background img

Nouvel article

1845 Views

Cahors : Des parents et des professeurs réclament des sanitaires dignes de ce nom pour les collégiens de Gambetta


Le DASEN a répondu.

« Gambetta = toilettes confinées ! », « Ras la cuvette », SOS santé ! entre Covid et infections urinaires »… Une trentaine de parents d’élèves et de professeurs a manifesté ce 20 janvier devant l’entrée du collège Gambetta. Le motif de cette mobilisation : des toilettes accessibles en nombre limité et dans un état délabré dans l’établissement.

« Cela fait des mois que la FCPE tire le signal d’alarme. Nous nous mobilisons pour que des moyens soient alloués au collège permettant des conditions d’hygiène et de scolarité acceptables pour les enfants. Depuis septembre, nous recevons de très nombreux messages de parents inquiets qui demandent qu’une solution soit trouvée. Maux de ventre, infections urinaires, insécurité, stress des élèves indisposées qui ne peuvent se rendre aux toilettes en temps voulu : les manifestations sont nombreuses. Plusieurs parents témoignent du fait que leurs enfants se retiennent toute la journée et se précipitent aux toilettes dès qu’ils arrivent à la maison. Organisation de réunions avec le principal, envoi de mail, intervention en conseil de la vie collégienne, ou en conseil d’administration, les représentants de parents de la FCPE élus interpellent le principal sans que des solutions durables ne soient trouvées. L’explication systématiquement avancée est la détérioration des toilettes par un petit groupe d’élèves depuis le début de l’année ; poignées arrachées, dégradation des installations sanitaires. Le DASEN a également été saisi. Sans résultat. Aujourd’hui, les parents du collège demandent au préfet que des moyens soient trouvés pour que les enfants puissent de nouveau se rendre aux toilettes dans des conditions dignes » explique Sylvie Laval, représentante FCPE élue au conseil d’administration du collège, qui n’oublie pas de dénoncer la situation ubuesque en période Covid : « Depuis plusieurs mois, le DASEN explique que le protocole sanitaire de lutte contre la Covid est appliqué au sein du collège Gambetta et que se laver les mains constitue le B.A.BA des gestes barrières. Injonction paradoxale : on martèle que les élèves doivent respecter scrupuleusement les gestes barrières alors qu’on ne leur donne pas les moyens de se laver régulièrement les mains ? Le principal a reconnu en comité d’hygiène et sécurité mardi soir le nombre insuffisant de toilettes au sein de l’établissement. Que penser du nombre réduit en application du protocole – et régulièrement sous l’effet des dégradations -, où un lavabo sur deux de surcroît est condamné pour éviter le brassage ? A titre d’exemple, à la pause de 10 heures d’une durée de 15 minutes : pour les 3èmes – 4èmes, seules 3 élèves peuvent accéder simultanément au bloc sanitaire ; à raison de 3 à 5 minutes par élève, cela permet seulement l’accès de 30 à 45 élèves sur environ 200 élèves filles sur ce bloc donné affecté aux 3èmes –  4èmes. Certains élèves y renoncent. Quand les toilettes sont dégradées, des toilettes sont fermées et ce nombre est réduit. En dehors des pauses, pendant le temps de cours, les élèves doivent demander à la vie scolaire l’ouverture des toilettes. Comment une administration responsable peut-elle accepter cet état de fait ? Il est temps, monsieur le préfet de trouver une solution pérenne pour nos enfants ! » Le message est passé.

> La réponse de Xavier Papillon, le DASEN : « Le problème a été suivi. L’établissement a dû faire face à des dégradations. Les toilettes ont été réhabilitées avec l’intervention du Conseil départemental. J’ai également mis des moyens supplémentaires pour qu’il y ait davantage de surveillance. Pour le lavage des mains, il y a du gel hydro alcoolique en classe et disposé dans l’établissement. Le comité d’hygiène et sécurité qui s’est réuni ce mardi n’a pas fait remonter d’éléments. Enfin, le conseil pédagogique va se réunir demain et jugera, par rapport au contexte sanitaire, s’il faut mettre en place un dispositif d’alternance – présentiel – distanciel pour les 4èmes et 3èmes. »

> Parallèlement à cette revendication, les parents tiennent à signaler, « l’absence de préau » : « Le collège compte plus de 800 élèves et ne dispose d’aucun abri. Les études surveillées ne sont pas en nombre suffisant et les élèves ont été livrés à eux-mêmes entre midi et 2 heures sous la pluie pendant tout l’automne. Ces dernières semaines, ils ont dû supporter des températures très basses, jusqu’à moins 10 degrés dans la cour. Les emplois du temps à trous font que les enfants passent parfois 4 heures dehors. Idem devant les portes de l’établissement. »

Récemment Publié

»

Lalbenque-Concots : Succès pour le festival Les Mélodies du Causse

1ère édition réussie.  La 1ère édition du festival Les ...

»

Cahors : Le Salon du Livre Ancien et Moderne se tiendra les 10 et 11 septembre

Retour à l’espace Valentré.  Le 24ème Salon du Livre Ancien ...

»

Rocamadour : « Noces de rouille » et « Mon père, cet escroc ! » à Côté Rocher

2 comédies sont à l’affiche cette semaine. Le café-théâtre ...

»

Beauregard : Battages à l’ancienne le dimanche 14 août

Joli programme. Le dimanche 14 août, le village de Beauregard va ...

»

Signature de convention de disponibilité entre le SDIS 46 et le centre de gestion du Lot 

Elle concerne le sergent Nans Lafite. Le centre de gestion du lot a ...

»

Huguette Tiegna salue l’adoption de la loi sur le pouvoir d’achat

La députée du Lot revient sur les mesures.  Les députés et ...

»

3 jours de folie à Dégagnac !

Riche programme concocté par le comité des fêtes.  Les 13, 14 ...

»

Souillac : Lancement de Résurgence VI

Profonde Intuition, l’exposition d’art contemporain qui met à ...

»

Causse de Labastide-Murat : Le service de Transport à la Demande évolue

Tous les détails dans l’article. La Communauté de communes du ...

Menu Medialot