background img

Nouvel article

1945 Views

Cahors : 19 points de contrôle et 26 caméras pour le plan tranquillité


Les délibérations sur la vidéosurveillance ont été votées lors du conseil municipal du 21 septembre.

Le plan de la ville avec les emplacements des caméras de vidéosurveillance a été présenté au conseil municipal du 21 septembre soit 19 points de contrôle dans le centre ancien bien sûr mais aussi aux entrées de ville (le détail va être présenté aujourd’hui), 24 h sur 24 et l’installation d’un comité d’éthique. Un projet sur trois ans pour un montant de 250 000 euros. Pour le nombre de caméras, c’est Brigitte Rivière qui a lâché le nombre de 26. Elle n’a pas été contredite… L’opposition a réagi sur ce programme d’actions « Cahors tranquillité. »

«  Bienvenue chez les Républicains »

Une sémantique que Brigitte Rivière a démontée : « Ce plan « tranquillité » est avant tout pour nous un plan « sécurité ». Ce n’est pas un gros mot ! J’en veux pour preuve ce qui est au cœur de notre débat, la vidéosurveillance, que j’aurais plutôt eu tendance à nommer vidéoprotection. » Et  de poursuivre sur le ton de l’humour : « J’ai envie de mettre un peu de malice dans notre échange et vous dire Monsieur le Maire «  bienvenue chez les Républicains, vous êtes mûrs pour cela ! » Elle a souligné le côté dissuasif du dispositif. Yannick Le Quentrec pour Cahors à gauche a fustigé l’absence de renseignements fournis « sur l’état des lieux, de documents, de chiffres… » et le budget exorbitant du dispositif avant de livrer les pistes sur ce volet de sa liste et notamment le renforcement de la police de proximité et des équipes de travailleurs sociaux. Isabelle Eymes de « @ Cahors l’Humain d’Abord » a souligné l’absence du coût de fonctionnement de ce plan et a terminé en dénonçant ce « business de la peur » conseillant au conseil municipal de regarder Cash Investigation sur le sujet.

Assurance Axa Cahors Christophe Bertrand

Serge Munte, adjoint sécurité, a tenu à rassurer : « On parle de sécurité mais aussi d’incivilité. Ne rien faire serait catastrophique. Les images seront enregistrées mais également visibles en permanence au commissariat et dans les locaux de la police municipale. L’Etat va participer au financement à hauteur de 45 %. Sur les trois ans, cela représente 1,7 % de nos investissements. C’est sûr que vous allez être filmés comme dans une banque, sur l’autoroute, les grandes surfaces… Est-ce que cela pose un problème ?» Et d’égrener la facture des dégradations de mobiliers urbains : 65 000 euros en 2013, 80 000 en 2014.

« La sécurité est la première des libertés »

Jean-Marc Vayssouze, la frange à droite mais serein comme jamais, a conclu : « Je me doutais qu’il y aurait des interventions démagogiques et dogmatiques. La sécurité est la première des libertés. Nous avons l’obligation d’agir. Les tiroirs sont pleins de diagnostics. Des rapports, il y en a eu. Le meilleur des diagnostics est de se confronter à la réalité. Mme Eymes, vous avez assisté à une réunion publique. Vous avez mesuré l’exaspération de certains, de gens qui ne sont pas réactionnaires, qui ont envie de vivre ensemble. Je veux leur apporter une  réponse. Le plan est le plus abouti possible. Au fur et à mesure de son déploiement, nous partagerons ensemble le résultat de cette politique. » Yannick Le Quentrec et Isabelle Eymes ont voté contre. Le conseil s’est ensuite poursuivi… dans la tranquillité.

Photo : Une caméra de surveillance devrait être installée place Rousseau

> Accueil des réfugiés. Une motion a été votée à l’unanimité pour l’accueil des réfugiés.

> Des ruches implantées en ville. Une convention de partenariat avec Gil Combet a été votée pour l’installation de ruches dans la ville :  7 à 8 dans le quartier Saint-Mary et 2 aux serres municipales. L’apiculteur, en contrepartie s’engage à fournir gratuitement 20 pots de 500 g à la ville qui seront confiés au service restauration. GrDF participe à hauteur de 800 euros à ce projet.

> Nouvelle mutualisation. La création de quatre services communs entre le Grand Cahors et la ville a été votée : administration générale et affaires juridiques, finances, ressources humaines, communication. «Où allez vous vous arrêter ? »  a lancé Yannick Le Quentrec qui a voté contre. Isabelle Eymes s’est abstenue.

Récemment Publié

»

Lalbenque : Ecouter voir « au plus près des Lotois »

Le nouveau centre a été inauguré. Plus de 60 personnes étaient ...

»

La ville de Cahors rend hommage à Samuel Paty et témoigne de son soutien à l’ensemble de la communauté éducative

Drapeaux en berne, affiche de soutien minute de silence et pont ...

»

Cauvaldor : Sur les traces de Joséphine Baker

Une visite-médiation  au Château des Milandes est programmée le ...

»

Cahors : Ils demandent la création d’une Maison d’Accueil Spécialisée et d’une Maison d’Accueil Temporaire

Des parents ont manifesté devant l’ARS. Le 15 octobre dernier, une ...

»

Election au tribunal de commerce de Cahors

Les candidatures seront reçues à la préfecture du Lot jusqu’au ...

»

Lot : Les conseillers départementaux à nouveau en séminaire

Ils ont fait le point sur les projets en cours et à venir. A ...

»

Capdenac (RD 840) : Travaux de nuit sur le nouveau giratoire du Couquet

Ils sont prévus du lundi 26 au mardi 27 octobre et du mardi 27 au ...

»

Cahors : Prolongation de la fermeture du foyer et de l’espace social et citoyen de Sainte-Valérie

Elle sera effective jusqu’au 2 novembre. Les travaux de mise hors ...

»

Cahors : Casimir Ferrer pose deux insectes dans la ville

Les deux oeuvres sont situées place Bergon et place ...