background img

Nouvel article

1507 Views

Cahors, Figeac et Montcuq : Cinq trafiquants de stupéfiants reconnus coupables


Un trafic de stupéfiants installé dans le Lot depuis près d’un an a été démantelé en novembre dernier. Le chef du réseau et quatre de ses acolytes étaient jugés ce 3 janvier à Cahors en comparution immédiate.

Ils sont cinq, âgés de 32 à 50 ans. Ce mardi 3 janvier, au tribunal correctionnel de Cahors, quatre d’entre eux étaient dans le box des accusés, le dernier comparaissait libre. Tous font partie d’un trafic de stupéfiants installé à Cahors, Figeac et Montcuq. Leurs profils sont aussi divers que leurs âges. Il y a d’abord le chef, Zizou, le plus jeune de la bande. Puis son « chauffeur », un ancien ambulancier de 50 ans addict à la cocaïne depuis trois ans. Il y a aussi un vendeur toxicomane ou encore « l’ouvreur », un père de trois enfants qui était chargé de devancer la voiture transportant les stupéfiants afin de prévenir tout risque d’interpellation. Enfin, il y a un consommateur-revendeur, sorte d’électron libre de 49 ans adepte de rave party et accusé d’avoir organisé son propre petit réseau à Montcuq avec ce qu’il achetait à Zizou.

Il aura fallu près de deux mois aux gendarmes pour démanteler ce trafic. Entre les premières dénonciations faites par l’ex-compagne de Zizou en septembre dernier et l’interpellation de celui-ci le 22 novembre, plusieurs lignes téléphoniques avaient été mises sur écoutes et des véhicules avaient été suivis. Il faut dire que ces démarches ont été faciles tant les trafiquants ont pris peu de précautions dans leurs communications. « Des conversations non sécurisées où ça parlait de stupéfiants en permanence », précise le président du tribunal.

Si certains prévenus restent évasifs quant à leur implication, le chef du réseau reconnaît, lui, tous les faits qui lui sont reprochés et n’hésite pas à donner des chiffres par la voix de son interprète. Entre janvier et novembre 2022, il aurait ainsi vendu entre 24 et 47 kg de cocaïne ce qui lui aurait rapporté entre 260 000 et 1 500 000 euros. Le tribunal n’aura pas plus de précisions puisque l’argent n’a jamais été retrouvé. « J’ai tout dépensé avec mon ex-compagne » assure le prévenu. « Vous n’habitez pas une villa avec piscine pourtant… Comment fait-on pour dépenser tout cela ? », questionne le président. Haussement d’épaules dans le box des accusés.

Autre son de cloche chez son chauffeur. « J’ai une addiction à la cocaïne et je ne me rendais pas compte de l’ampleur du réseau. Je n’avais pas l’impression de travailler, je voulais juste consommer. Je n’avais pas les détails du trafic. Je suis un bouc-émissaire. Je me suis trop impliqué », marmonne le prévenu. Son avocat, Me Bernabeu, abonde : « Ce n’est pas un cogneur, pas un homme de main. Il court juste après sa dose ».

Un argument qui ne passe pas auprès du parquet. « Le trafic de stupéfiants coûte 9 milliards à l’État en coût social. Ces gens participent à faire du mal aux autres pour s’enrichir », martèle le substitut du procureur qui requiert à titre de peines principales, six ans de prison ferme pour Zizou, quatre pour « l’ouvreur », les deux étant en état de récidive légale, deux ans dont 18 mois assortis d’un sursis probatoire pour le « chauffeur », et deux ans dont un an avec sursis pour le « vendeur » et le « consommateur-revendeur ». Pour les deux premiers, tous deux des ressortissants algériens, il réclame également l’interdiction définitive de territoire français. Et pour les autres, des obligations de soins et de travail.

Outre les faits de détention, acquisition, offre ou cession et transport de stupéfiants, Zizou et son « chauffeur » étaient également accusés de violences en réunion et avec arme à l’égard de l’ex-compagne du chef du réseau et de l’un de ses amis. Ils ont en effet percuté à plusieurs reprises leur véhicule avec leur propre voiture au cours d’une course poursuite au terme de laquelle les deux victimes se sont réfugiées dans la gendarmerie de Catus.

Pour plusieurs avocats de la défense, cette ex-compagne, ou plutôt son absence lors de l’audience, est d’ailleurs dérangeante. « Elle a téléphoné assez régulièrement aux forces de gendarmerie pour leur donner des informations. Et, étrangement, on a oublié qu’elle avait une place prépondérante dans ce trafic de stupéfiants. Pourtant, c’est elle qui comptait les billets, qui vendait, qui écrivait les messages. Je ne la vois pas dans ce box. Par contre, on a l’audace de dire que c’est une victime », s’insurge Me Pedoussaut, l’avocate de Zizou.

Après une courte suspension d’audience, le tribunal tranche : Zizou écope de 5 ans d’emprisonnement et son « ouvreur » de trois ans. Les deux sont également soumis à une interdiction définitive de territoire français. Le « chauffeur » est condamné à trente mois de prison dont 24 assortis d’un sursis probatoire et le vendeur à 2 ans de prison dont 18 avec sursis probatoire. Quant au consommateur-revendeur, il s’en sort avec 18 mois de prison dont 9 avec sursis probatoire. Tous trois écopent également d’une obligation de soins et de travail ainsi que d’une interdiction d’entrer en contact avec les autres prévenus et les victimes.

Récemment Publié

»

Montfaucon : Deux frères flashés coup sur coup à + de 150 km/h sur la RD 802

Interception insolite.  Ce jeudi 26 janvier 2023 à Montfaucon, sur ...

»

La Sainte-Barbe célébrée par les pompiers de Souillac

Plusieurs personnels ont été mis à l’honneur.  La cérémonie ...

»

Gignac : Vandal, Ko Ko Mo, et Dub Inc sur la scène d’Ecaussystème 2023

La programmation du festival s’enrichit !  On avait déjà ...

»

Cahors Rugby veut bien finir le bloc contre les 4 Cantons 

Réception ce dimanche 29 janvier à Desprats (un repas supporters ...

»

Lot : « Personne n’empêchera Alliance Police Nationale de manifester »

Le syndicat met les points sur les i.  Jean-Paul Peixoto, ...

»

Luzech : La mise au point de la mairie sur le projet AbFab dans l’ancien collège

Précisions du premier magistrat de la commune.  Le maire de ...

»

Maxou : Le Lot peut être fier des performances du Haras des Templiers

Bon début de saison.  Gaëlle Liger est installée dans le Lot ...

»

Saint-Céré : Bal’Ograph Rock le 4 février au Théâtre de l’Usine 

Coup d’envoi à 20 h 30.  Samedi 4 février, ce Bal’Ograph ...

»

Le collectif des parents de l’école d’Assier et l’Association de Défense des Services Publics mobilisés contre la suppression annoncée d’un poste d’enseignant 

2 actions sont prévues.  Le collectif des parents de l’école ...

Menu Medialot