background img

Nouvel article

2022 Views

Cahors : Le gymnase de Cabessut devient le gymnase Henri Thamier 


Il a été « baptisé » ce 25 juin. 

« Nous avions le devoir moral de renommer un lieu en l’honneur de ce serviteur de la cause publique ». Ce samedi 25 juin, le gymnase de Cabessut a été baptisé gymnase Henri Thamier en présence notamment de Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors, et président du Grand Cahors, Aurélien Pradié, député du Lot, Bénédicte Lanes, vice-présidente du Grand Cahors en charge des sports et nièce d’Henri Thamier, Marie Piqué, vice-présidente de la Région Occitanie, et Jean-Jacques Thamier, le fils d’Henri.

« Avec plus de 3 000 heures d’utilisation annuelle, cet équipement sportif utilisé pour des activités sportives, éducatives, et de santé porte désormais le nom d’une personnalité cadurcienne qui aimait profondément le Lot. Rénovation énergétique, modernisation de l’éclairage et de l’isolation, mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite… : depuis 2017, ce sont plus de 400 000 euros  qui ont été mobilisés par le Grand Cahors et ses partenaires au profit de ce gymnase situé à deux pas du centre-ville et connecté au réseau chaleur bois du quartier de Cabessut » a rappelé le premier magistrat de la ville. Un bel hommage. 

> Henri Thamier (10 février 1916 – 7 novembre 2021) 

Henri Thamier adhéra aux Jeunesses communistes du Lot en 1935 puis au Parti Communiste. Il est admis à l’école normale de Cahors où il a terminé major de sa promotion. Il est nommé instituteur en 1937. Pendant l’Occupation, il participa à la Résistance dans le Lot dans les rangs des Francs-tireurs et Partisans, il devint secrétaire du Comité Départemental de Libération puis membre du Comité Régional de Libération à Toulouse. Après la guerre, il est élu aux deux assemblées constituantes de 1945 et 1946 (à 29 ans, il est l’un des plus jeunes députés de France), puis à l’assemblée législative de novembre 1946. Battu en 1951, il retrouva son siège lors d’une élection partielle en 1952 et est réélu en 1956. Il a également été vice-président de la Fédération des oeuvres laïques à partir de 1961. Il est l’auteur de deux livres : « Le Rouge et le coeur » et « Le Pied quelque part ». 

> Henri Thamier : député du Lot (1945 – 1958), maire de Saint-Jean-Lagineste (1948-1949), conseiller municipal de Cahors (1949-1959), adjoint au maire de Cahors (1977-1989), conseiller général Cahors Sud (1979-1985), vice-président du Conseil général du Lot (1982-1985), président de la commission affaires sociales, de la santé et de l’habitat de Midi-Pyrénées (1983-1989)

Récemment Publié

»

Concours National de la Résistance et de la Déportation 2024 :  Collégiens et lycéens distingués

Liste des lauréats dans le département. Les prix du Concours ...

»

Cross Country : Maxime Mazet, vice-champion de France 2024

Performance majuscule en National 3. Le championnat de France de ...

»

Cahors : « Arcanum » ajoute une corde à son arc avec DermArt

Extension de l’activité. Dermopigmentation (atténuation de ...

»

Cahors a accueilli un séminaire régional des professionnels de la maîtrise de l’énergie

Tables rondes et visites étaient au programme.  La Ville de ...

»

Ils tentent de dissimuler leurs biens saisis par la banque : Un couple de rentiers condamné pour détournement

Pour conserver les biens qu’ils avaient en garde, l’homme et son ...

»

Le Centre de Loisirs de Limogne-en-Quercy : A vos marques, prêts… partez !

Les JO sont au programme.  Les enfants du Centre de Loisirs de ...

»

Trois façons de découvrir les Espaces naturels sensibles du Lot

Animations gratuites les 27, 28 et 29 juin.  Balade à pied sur le ...

»

Sibelle, la campagne express pour les législatives et le masque de Mbappé

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

Cahors : Les projets de réinvestissement de l’îlot Chico Mendes dévoilés 

Plusieurs visuels à découvrir dans l’article.  Ce 20 juin ...

Menu Medialot