background img

Nouvel article

1017 Views

Cahors : Ouverture de la billetterie pour Puissent nos racines être


La nouvelle création chorégraphique de la Compagnie IL Y A*Nora Turpault sera à découvrir le 31 octobre prochain.

Les Traces Contemporaines présentent Puissent nos racines être, nouvelle création chorégraphique de la Compagnie IL Y A*Nora Turpault. La première diffusion est programmée le samedi 31 octobre, à 21 h, à l’auditorium du Grand Cahors. Ce nouveau projet chorégraphique marque une étape importante dans le parcours de Nora Turpault. Habituée aux formes courtes, elle choisit, pour la deuxième fois, d’écrire une pièce d’une heure. Parallèlement à son engagement pour la danse au sein de son Centre Chorégraphique et dans le festival de Danse Traces Contemporaines dont elle assure la direction artistique depuis 2008, Nora Turpault consacre une partie de son temps à la recherche et à l’écriture chorégraphique. C’est la voie qu’elle choisit pour s’exprimer et se relier au monde. C’est aussi un moyen d’aborder des sujets qui lui sont chers et d’essayer de comprendre la force du vivant. Elle crée sa propre compagnie de danse en 2011 : la Compagnie IL Y A. De nombreuses collaborations naissent avec des musiciens, des plasticiens, des chorégraphes.

> Billetterie en ligne Festik : www.festik.net/billets/tracescontemporaines
Billetterie : Office de tourisme Cahors Vallée du Lot 05 65 53 20 80 et sur place le soir-même du spectacle.

article

> Plein tarif : 20 euros – Tarif réduit (à partir de 12 ans, étudiants, demandeurs d’emploi) : 15 euros – Tarif enfants (-12 ans) : 10 euros

> Infos: Les Traces Contemporaines 06 86 87 08 15

> Dans un va-et-vient perpétuel de concentration et d’expansion, cette nouvelle création est un questionnement sur les racines de l’être et le sens profond de l’existence. Il y a quelque chose de méditatif et de spirituel, de physique et d’organique dans l’étoilement des corps, des cœurs et des consciences. A travers l’écriture de la pièce, la chorégraphe Nora Turpault cherche un langage fractal de « transe » : comme une prière, un engagement, une pulsion. Un cri. Un soupir. Un sourire. C’est une transe progressive pour accueillir et déployer le mouvement de la vie. Une nouvelle expérience artistique se vivant dans le corps et au-delà du corps. A la recherche d’un talisman, elle a plongé dans ses racines pour découvrir la sève de son présent. Ici, elle rend hommage à cette Terre où chaque jour, nous pulsons sous nos pas la marche qui nous danse sur le sentier de notre destin. Pour vivre la joie d’être.

C’est une pièce chorégraphique pour 6 danseuses et un poète urbain. Au commencement, elles ne connaissaient ni les pensées, ni la colère, ni le désamour. Dans un ciel déchiré, les étoiles les regardent. Telles six grains de sable sillonnant le cosmos, ces six femmes finiront pas chuter sur un sol dur et horizontal. Puissent leurs feuilles toucher les astres et l’air tourbillonner parmi les branches. Puisse leur sève aller-et- venir entre Ciel et Terre et parcourir leur tronc. Puissent leurs écorces résister aux intempéries et se laisser toucher par le vent. A cette danse viennent s’ajouter des mots. Ceux de Mehdi Krüger, poète urbain, qui endosse le rôle d’un chamane contemporain. Une lanterne à la main, il éclaire les zones obscures de chaque personnage et sa voix sait se poser entre chaque pli et chaque brisure dissimulée. Ses silences ont autant de résonance que ses mots. Au fil de la pièce, les personnages laissent fondre leurs peurs millénaires, celles qui aboient à pleines dents encore dans leurs veines et qui les coupent de leurs racines. Dans le souffle initié d’une aurore nouvelle, les sept compagnons de route plongent dans les profondeurs de leurs ombres. Ils essaient de s’enraciner pour devenir peut-être le ciel contemplé depuis la terre et trembler la lumière jusque dans leurs mains.

Chorégraphe : Nora Turpault
Interprètes : Sophie Aly, Stéphanie Bologna, Raphaëlle Gazziero, Elisa Maruesco/Carole Mlynarz, Fanny Torres, Nora turpault Voix : Mehdi Krüger
Textes : Mehdi Krüger & Nora Turpault
Création Lumières : Rémi Nollet

> La ville de Cahors et la Communauté d’agglomération du Grand Cahors soutiennent la création Puissent nos racines être avec un accueil en résidence de création à l’auditorium du 26 au 30 octobre. C’est l’occasion de finaliser la scénographie et la création lumières. A l’issue de la résidence, la compagnie IL Y A va dévoiler Puissent nos racines être en avant-première à l’auditorium du Grand Cahors samedi 31 octobre 2020, à 21 h.

Récemment Publié

»

Floressas : La fête des vendanges à Chambert, c’est ce samedi !

On va se régaler de 10 h à 20 h ! La fête des vendanges à ...

»

Cahors : 40 agents des finances publiques arrivent avec leurs familles

La ville va accueillir le service « accueil à distance des ...

»

Tribunal de proximité : Retour des audiences à Figeac

La députée du Lot, Huguette Tiegna, se félicite de « cette ...

»

L’hommage rendu à Alain Jutier

Il nous a quittés. Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors, et ...

»

Cadurcienne 2020 : L’appel aux dons est lancé

La solidarité est toujours d’actualité. Contraint d’annuler ...

»

Cahors Vallée du Lot : Une saison touristique inédite

Bilan avec le vice-président de l’Office de tourisme. Sylvain ...

»

Cahors : Le GRIMP intervient pour évacuer une victime en arrêt cardio-respiratoire

La configuration du logement a nécessité un dispositif ...

»

La Pétanque Marnhacoise à l’heure du challenge

La convivialité était de mise. La Pétanque Marnhacoise a ...

»

Restauration de murets en pierre sèche à Lentillac-du-Causse

Le chantier participatif est programmé le 10 octobre. Dans le ...