Nouvel article

1123 Views

Du déconfinement à la déconfiture


Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux sociaux.

Pas rancunier, le village de Montcuq sait qu’il doit une part de sa célébrité au fameux reportage de Daniel Prévost dans le Petit Rapporteur que dirigeait alors Jacques Martin : une rue dans le bourg commémore d’ailleurs l’événement. Cependant, en cette période de crise sanitaire, pas question de chercher des jeux de mots qui ne seraient pas forcément de bon goût. Alors disons simplement que pour parfaire sa notoriété à l’adresse des touristes, une vidéo postée sur YouTube via Tourisme en Occitanie présente les charmes de Montcuq, « village remarquable », par le biais de ses commerçants. C’est sympa et plutôt bien ficelé. On en oublierait presque les gestes barrières…

– Tourisme encore avec cette bonne nouvelle. Nos amis anglais restent attachés à la région. A un de ses compatriotes qui souhaite rallier Toulouse sans prendre l’avion ou la voiture, Andy, sur Twitter, vante les charmes de la ligne POLT. « Un superbe trajet via Limoges et Cahors. Idéal si vous avez le temps… Et j’ai déjà trouvé des tarifs de première classe assez bon marché. »

Rien à voir : les documents anciens (images, photos, manuscrits) sont toujours très cotés sur les sites spécialisés. Ainsi, cette semaine, on a repéré sur Ebay un tirage original de Mgr Enard, évêque de Cahors (1896-1906) réalisé par les studios Lahontâa (sis boulevard Gambetta). La photo est de 1899. Mise à prix, 51 euros. Autre document : un procès- verbal manuscrit de plusieurs pages lié à prise de possession du siège épiscopal en 1863 (date à laquelle devient évêque Joseph-François Clet Peschoud). Prix : 600 euros.

Retour à l’an de grâce 2020. Vous savez ce que sont des « nuages noctulescents »? Un passionné, Vincent, en a observé en début de semaine près de Cahors. Il a posté une photo sur Twitter. Définition donnée par La Chaîne Météo : « Les nuages noctulescents, ou noctiluques, sont en fait des poussières de météorites. Ces étonnants nuages ne ressemblent à aucun autre : de couleur bleutée ou argentée, ils scintillent dans la nuit. Ils sont observables tout au long de l’été, à partir du mois de juin, au nord de l’Europe (France comprise) au crépuscule. »

article

On enchaîne avec une autre forme de poésie. La vraie, diront certains. Le site spécialisé Croire (émanation du Conseil national des Évangéliques de France et lié aussi à la Fédération Protestante) rappelle que le 3 juillet 1892 était inaugurée à Cahors, sa ville natale, une fontaine monumentale en hommage au poète Clément Marot (quai Champollion). Le site précise : « Marot, poète léger, était devenu protestant de conviction. Il a eu des hauts et des bas, des revirements, mais plus d’une fois, il fit preuve d‘un grand courage dans l’affirmation de sa foi.[…] Il a été obligé de connaître l’exil, de se renier, de fuir à Genève où il a passé un an aux côtés de Calvin. Bref, une cascade d’ennuis, tout cela parce qu’il était devenu protestant. Mais dans toutes ses difficultés, il a continué à travailler sa poésie, à rendre honneur à la Bible et aux Psaumes en particulier. En les traduisant en vers, il créa un authentique chef-d’œuvre qui allait être chanté dans toutes les provinces de France. » Chacun retient ce qu’il veut d’une œuvre et d’une vie. Cela fait des lustres que ce bon Clément Marot est dans le domaine public, après tout !

On termine ce rendez-vous avec ce qui est sans aucun doute le plus préoccupant aspect de l’actualité de la semaine dans le Lot : les déboires de l’industrie aéronautique. A Toulouse et dans toute l’Occitanie, on évoque des suppressions d’emplois après avoir eu recours au chômage partiel. France TV Info a consacré cette semaine un reportage à Figeac. Les salariés des unités sous-traitantes de la ville comme les commerçants craignent pour l’avenir, à court et moyen terme. « Un tiers des 10.000 habitants travaillent dans la filière » notent nos confrères. Le maire réélu André Mellinger a cette formule : « Quand l’aéronautique éternue, Figeac s’enrhume ». Et de rappeler les efforts de diversification de l’activité économique, via le tourisme. Quel contraste avec ce reportage de mai 2019 sur France 2. Il y a un an. C’est-à-dire une éternité. On parlait de miracle, de difficulté à recruter. Mais le coronavirus est passé par là. De longues semaines sans trafic aérien. Et des compagnies au bord du gouffre qui ne cherchent plus à renouveler leur flotte. Désormais, dans le Lot, chacun espère un rebond. Sinon, déconfinement rimera avec déconfiture.

Récemment Publié

»

Covid-19 – Primes aux aides à domicile : Réaction de Serge Rigal, président du Département du Lot 

L’assemblée départementale avait pris les devants en ...

»

Ecomusée de Cuzals : Voici venu le temps des battages

Journée d’animations ce 16 août. A Sauliac-sur-Célé, ...

»

Cahors : Feu d’appartement à Terre Rouge

Les pompiers sont rapidement intervenus. Ce 14 août, aux alentours ...

»

Centre de loisirs de Catus : Pas de nouveau cas de Covid-19

Les résultats définitifs ne signalent aucun nouveau cas positif ...

»

Gouffre de Padirac : François Hollande et Julie Gayet en visite

L’ancien président a salué le professionnalisme des ...

»

Castelnau-Montratier : Le moulin de Boisse, objet de toutes les attentions

La structure retrouve une seconde jeunesse. En juin dernier, le ...

»

Lot Tourisme : Un mois de juillet encourageant

Les chiffres ont été dévoilés. « Il était important pour nous ...

»

« La rue des enfants » prend l’air à Belmontet

L’édition 2020 change de lieu mais garde toujours le même ...

»

Cahors : Le plan vélo et mobilités prend forme

Les marquages provisoires sont en train d’être ...