background img

Nouvel article

831 Views

« Le SYDED du Lot sera toujours aux côtés des collectivités pour les accompagner »


Interview de Stéphane Magot, le président.

Elu président du SYDED du Lot en octobre 2020, Stéphane Magot revient sur les enjeux du traitement des déchets dans le département. Entretien.

> Medialot : vous avez succédé à Gérard Miquel, le fondateur du SYDED du Lot, pourriez-vous nous dire quelques mots sur ce passage de relais ?

Stéphane Magot : je tiens à remercier et à saluer Gérard Miquel, qui a tant oeuvré pour fonder le SYDED et en faire une structure exemplaire pour le territoire, au service de notre environnement. Il a fait évoluer les missions de la structure initialement dédiée à la gestion des déchets, vers les énergies renouvelables et les domaines de l’eau potable, de l’assainissement et des eaux naturelles. J’ai eu la chance de travailler à ses côtés pendant une mandature ce qui m’a permis d’appréhender le fonctionnement global du SYDED. Nous avons pu partager notre vision de l’avenir avec des priorités et de gros chantiers pour cette nouvelle mandature. C’est avec humilité que j’ai pris la présidence qui m’a été confiée par le Comité Syndical.

> M. : vous étiez vice-président du SYDED, en charge des finances et de l’administration générale, la « maison » vous est donc familière ?

S.M. : je connais bien la structure et je suis attaché aux valeurs que nous défendons. Nos activités de service public répondent toutes à des enjeux environnementaux d’envergure. Mon rôle de vice-président m’a effectivement permis de bien appréhender les besoins de financement de nos activités. Protéger l’environnement est une noble cause, mais cela a un coût qui ne cesse d’augmenter. J’ai d’ailleurs pris la parole face à la presse début février pour alerter sur les augmentations importantes que le service public des déchets va subir à partir de 2021 et jusqu’en 2025. C’est notamment l’augmentation brutale de la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes) qui va sanctionner fortement les déchets non valorisables contenus dans le sac noir, dans les erreurs de tri du sac jaune et dans les encombrants en déchèterie. Avec l’équipe d’élus qui m’entoure, nous nous sommes mobilisés en votant une motion demandant aux ministres de l’Environnement et des Finances de décaler et d’atténuer l’augmentation de cette taxe. Même si elle est vertueuse, son augmentation arrive dans un moment où nous sommes fragilisés par les conséquences de la crise sanitaire qui a engendré la chute du prix de reprise des matériaux.

> M. : le Lot a été précurseur dans le traitement des déchets et on a l’impression que c’est toujours le cas…

S.M. : effectivement, sous l’impulsion de Gérard Miquel et d’autres élus locaux, le Lot a été l’un des premiers territoires à voir apparaître la collecte sélective en 1996. En 2012, nous sommes passés à l’extension des consignes de tri à tous les emballages plastiques alors que beaucoup de territoires n’y sont toujours pas passés – obligation réglementaire au 1er janvier 2023 -. Le centre de tri de Catus construit en 1996 a été le premier en France en milieu rural. Depuis, nous avons toujours conservé ce côté précurseur sur la gestion des déchets et le nouveau centre de tri de Catus, retenu démonstrateur national par Citeo en est une nouvelle preuve.

> M. : quels sont les enjeux de demain ?

S.M. : nous avons d’abord des enjeux immédiats à gérer du fait de la crise sanitaire avec la mise en sécurité de nos équipes et l’effondrement des cours des matières recyclées mais malgré tout continuer à travailler au service de notre environnement reste la priorité sur l’ensemble des activités. Nous devons toujours innover et conserver notre caractère avant-gardiste. Nous savons que la gestion du cycle de l’eau est un enjeu majeur pour les années à venir. C’est un service public essentiel qu’il faudra maintenir dans un contexte contraint par les évolutions climatiques et réglementaires. Le SYDED sera toujours aux côtés des collectivités pour les accompagner. Nous constatons un engouement certain pour nos réseaux de chaleur au bois et plusieurs dossiers sont à l’étude car les élus locaux et les habitants ont bien compris l’intérêt d’avoir accès à une énergie verte et locale. Et enfin, sur la gestion des déchets, nous sommes dans l’obligation de diminuer drastiquement les quantités produites. C’est notre seule solution pour contrer les fortes augmentations de TGAP et la baisse du prix de reprise des matériaux triés.

> M. : la tarification incitative est-elle toujours à l’ordre du jour ?

S.M. : avec la situation que nous avons traversée en 2020, les collectivités en charge de la collecte des déchets ont revu leurs priorités. Il y a aussi eu un important renouvellement d’élus qui ont besoin de bien maitriser le sujet avant de se lancer.  La diminution des déchets enfouis est indispensable, c’est notre priorité pour l’environnement. En plus, le coût de traitement à la tonne ne fait qu’augmenter, notamment avec l’explosion de la TGAP. Le seul levier est de diminuer drastiquement les volumes ! Sur ce sujet, nous ne sommes pas du tout précurseurs, puisque beaucoup de territoires sont déjà passés en tarification incitative avec des résultats probants. Les études de l’ADEME montrent une diminution de 40 à 50% des ordures ménagères pour les territoires engagés dans cette démarche. Les experts dans le domaine des déchets s’accordent pour dire que le passage en tarification incitative est le moyen le plus efficace pour réduire les volumes et il me semble donc indispensable de s’inscrire dans cette dynamique. A l’automne 2021, nous allons présenter la démarche aux élus, aux Communautés de communes… Pour amortir la hausse annoncée de la TGAP, seule la réduction du volume des déchets permettra de limiter la casse. 

> Agé de 49 ans, Stéphane Magot est maire de Peyrilles depuis 2001 et vice-président de la Communauté de communes Quercy Bouriane. Le président du SYDED est également président du syndicat des eaux de Peyrilles.

> Le SYDED compte 357 référents environnement dans les communes du département. « Des relais essentiels sur le territoire » a souligné le président. 

Récemment Publié

»

Disparition inquiétante : Appel à témoins lancé pour retrouver Sylvain Fourcade

Il n’a pas donné de ses nouvelles depuis le 8 avril. La ...

»

Lot – Coronavirus : Les indicateurs de ce 14 avril

Les chiffres de ce mercredi. Dans le Lot, les chiffres liés à ...

»

Puy-l’Evêque : Les agresseurs du couple de viticulteurs arrêtés par les gendarmes

Deux d’entre eux ont été jugés en comparution immédiate. Le ...

»

Cauvaldor se mobilise pour la pratique sportive

La collectivité est toujours engagée dans la vie sportive et ...

»

« Eros Prat et le secret du Gouverneur » est sorti en librairie

2ème tome des aventures du héros d’Amélie Poisson-Claret. Le ...

»

Lot : Délégation Militaire, CIRFA, ONAC, et IHEDN plus que jamais mobilisés

Les actions sont toujours d’actualité. La crise sanitaire n’a ...

»

Castelnau-Montratier : Un centre éphémère de vaccination mis en place ce mercredi

96 à 112 personnes vont recevoir leur première dose. Suite à de ...

»

Felzins : Le sexagénaire disparu le 30 mars dernier retrouvé mort

La gendarmerie du Lot avait lancé un appel à témoins. Epilogue ...

»

Lot : « Un jeune, une solution » avec Jean-Bernard Sandra

3ème rendez-vous vidéo à retrouver dans l’article. Jean-Bernard ...