féminine d’aujourd’hui.

300x38

Née à Liège et installée depuis près de trente ans à Larnagol dans le Lot, son pays d’élection, Myette Ronday publie un nouveau roman intitulé « Les morts sont devenus encombrants » aux Editions Cinq Sens. Ancien reporter de guerre, Bertie meurt lors d’un séjour à Baden-Baden. A l’entrée de l’autre monde l’attend Edna, la seule femme qu’il ait épousée et qui est décédée vingt ans auparavant, avec laquelle il revisionne sa vie en une suite de souvenirs marquants afin de s’en délester à jamais. Sido, sa jeune soeur qu’il considère comme sa fille, vit à Liège dans une maison collective peuplée de personnages étonnants. Elle entreprend seule un long voyage pour aller reconnaître le corps à la morgue et se débat ensuite avec d’invraisemblables formalités, face à des fonctionnaires obtus, pour obtenir de rapatrier le corps, tandis que dans la maison collective surviennent toutes sortes d’événements tantôt navrants, tantôt exaltants, et qu’au journal télévisé le nombre des morts s’accroît sans cesse au gré des attentats, des actes terroristes, des cyclones et des guerres qui n’en finissent pas. Si la plupart des gens vivent aujourd’hui dans un monde clos sur lui-même où l’on pense les mêmes pensées et désire les mêmes désirs, en revanche les personnages de Myette Ronday évoluent toujours dans un univers multiple où les frontières ne sont pas bien définies entre le réel et le rêve, l’ordinaire et l’occulte, le naturel et la magie, et cela grâce à une écriture subtile, inventive et enjouée. Au contraire d’être morbide voilà un roman pétri d’humour, de tendresse et de compassion, qui traite de la nécessité de se renouveler en retrouvant le plaisir qu’il y a dans la vie même.

flyerGGB_S

> Myette Ronday est par ailleurs la compagne de l’écrivain Jean-Pierre Otte et déjà l’auteur de plusieurs romans : Comment devenir une mante religieuse quand on a des réflexes de fourmi, Madame Robinson et Le vélo de Berkowitz, aux éditions Flammarion.

Image : Kylli Spare

Récemment Publié

»

Saint-Céré : Aquí l’Òc se félicite de l’adoption de la loi Molac

Le député Aurélien Pradié a également pris la parole dans ...

»

Cahors : Report et annulation de spectacles de la saison culturelle

« J’ai des doutes » avec François Morel n’aura pas ...

»

Carole Delga : « La Région va voter vendredi une aide exceptionnelle aux viticulteurs et arboriculteurs et je demande la création d’un fonds commun avec l’Etat »

La présidente de la Région Occitanie rencontrera également des ...

»

L’opération « Premières pages » enchante toujours les petits

12ème édition organisée par le Département du Lot et la ...

»

Elections départementales et régionales : L’Union régionale des Associations de maires d’Occitanie dénonce « une méthode inacceptable »

Communiqué de l’URAMO et de son président, Jean-Marc ...

»

Coronavirus : Un « vaccinodrome » mis en place à Lalbenque le vendredi 16 avril

Les modalités dans l’article. Un « vaccinodrome » prendra ...

»

Les pompiers du Lot : Formation d’équipier prompt secours à Figeac

Elle s’est déroulée du 29 mars au 3 avril. Une formation ...

»

A Padirac, le Gouffre souffre mais ne rompt pas

Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux ...

»

Arcambal : L’atout formation de Transm’ETRE-46, l’école de la transition écologique

Belle initiative. Rencontrer des acteurs locaux (maraîchers, ...