background img

Nouvel article

1538 Views

Face aux loups, la FDSEA, le Syndicat d’élevage Ovins, et les Jeunes Agriculteurs toujours mobilisés 


Les attaques se multiplient et les dégâts sur les troupeaux ne cessent d’augmenter. 

La FDSEA, le Syndicat d’Élevage Ovins et les Jeunes Agriculteurs du Lot  communiquent sur le dossier de la prédation : « Depuis plusieurs mois maintenant, la présence du loup sur notre territoire est confirmée. Les attaques sévissent principalement sur le Causse central avec plus de 200 brebis tuées. Le travail syndical réalisé par la FDSEA, Le Syndicat d’élevage Ovins et les Jeunes Agriculteurs du Lot a permis la mise en place de tirs de défense simple dans l’objectif de protéger les troupeaux des éleveurs Lotois. Fin septembre, lors d’une visite sur une exploitation impactée par la prédation, Mireille Larrède, préfète du Lot a annoncé l’arrivée de la BMI (Brigade Mobile d’Intervention) présente sur notre territoire pour aider les éleveurs à protéger leurs troupeaux. Malgré les mesures prises par les éleveurs ovins, les attaques se multiplient et les dégâts sur les troupeaux ne cessent d’augmenter. L’élevage ovin est reconnu pour générer des services environnementaux précieux, il contribue à la préservation de la biodiversité et constitue un outil majeur pour l’entretien des paysages. Le pâturage des brebis, essentiel pour l’entretien des parcours, pelouses et bois, présents à plus de 60% sur notre territoire, joue un rôle important dans la lutte préventive contre les incendies. En revanche, la topographie de notre espace est propice à la prédation, en effet la grande présence de bois et de parcours rend la protégeabilité de nos troupeaux impossibles. Nous le réaffirmons, la présence du loup n’est pas compatible avec l’élevage lotois. L’élevage ovin représente également une activité économique importante, notamment pour un département comme le nôtre où la majeure partie des cheptels sont situés en zones défavorisées. La FDSEA, le Syndicat d’élevage Ovins et les Jeunes Agriculteurs restent mobilisés contre la prédation sur notre département, la filière ovine lotoise reste une filière fragile qui connaît un déclin du nombre d’éleveurs depuis les années 80. Le secteur ovin a besoin d’être soutenu pour continuer d’exister dans le paysage agricole français. » 

Photo d’illustration archives 

Récemment Publié

»

Cahors : Rencontre avec Michel Agier à la librairie Calligramme ce jeudi 

L’anthropologue sera présent ce 9 février, à 19 h.  Ce jeudi ...

»

Département du Lot : Un budget 2023 pour « un Lot durable, attractif, et solidaire »

Il a été voté à l’unanimité.  Pour la deuxième journée ...

»

Cahors : Le collectif des parents d’élèves de Lucien Bénac a bloqué l’école ce 8 février 

Nouvelle mobilisation ce mercredi matin.  Nouvelle action du ...

»

Lalbenque : Le lancement officiel de l’Atlas de la Biodiversité Communale, c’est samedi 

Réunion ce 11 février 2023, de 14 h à 16 h à la salle de la ...

»

Pradines : Le message de Jean Ferrat toujours actuel !

Spectacle ce 11 février, à 20 h 30, à La Prade.  Olivier ...

»

Limogne : Signature de convention entre les pompiers du Lot et la société MG ECO

Elle concerne le sapeur Maxime Rigo. Les pompiers du Lot ont signé ...

»

Cahors : LB Piscine Concept, un nouveau pisciniste vient de se lancer 

Louis Brunsdon a créé son entreprise qui rayonne sur l’ensemble ...

»

Figeac : L’association Lucioles fête ses 1 an

Un festival est organisé à cette occasion du 8 au 12 février ...

»

Cahors : Oai Star, Ultramoule et Yvette Sound System en concert aux Docks ce vendredi

Rencontre de trois univers déjantés et positifs ce 10 février, à ...

Menu Medialot