background img

Nouvel article

2778 Views

« Allo ? Je voudrais le 50 à Cahors ! »


Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux sociaux.

Mercredi, Fabien Galthié a réussi son coup. Le hashtag #Montgesty a fleuri dans les médias et sur les réseaux. On relèvera que des confrères nationaux ont été sensibles à la poésie des lieux. Dans Le Parisien, on a lu : « C’est là au bout d’une route sinueuse, sur les contreforts du parc national du Quercy au nord de Cahors, que Fabien Galthié a décidé de présenter le nouveau staff du XV de France (…). Le sélectionneur, qui n’en est pas à un cadrage-débordement près, a surpris volontairement tout son monde en convoquant les médias dans la minuscule salle des fêtes de son village natal qui avait rarement connu telle effervescence. « Il nous semblait normal d’ouvrir nos maisons, nos racines, nos origines » énumère le nouveau patron des Bleus. « Ça nous donne de la force et la force, on en a besoin. » Et de noter à propos de son père et maire : « L’édile de Montgesty espère bien avoir droit à une petite visite. « Si jamais on gagne la Coupe du monde, je leur ai dit qu’ils devront ramener le trophée ici », sourit le père avec un accent rocailleux délicieux. » Dans 20 Minutes, le compte-rendu est tout aussi positif. « Depuis dimanche soir, le sélectionneur était réuni en séminaire dans la ferme familiale avec le premier cercle de son staff, dans une version studieuse du Cœur des Hommes, où le Quercy aurait remplacé le Luberon. Le travail terminé, une conférence de presse a été organisée dans la salle communale, le long de la rue principale, en face du monument aux morts où 25 noms sont couchés. Plus de 60 journalistes ont répondu à l’appel bucolique. Le bâtiment, dont l’aspect défraîchi tranche avec la beauté des maisons en pierres blanches environnantes, a été prêté par le maire. Le village vit naître Saint Jean-Gabriel Perboyre (1802-1840), prêtre étranglé sur un gibet en forme de croix au centre de la Chine et canonisé en 1996. La statue du martyr trône devant la splendide église Notre-Dame de l’Assomption, à quelques pas de la salle où Galthié étrenne un mandat qui, pour certains de ses prédécesseurs, s’est transformé en chemin de croix. » Et de conclure en détaillant le buffet gourmand annoncé : « Promesse tenue, entre gigot d’agneau, magret de canard sur canapé, cabécou, rouleau de printemps au foie gras arrosé de Cahors. Tout est lotois, sauf (forcément) les huîtres. »

Autre sujet. Pour confirmer que le web et les réseaux sociaux ne sont pas que des déversoirs de haine, des pourvoyeurs de fake-news ou de futilités. Sur Facebook, par exemple, j’ai été fier d’intégrer le groupe Le Vieux Quercy : histoire et patrimoine. Une mine de documents anciens, de vieilles photos, une plongée dans le rétroviseur qui conjugue sérieux et nostalgie. Au lendemain du 11 Novembre, j’y ai découvert le faire-part de décès de l’abbé Léon Blanc, né à Sabadel-Lauzès le 2 mai 1884, devenu professeur de Dogme au Grand Séminaire de Cahors, docteur en Théologie, puis, pendant la Première guerre, aumônier volontaire au 7ème Régiment d’infanterie, quatre fois cité à l’Ordre du jour, décoré de la Médaille militaire, et mort pour la France le 18 avril 1919 à l’hôpital mixte de Cahors. J’y lis cette phrase extraite d’une lettre envoyée par le défunt à ses proches, en plein conflit : « Il y a là-bas sur les champs de bataille, durant les nuits terribles, des âmes et de la gloire pour l’Église à recueillir une mort glorieuse, peut-être, à rencontrer une mort de héros et de martyr. Ce beau destin m’a tenté. »

Dans un registre plus léger, toujours sur cette page, des archives liées à l’hôtel Terminus. Elles datent d’un temps où l’on ne parlait pas de publicité mais de réclame, où l’on ne distribuait pas des flyers mais des cartes. Sur l’une d’elles, il est noté fièrement que l’établissement possède des « appartements avec salles de bains » et qu’il est « spécialisé dans la réception des cars d’agences de voyages ». Un brin de modernité balayé quand on remarque que pour joindre l’accueil, il faut demander à l’opératrice le « 50 à Cahors » depuis son téléphone en bakélite…

article

Récemment Publié

»

Saint-Chamarand : Exposition «1 heure 1 kilomètre» de Catherine Dedieu-Lugat

Parcours artistique de confinement. Une exposition d’une dizaine de ...

»

Feu de cheminée à Vidaillac

En 2019, les pompiers du Lot  sont intervenus à 175 reprises pour ...

»

Cauvaldor défend les petites villes de son territoire

Pour 9 communes, la Communauté de communes a déposé une ...

»

Grand Figeac : L’Office de tourisme renouvelé

Nouvelles têtes pour la structure. Depuis le 3 novembre dernier, ...

»

Bière au Malbec et clic & collect pour la brasserie les Acolytes

La micro brasserie, située à Fages, ne chôme pas. « La bière ...

»

Cahors-Saint-Pierre-la-Feuille (RD 820 et RD 261) : Réfection de la chaussée et modification de circulation

Les travaux sont programmés du 25 novembre au 18 décembre. Le ...

»

Lhospitalet : Une commune en plein essor

Tour d’horizon des projets. Aux dernières municipales à ...

»

Saint-Paul-de-Loubressac : Le CEN lance un financement participatif pour acquérir 13 hectares

L’objectif est de préserver la faune et la flore. Depuis plus de ...

»

Leyme – Lacapelle-Marival – Sousceyrac : Le salon TAF virtuel de Figeac vous ouvre ses portes via France Services Ségala-Limargue

Il aura lieu ce jeudi 26 novembre. La Région Occitanie organise ...