background img

Nouvel article

3944 Views

Georges Mougin rêve toujours de remorquer des icebergs


L’ingénieur naval travaille toujours à cet extraordinaire projet.

Hyperactif. Georges Mougin l’est et l’a toujours été. Il reçoit dans sa demeure lotoise, le château de Cousserans, à Belaye. En plein milieu des terres, lui, l’ingénieur naval. « Je vis dans le Lot la moitié de l’année. Quand je suis revenu en France, j’ai voulu avoir un pied-à-terre à la campagne. Je cherchais quelque chose dans le Sud-Ouest près des arrêts du train, le Capitole. Un site pour y construire une maison moderne, horizontale…Et j’ai eu le coup de foudre pour le château de Cousserans, c’était en 1980 » raconte-t-il. Malouin de naissance, Lotois d’adoption, Georges Mougin a une vie qui coule comme un roman : les Terre-neuves et la grande pêche à la morue, les Arts et Métiers, sa rencontre et son amitié avec Paul-Emile Victor, la création d’un chantier naval, la construction des champs de tirs de Mururoa, les Etats-Unis et la direction d’une filiale de Thomson…

Utiliser les courants porteurs

Et les géants de glace de l’Antarctique dans tout ça ? « Les icebergs, cela m’a pris quatre ans à plein temps, de 1976 à 1980 et j’y travaille à temps partiel depuis 2003. J’avais fondé avec le prince saoudien Mohamed al-Fayçal la Société ITI, Iceberg Transport International, afin d’établir les conditions de faisabilité du transfert et de l’exploitation des icebergs tabulaires. En 2012, il y a eu un film « Rêve de glace ». A cette occasion, il y a eu un coup de projecteur sur moi » précise Georges Mougin avant de rappeler l’intérêt d’un tel projet : « Les principales ressources d’un iceberg, c’est l’énergie et l’eau potable, très pure. Il y a des moyens à mettre en place pour ce transfert notamment l’enveloppement de l’iceberg pour limiter sa fonte. En 2010, on a repris des études avec Dassault Systèmes, avec des simulations de « routing ». Le bateau n’interviendrait que pour placer l’iceberg sur les courants propices. Les icebergs dérivent naturellement. La méthode consiste à utiliser les courants porteurs pour altérer cette dérive naturelle. Actuellement, on cherche un financement. Les débouchés ne concernent, essentiellement, que les pays qui peuvent exploiter le froid. » Le rêve de glace de Georges Mougin est loin d’être fini.

Récemment Publié

»

Lot – Coronavirus : Le point sur la situation sanitaire ce 21 janvier 

2 décès supplémentaires sont à déplorer.  Dans son bulletin ...

»

Serge Rigal et 22 présidents de Départements interpellent le ministre de la justice sur l’arrêt du financement des mesures de consultation familiale

Ils demandent que cette décision soit revue.  Ce 20 janvier, Serge ...

»

Incident sur le pont de Touzac (RD 8) : La circulation est interdite sur l’ouvrage jusqu’à nouvel ordre

Une déviation est mise en place. Ce vendredi 21 janvier, au cours de ...

»

Rugby : Saint-Céré reçoit Bressols ce dimanche 

Les Sang et Or retrouvent la compétition.  Le championnat Honneur ...

»

Cahors : Sortie opéra pour les musiciens du lycée Clément Marot 

Les jeunes ont assisté à une représentation de Carmen.  Cela ...

»

Cauvaldor : Un accompagnement d’aide à la transition numérique 100% gratuit

Tous les détails dans l’article.  La transition numérique pour ...

»

Accident à Leyme 

Le verglas serait à l’origine de la perte de contrôle du ...

»

DJ Fanou espère que « c’est le bout du tunnel pour leur profession ! »

Le retour de la fête est à l’ordre du jour.  « Enfin ...

»

Cahors Rugby : La rencontre face à Prades reportée 

Elle devait se tenir à Desprats ce 23 janvier. Le Covid a encore ...