background img

Nouvel article

1030 Views

Le tourisme va mieux (et on ne met plus 12 heures pour venir de Paris) 


Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux sociaux.

– 1899. Pour la première année d’exploitation touristique du site, on dénombre 8 000 visiteurs au gouffre de Padirac. Et pourtant, en ces années-là, voyager jusqu’au cœur du Lot n’avait rien d’une sinécure. Malgré les conseils d’Édouard-Alfred Martel qui publie en 1901 via la Librairie Delagrave la première somme sur le sujet : « Le gouffre et la rivière souterraine de Padirac (Lot) : historique, description, exploration, aménagement (1889-1900) ». On s’est plongé avec délice dans les premières pages de ce guide, que l’on peut feuilleter en ligne sur le site de la BNF. C’est croustillant et émouvant à la fois. Evidemment, il ne faut pas oublier qu’à l’époque, les automobiles et les bus n’existaient pas. Alors, pour ceux qui venaient de loin, il fallait prendre le train et ensuite une voiture hippomobile pour parvenir jusqu’au gouffre. On vous laisse lire (avec la typographie de l’époque…).

« RENSEIGNEMENTS PRATIQUES. VOIES D’ACCÈS AU GOUFFRE DE PADIRAC. STATIONS de ROCAMADOUR-PADIRAC et de GRAMAT, de la ligne de Brive à Toulouse par Capdenac (chemins de fer de la compagnie d’Orléans), à 11 heures de Paris et 5 de Toulouse, par train express. ROUTES DE VOITURES : 1° De Rocamadour-Padirac, service de voitures publiques à tous les trains, Correspondance de la Société anonyme du Puits de Padirac, à raison de 2 fr. 50 par voyageur, ALLER ET RETOUR. — Distance 12 kilomètres (par le gouffre de Réveillon et Alvignac), trajet en 1 heure et demie. — Bien confirmer le prix au départ de la station, et discuter les prétentions des voituriers, parfois exorbitantes, les jours d’affluence. —Exiger que les voitures portent les touristes jusqu’au gouffre même. Les 1 500 derniers mètres du parcours sont défectueux, mais absolument praticables. 2° De Gramat, voilures particulières (faire prix), 14 kilomètres, 1 heure trois quarts (par Thégra). Hôtels : à ALVIGNAC (station des efficaces eaux de Miers, le Carlsbad français), Carbois ou du Château, — Branche-Lescure ; — à GRAMAT, Calmette, etc. (tous simples, mais agréables, avec bonne nourriture) ; — à PADIRAC, petites auberges. Restaurant sur la terrasse du gouffre (prévenir l’avant-veille, si l’on est nombreux, M. Barrière, Restaurant du Gouffre, à Padirac, par GRAMAT [LOT].

TARIF DE LA VISITE DU PUITS DE PADIRAC. Une personne seule, dix francs ; à partir de deux personnes, cinq francs par visiteur. Une réduction de 40 p. 100 est accordée (sur demande préalable adressée une semaine à l’avance au siège de la Société de Padirac, 17, faubourg Montmartre, Paris) aux groupes de vingt personnes au moins réunies en caravanes scolaires, excursions collectives, sociétés diverses, etc. Le tarif comprend tous les frais de guides, bateaux et éclairage. — Le pourboire est facultatif et il est interdit aux guides et bateliers d’en solliciter aucun. Pour les excursions accompagnées s’adresser à l’Agence des voyages économiques, 17, faubourg Montmartre, qui organise périodiquement des voyages circulaires pour Padirac, les gorges du Tarn, Dargilan, Carcassonne, etc. » 

