Nouvel article

1637 Views

Denis Marre et Martine Hilt contre « la loi Vayssouze-Faure »


Mise au point du nouveau binôme élu au conseil départemental.

Denis Marre et Martine Hilt ne manient pas la langue de bois, que ce soit à la mairie de Pradines et prochainement à l’assemblée départementale. « Nous sommes sans étiquette, comme nous avons été élus à la mairie de Pradines. Nous ne sommes pas du tout divers droite comme nous avons été étiquetés par la préfecture. On a d’ailleurs déposé un recours devant le préfet, le tribunal administratif et la CNIL. Nous sommes avant tout des citoyens, sans rattachement à un parti, et la population nous a bien identifiés comme tels. Ce qui ne veut pas dire que nous ne discutons pas avec les autres partis. Au conseil départemental, nous restons dans une démarche citoyenne. Nous ne sommes pas dans l’opposition. Nous prendrons les dossiers, les projets, les uns après les autres et on les analysera comme à la mairie de Pradines » précisent-ils en choeur. Martine Hilt enchaîne : « On est partisans des répartitions des tâches par compétences. Nous ferons donc partie des commissions techniques. On ne cherche pas des récompenses mais à faire jouer nos compétences. » Et Denis Marre de prendre le relais : « Nous ne sommes pas des professionnels de la politique. On n’a besoin de rien mais envie de vie publique. »

Pas prêt à laisser sa place au Grand Cahors

Vient le sujet qui fâche : Denis Marre fraichement élu au conseil départemental devrait laisser sa place de vice-président du Grand Cahors… Le maire de Pradines répond façon coup de poing : « Ce non-cumul des mandats s’adresse exclusivement à moi. Ça, c’est la loi Vayssouze-Faure ! Elle n’existe pas. Je prends l’exemple de Gilles Liébus, il est maire de sa commune, conseiller départemental avec une vice-présidence et élu sous les couleurs majorité départementale, et président de la communauté d’agglomération…Nous sommes issus de la démocratie ascendante. Je n’ai pas vu de délibération dans ce sens, c’est un décret Vayssouze-Faure. C’est le conseil communautaire qui m’a élu, qui doit me « destituer ». » Après avoir démonté « cette démarche politicienne », ils évoquent toujours d’une même voix leurs ambitions au sein de l’assemblée départementale : « On va réclamer la même chose qu’au Grand Cahors : plus de transparence ; une équité entre les territoires ; des gouvernances ouvertes ; une proximité avec un retour vers les habitants. » Tout est dit.

Récemment Publié

»

Cahors : Deux concerts pour les 50 ans du Swing Machine Big Band

Ils auront lieu à l’auditorium les 6 et 7 avril. Le Swing Machine ...

»

Parti Socialiste 46 : Boris Vallaud lance la campagne des Européennes

Le député des Landes est venu à la rencontre des militants. Jeudi ...

»

Football : Le PSVD’Olt veut continuer sur sa lancée

Les hommes de Jeff Barros reçoivent Pibrac ce samedi soir. En ...

»

Gouffre de Padirac : Exposition Robert Doisneau, lâcher de poules, et soirées explorateurs au programme 2019

Le site rouvre ses portes le 30 mars. Après quatre mois de ...

»

Cahors Acoustique Vallée : Le lauréat du concours est Archean Technologies

La CCI du Lot, et le Grand Cahors l’ont annoncé ce vendredi. Le ...

»

Emmanuel Crenne répond à Brigitte Rivière

Le conseiller régional (ex RN) a réagi. La réaction d’Emmanuel ...

»

Cahors Rugby : Le match capital de la saison à Villefranche-de-Lauragais

Les Ciel et Blanc n’ont plus le choix… Les hommes de Christophe ...

»

Goujounac : Semaine de la presse pour les petits

Un journaliste a répondu à leurs questions. Jeudi 21 mars, Thibaut ...

»

Rugby : La B de Luzech joue la qualif’ ce samedi

Une place pour les 8èmes de finale du championnat d’Occitanie est ...

Menu Medialot