Nouvel article

1914 Views

Georges Mougin rêve toujours de remorquer des icebergs


L’ingénieur naval travaille toujours à cet extraordinaire projet.

Hyperactif. Georges Mougin l’est et l’a toujours été. Il reçoit dans sa demeure lotoise, le château de Cousserans, à Belaye. En plein milieu des terres, lui, l’ingénieur naval. « Je vis dans le Lot la moitié de l’année. Quand je suis revenu en France, j’ai voulu avoir un pied-à-terre à la campagne. Je cherchais quelque chose dans le Sud-Ouest près des arrêts du train, le Capitole. Un site pour y construire une maison moderne, horizontale…Et j’ai eu le coup de foudre pour le château de Cousserans, c’était en 1980 » raconte-t-il. Malouin de naissance, Lotois d’adoption, Georges Mougin a une vie qui coule comme un roman : les Terre-neuves et la grande pêche à la morue, les Arts et Métiers, sa rencontre et son amitié avec Paul-Emile Victor, la création d’un chantier naval, la construction des champs de tirs de Mururoa, les Etats-Unis et la direction d’une filiale de Thomson…

Utiliser les courants porteurs

Et les géants de glace de l’Antarctique dans tout ça ? « Les icebergs, cela m’a pris quatre ans à plein temps, de 1976 à 1980 et j’y travaille à temps partiel depuis 2003. J’avais fondé avec le prince saoudien Mohamed al-Fayçal la Société ITI, Iceberg Transport International, afin d’établir les conditions de faisabilité du transfert et de l’exploitation des icebergs tabulaires. En 2012, il y a eu un film « Rêve de glace ». A cette occasion, il y a eu un coup de projecteur sur moi » précise Georges Mougin avant de rappeler l’intérêt d’un tel projet : « Les principales ressources d’un iceberg, c’est l’énergie et l’eau potable, très pure. Il y a des moyens à mettre en place pour ce transfert notamment l’enveloppement de l’iceberg pour limiter sa fonte. En 2010, on a repris des études avec Dassault Systèmes, avec des simulations de « routing ». Le bateau n’interviendrait que pour placer l’iceberg sur les courants propices. Les icebergs dérivent naturellement. La méthode consiste à utiliser les courants porteurs pour altérer cette dérive naturelle. Actuellement, on cherche un financement. Les débouchés ne concernent, essentiellement, que les pays qui peuvent exploiter le froid. » Le rêve de glace de Georges Mougin est loin d’être fini.

Récemment Publié

»

Figeac – Municipales 2020 : Jean-Baptiste Jallet, chef de file de La République en Marche

La Commission Nationale d’Investiture a rendu son verdict. La ...

»

Cahors Escalade, toujours plus haut

Le club n’a jamais compté autant d’adhérents. C’est ...

»

Violences faites aux femmes : La loi Pradié votée ce mardi

Elle devrait être adoptée à l’unanimité. « Tous les articles ...

»

Cahors : 17 logements locatifs vont sortir de terre rue Gustave Sindou

Le nouveau bâtiment sera érigé en lieu et place de la DREAL qui a ...

»

Figeac : Découvrir les filières « Hydrogène » et « Eolien flottant »

Une réunion aura lieu ce vendredi 18 octobre, à 10 h,  à la ...

»

Soirée Caviar & Champagne au Château de Mercuès

Elle se déroulera ce jeudi 17 octobre, à partir de 19 h 30. Jeudi ...

»

Thégra : Un bâtiment agricole ravagé par les flammes

Plus de 40 pompiers sont intervenus. Les pompiers du Lot ont été ...

»

Journée d’étude à Saint-Céré : Les plantes dans l’histoire, dans le paysage et dans nos maisons…

Elle se déroulera ce samedi à l’auditorium, de 9 h à 18 h. La ...

»

Lacave : Karteko veut participer au salon Maison & Objet

L’entreprise lance un financement participatif afin de boucler le ...

Menu Medialot