Et quitte à faire, les premières lignes concernant le site lui-même… « LE GOUFFRE ET LA RIVIÈRE SOUTERRAINE DE PADIRAG (LOT). HISTORIQUE ET DESCRIPTION. Le gouffre et la rivière souterraine de Padirac (Lot) ne sont pas seulement la pittoresque merveille, désormais célèbre, qui a rempli d’admiration les huit mille touristes empressés à la visiter dès la première année (1899) de son ouverture au public. Ils constituent en outre, pour la géographie physique et la géologie, un phénomène naturel de haute importance et de capital intérêt, digne d’une étude scientifique approfondie. Bien que l’ère des recherches, et peut-être même des explorations, ne soit pas encore close dans la remarquable caverne, je crois cependant pouvoir dès maintenant aborder cette étude : car depuis les deux premières expéditions qui, en 1889 et 1890, m’en ont procuré l’heureuse découverte, avec le concours de MM. G. Gaupillat et L. de Launay, j’y ai fait une douzaine d’autres visites, fournissant chacune leur contingent d’observations nouvelles et de faits ignorés, et j’ai accumulé sur l’origine, la formation, le régime, etc., de ce courant souterrain et des grottes qu’il traverse, une quantité de renseignements assez considérable pour les faire connaître sans plus de retard. D’autant plus qu’il est opportun, en complétant, corrigeant et coordonnant tout ce que j’ai déjà publié à ce sujet, de mettre à la disposition des savants comme des touristes la description explicative et détaillée de l’une des principales curiosités de la France. Pour plus de clarté, je diviserai cette monographie en onze paragraphes correspondant aux différentes questions à examiner. » 

– Revenons à aujourd’hui. L’Agence de développement touristique « Lot Tourisme » publie son baromètre. A la fin octobre 2021, on dénombrait 6,803 millions de nuitées depuis le 1er janvier. Soit une hausse de 9 % par rapport à 2020 (et au passage un regain de plus de 150 % en avril et mai (c’était l’an passé l’époque du premier confinement…). Pour juillet et août en revanche, les mois les plus forts en volumes, des reculs respectifs de -3 et -1 % sont à mentionner cette année. Cela étant, en raison évidemment de la pandémie, le tourisme lotois n’a pas encore retrouvé son niveau de 2019, avec, toujours au 31 octobre, un déficit en nuitées de 14 % (en raison essentiellement de la chute de fréquentation des visiteurs étrangers (- 42%). Autres chiffres intéressants : les touristes franciliens représentent un quart des nuitées, et chez les étrangers, le tiercé en tête des quelque 302 000 nuitées est : Pays-Bas, Belgique, Royaume Uni.

– On conclut avec une magnifique photo des méandres du Lot (la rivière) couverts de brume au niveau d’Ambeyrac (en rive gauche, côté Aveyron, notre département étant en rive droite). Elle est signée sur son compte Twitter du pilote d’avion François Roche. Et cette question qui agite le réseau social : pourquoi le compte Twitter du romancier Serge Joncour a- t-il-été suspendu ? Certains soupçonnent les « antivax » d’être à l’origine de la sanction qui touche le Lotois d’adoption, prix Fémina en 2020, connu pour ses positions tranchées sur le sujet. Bonne nouvelle quand même : « Nature Humaine » et « Chien Loup », deux livres qui se déroulent dans le Quercy, seront édités en 2022 en anglais. Preuve que le talent voyage… 

Récemment Publié

»

Département du Lot : Un bouclier social pour les familles et la ligne POLT au programme

Séance de l’assemblée départementale ce 3 octobre.  Ce 3 ...

»

Coupe du monde de football 2022 : La mairie de Cahors s’associe à de nombreuses autres villes de France 

Pas d’écran géant, ni de fan zones au programme.  La Ville de ...

»

Gourdon : Réunion publique sur l’aménagement d’un carrefour giratoire (RD 673/RD 12)

Elle aura lieu le 11 octobre, à 19 h 30, salle des ...

»

Dégustation croisée : Un éventail de couleurs, de saveurs et de voix au Château de Mercuès

Soirée le 28 octobre, à 19 h 30, en partenariat avec le festival de ...

»

Cahors : Le point sur les services de pneumologie et d’oncologie de l’hôpital

Précisions avec le Dr Thierry Debreux.  Il y avait eu une fake news ...

»

Cahors : Fil d’Ohm devient une coopérative et lance son 1er parc photovoltaïque à Cieurac

L’initiative est soutenue par la FDEL – Territoire ...

»

Cahors : « La Little Jam » s’installe ce jeudi 6 octobre au V & B 

Start à 19 h. 7ème édition de «La Little Jam », désormais ...

»

Espère : « Générations et Aides », service d’aide à la personne, vient de se lancer 

L’entreprise rayonne sur plus de 60 communes.  « Générations ...

»

Figeac : Une journée dédiée aux Troubles du Neuro-Développement 

Plus de 70 professionnels de l’enfance étaient présents.  Ce ...

Menu Medialot