background img

Nouvel article

453 Views

Huguette Tiegna appelle à ne pas oublier le 13 novembre 2015


Tribune de la députée du Lot.

Huguette Tiegna, députée du Lot, signe une tribune afin que personne n’oublie le 13 novembre 2015 : « C’était un soir comme les autres. Une veille de week-end. Un vendredi. Partout, en France, la nuit s’annonçait, festive pour les uns, reposante pour les autres. Pourtant, ce soir une seconde nuit s’est abattue sur la première. Chacun de nous se souvient de ces heures effroyables. Où étions-nous ? Que faisions-nous ? Nous n’oublierons pas ce premier message, ce premier appel. Les inquiétudes grandissantes auxquelles nous ne savions vraiment répondre. Et puis l’effroi qui nous a traversé le corps. La réalité à laquelle nous ne voulions pas croire, qui nous a précipités vers le premier poste de télévision disponible, nous exposant à l’impuissante contemplation d’un chaos qui n’en était qu’à son commencement. Notre pays a été de nouveau attaqué. Des bombes ont explosé. On a tiré dans les foules. A Saint-Denis et à Paris, des innocents ont été assassinés. D’autres ont été gravement blessés. La barbarie est entrée dans la ville et s’en est prise à nos forums : le Petit Cambodge, le Carillon, la Bonne Bière, le Comptoir Voltaire, la Belle Equipe, le Stade de France, le Bataclan. Pris pour cibles parce qu’ils étaient des lieux de joie collective. Ce soir-là, 130 corps se sont écroulés à tout jamais, coupables d’avoir voulu faire la fête, d’avoir su vivre. Des centaines ont été meurtries, percées, déchiquetées, coupées par le fer et le feu. Coupables d’avoir incarné le bonheur, la nonchalance, la liberté. Ils étaient de tout âge, exerçaient tous les métiers. Ils venaient de toute la France, certains des quatre coins du monde. Ces terroristes ont brisé des familles, rompu des amours naissants, privés des enfants de leurs parents. 130 cœurs ont cessé de battre Paris. 130 âmes s’y sont éteintes. Elodie, Nicolas, Halima, Lola, et tous les autres. Tous ces prénoms que nous n’oublierons jamais. Dans ce chaos, on ne rendra jamais suffisamment hommage à l’exemplarité de nos policiers, de nos gendarmes, de nos pompiers, infirmiers, médecins, ambulanciers, et tant d’autres qui sont allés au bout de l’horreur imaginable pour sauver nos vies et préserver notre sécurité. Je veux leur dire Merci. Nous savons. Nous savons votre courage, votre dévouement, votre amour de la France, l’écho de votre abnégation résonnera pour des siècles encore dans chacune des rues de notre pays. Et puis tous ces citoyens héroïques, face à la lâcheté des assaillants : les survivants des attaques sur les terrasses des bistrots qui viennent en secours aux blessés sans toujours se soucier de leur propre sécurité, les nombreuses aides que se sont apportées les victimes du Bataclan pour s’en échapper, les voisins descendus prêter main-forte aux secouristes et tant d’autres encore. L’épreuve que nous avons traversée nous a fait grandir. Grandir pour réaliser l’absolue nécessité de rester jeune. C’est-à-dire se plaire à danser jusqu’à l’épuisement, discuter jusqu’à l’aube, écumer les terrasses comme on conquiert le monde. Jusqu’à plus soif. Et puis rire. D’un rire qui porte loin. Qui viendrait fissurer le carcan délabré des fantasmes funèbres auxquels se sont attachées les hordes fanatiques. Un de ces rires qui viendrait suggérer la possibilité d’une humanité au plus barbare des hommes. Voilà notre combat. Celui du bonheur collectif. Nous le savons depuis le 13 novembre 2015 : le bonheur et notre incorrigible joie de vivre sont notre première résistance à l’oppression. Et la joie de vivre française sera toujours plus forte que l’addition de leurs haines, négligemment couvertes sous les haillons d’un Dieu dont ils trahissent la cause. Voilà pourquoi ils ne vaincront pas. Ces jours-ci, alors que la question de la laïcité a été une nouvelle fois confisquée par les extrêmes de tous bords, la commémoration du 13 novembre est d’une importance particulière : nous commémorons les martyrs de la République française. Une République fraternelle, laïque, dans laquelle toutes les croyances religieuses ont leur place. Une République dans laquelle nous ne cesserons jamais de combattre les haines et les discriminations. »

Récemment Publié

»

Cahors (RD 820) : Travaux de nuit sur la rocade

La circulation pourra être interdite dans le sens Toulouse-Brive, ...

»

Cahors : Mobilisation pour retrouver les auteurs de l’attaque du commissariat

Des moyens importants sont engagés. Ce samedi 28 novembre, Michel ...

»

Cazals-Salviac : Le service enfance jeunesse s’adapte à la crise sanitaire

Entretien avec Frédéric Gineste, le responsable. Rencontre avec ...

»

Cahors : Nouvelle affaire de tag rue Victor Hugo

C’est le laboratoire Bio 3 qui a été visé. « Collabo » et ...

»

Le préfet du Lot autorise l’ouverture dominicale des commerces

Dérogation pour le 29 novembre et les 6, 13, 20 et 27 ...

»

Figeac : Des mesures en soutien à la réouverture des commerces 

Campagne d’affichage, gratuité partielle du stationnement, ...

»

Réouverture progressive des services de la ville de Cahors et du Grand Cahors

Le point dans l’article. Faisant le constat d’une ...

»

Sibelle et le « bon voisinage » dans nos campagnes

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

Cahors : Des cocktails Molotov lancés sur le commissariat

Une voiture a été entièrement brûlée dans la cour de l’hôtel ...