background img

Nouvel article

1575 Views

Cahors – intempéries : Les parents d’élèves de l’école Pierre Ségala se mobilisent


Le point sur le dossier. 

La tempête qui s’est abattue sur Cahors ce lundi 5 septembre 2022 a lourdement impacté l’école Pierre Ségala. La bâche qui protégeait la toiture du primaire, déjà touchée lors de précédentes intempéries il y a un an et demi, n’a pas résisté aux bourrasques et a laissé l’eau s’engouffrer dans l’établissement. Pendant deux jours, des interventions d’urgence ont eu lieu avec notamment le retour de la bâche. Les enfants sont revenus en cours ce jeudi avec une solution transitoire jusqu’à Toussaint pour les CM1 et CM2 dont les classes sont situées aux étages : ils prennent le bus matin et soir et ont cours dans deux salles du groupe scolaire Jean Calvet. Les CP et CE1 ont réintégré leurs classes et les CE2 ont été installés à la bibliothèque. Pour des parents d’élèves, « la situation est inadmissible ». « Cela fait 15 mois que la bâche était sur le toit… on a du mal à comprendre pourquoi ces travaux n’ont pas été une priorité surtout qu’il avait des problèmes de fenêtres, d’isolation…  J’ai créé un groupe Facebook L’école Pierre Ségala s’écroule depuis rebaptisé collectif Pierre Ségala qui rassemble déjà une cinquantaine de parents. Ce qui nous inquiète dans la situation actuelle, c’est le retour annoncé à Toussaint qui ne règlera rien surtout si d’autres intempéries surviennent. Nous aimerions avoir une communication sur la sécurité. J’ai aussi notifié sur le registre santé sécurité au travail de l’établissement les manques en terme de sécurité, le traumatisme des enfants et des personnels. Nous sommes en train de nous organiser. Il faut montrer que nous aimons cette école. Notre objectif, c’est qu’elle vive » explique Cécile Jagueneau, une maman d’élèves. Un collectif Pierre Ségala a été créé ce vendredi 9 septembre et une action est prévue pour le 19 septembre, jour du conseil d’école. A suivre…

> Le communiqué d’Elsa Bougeard, conseillère municipale d’opposition de Cap à Gauche : « « L’école s’écroule ». Apposée par des parents d’élèves sur le grillage de l’école élémentaire Pierre Ségala, cette banderole s’ajoute au triste spectacle qu’offrent les bâches ornant  la toiture du bâtiment depuis un an et demi. Les dernières intempéries ont frappé durement le bâti qui avait déjà subi un dégât important en juin 2021. Et, heureusement, le pire a été évité…encore une fois. Je souhaite apporter mon soutien aux enseignants, personnels de mairie et du périscolaire qui ont fait face à la situation, ainsi qu’aux parents d’élèves et à leurs enfants qui subissent une rentrée plus que chaotique et source d’inquiétude. Les élèves de CM1 et CM2 sont contraints d’aller poursuivre, pour deux mois au moins, leur scolarité dans une autre école de la ville, avec des conditions d’accueil peu qualitatives. Comment en sommes-nous arrivés là ? Pas seulement du fait d’un phénomène météorologique violent. Ce sont des choix politiques qui nous amènent là, à plusieurs niveaux de responsabilité. Au niveau national, les politiques menées depuis trente ans par Les Républicains, Hollande et Macron  appauvrissent les collectivités et sapent nos services publics au nom du tout-privé et la sacro-sainte austérité.  Des compétences sont données aux communes sans que les moyens suivent toujours. Au niveau municipal, ce sont les priorités dans les investissements ces quinze dernières années qui posent question. Les moyens manquent, alors faisons les bons choix. Malgré les alertes des personnels sur la dégradation des bâtiments, les rénovations tardent et les rustines ne suffisent plus. Pour les écoles, la réalité est loin de la communication idyllique faite par la majorité : bâtiments souffrant d’infiltrations, vétustes, mal isolés ; des petits travaux qui attendent parfois plusieurs années pour être réalisés ; des moyens en baisse. Et à côté, des réalisations dispendieuses, dont la commune n’a visiblement pas les moyens puisque cela se fait au détriment de la sécurité et du service public dû aux habitants.

Depuis le début de mon mandat, j’interviens pour demander que le quotidien soit priorisé sur les apparats pompeux, réalisés à grands frais. En octobre 2021, suite à l’effondrement d’une partie du faux-plafond d’une classe de l’école Pierre Ségala et la fermeture du local des Restos du cœur, j’ai demandé à la municipalité de mettre en œuvre un plan d’urgence pour les bâtiments municipaux.

On ne peut pas transiger. Nous parlons de la sécurité des élèves. Nous parlons de l’école publique, où grandit le futur de notre nation, notre richesse et notre avenir. »

Récemment Publié

»

Concert gratuit à l’auditorium du Grand Cahors ce lundi 3 octobre

Il aura lieu à 18 h 30.  Le Conservatoire Philippe Gaubert propose ...

»

Rugby : Le COC fait chuter le RC Rougier 

Belle victoire des Castelnaudais face au leader. Ce dimanche 2 ...

»

Lycée des Territoires Cahors-Le Montat : La semaine basque des terminales GMNF

Séjour enrichissant.  Les terminales GMNF du lycée des ...

»

Cahors Lot XIII annonce la couleur pour le début du championnat 

Le club a notamment présenté les nouveaux maillots.  Ce jeudi 29 ...

»

Cabrerets : Quand des auteurs de BD peignent les parois d’une grotte

Ils étaient en résidence « Résonances Rupestres ...

»

Du SOS des communes étranglées financièrement au très envié fichier des adhérents LR 

Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux ...

»

Cahors : Le point-justice est lancé 

Il est situé à la Maison des associations.  Désormais implanté ...

»

Carennac : « Tête à Têtes », une exposition de photographies de Philippe Muraro 

Coup d’envoi le 14 octobre.  Vendredi 14 octobre, à 18 h, le ...

»

Cahors : Ghislain Compozieux a remporté le Trophée National des Viandes d’Excellence 2022

Il a été sacré dans la catégorie viande de bœuf sous signe ...

Menu Medialot