Nouvel article

927 Views

Sibelle : « Pour 100 bornes, t’as plus rien ? »


Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et surtout par ses chats.

Nous avons procédé avec méthode. Deux options se présentaient. La méthode à l’ancienne, à savoir un compas et une bonne vieille carte Michelin ou IGN. Ou la méthode numérique version 2.0, en nous connectant depuis l’ordinateur du salon à Google Map ou au site public Géoportail qui possèdent chacun un outil adapté. Notre mission, ce jour-là, avec ma chère protégée féline : tracer un cercle de 100 km autour de la maison. Pas 80 ou 120, mais 100. Car ainsi en a décidé le Premier ministre. En tablant sur le fait que le chef du gouvernement évoquait ces 100 km comme la distance maximale de nos trajets depuis notre domicile en terme « orthodromique ».

article

« Ortho… quoi ? » a sursauté Sibelle. « A vol d’oiseau, quoi » ai-je répondu, pas fâché de démontrer à ma tigresse que j’avais quelques notions de vocabulaire. J’ouvre une parenthèse : j’aime ces mots un peu savants ou compliqués qui désignent des choses ou des concepts par ailleurs assez simples. Dans le genre, je confesse une tendresse particulière pour « paréidolie », cette illusion d’optique qui consiste à distinguer un visage ou en tout cas une forme humaine ou animale dans un nuage, une pierre, des stries sur un tronc d’arbres…

Bref. Une fois l’opération réalisée, nous avons pu conclure que depuis le sud du département, nous pourrions rejoindre Bergerac, Auch, Toulouse et Albi, mais aussi Périgueux, Limoges ou Aurillac depuis le nord du Lot et enfin Rodez depuis le sud-est. Nous avons aussi constaté que toutes les localités lotoises étaient distantes les unes des autres de moins de 100 bornes ! C’est pile-poil. Parfois ric-rac. Mais c’est OK. Une sorte de hasard heureux. Très égoïstement, mes enfants étant confinés dans la capitale de l’Occitanie, j’ai poussé un « ouf » de soulagement. Soit dit en passant, ça se joue à quelques hectomètres. Et tout dépend aussi de la localisation du logement à Toulouse… Presque rassérénés, encore que Sibelle ne cachait pas son désarroi sur le fait que le rayon de 100 km ne permettrait pas aux Lotois de se tremper les pieds dans la mer ou l’océan avant un moment, nous avons alors devisé sur d’autres sujets.

Comme la météo annonçait un week-end pluvieux et l’absence de muguet dans notre jardin où cependant, la nature nous a offert un joli cadeau : une orchidée sauvage est miraculeusement apparue à proximité du mur du bolet, comme si elle s’était échappée du causse proche pour voler la vedette aux roses Pierre de Ronsard en pleine floraison tandis qu’un peu plus loin, toujours rétif à suivre le mouvement ou les modes, voire à remplir des attestations, patronyme oblige, notre rosier Léo Ferré commence seulement à former ses boutons avant que ceux-ci, dans quelques jours, ne se muent en feu d’artifice rougeoyant. Et de « rougeoyant » à « rouge »… il n’y eut qu’une carte.

Celle qui est apparue jeudi soir, à la télé, lors du point presse du ministre de la Santé. Médusés, comme des milliers de Lotois, nous vîmes alors que le Lot était en rouge sur la carte du déconfinement. Sibelle et moi avons écarté rapidement certaines hypothèses : d’habiles hackers appartenant à quelque groupuscule d’ultra-gauche ayant piraté le site du ministère pour signifier qu’en cette veille de 1er mai, le Lot restait une terre fidèle à l’héritage de Jaurès, ou le résultat d’un lobbying forcené de vignerons jugeant utile, en dépit du contexte, de rappeler que notre terroir produisait le meilleur rouge de l’Hexagone… Non, ces explications ne tenaient pas la route. La nuit qui suivit fut agitée. Quoi ? Le Lot en rouge ? C’était un complot. Ou alors, bien qu’ayant certes fait ici des victimes et nécessité un exemplaire dévouement des soignants, tout en se montrant moins féroce que dans le Grand Est ou le Nord, ce satané virus avait contre toute logique envahi en quelques heures le Quercy de part en part. Hier matin, les explications sont tombées. Il s’agit d’une erreur dans le système de comptage de l’administration. Ouf. Cela ne veut pas dire pour autant que l’on soit tiré d’affaire. Qu’il faut se relâcher. Et en terme de communication, au final, ce bad buzz peut se muer en coup de projecteur bienvenu. L’agence de développement touristique l’a bien compris twittant dès hier après-midi : « Le Lot : mise au vert au pays du vin rouge ! Voyons le côté positif des choses, les gens vont mieux situer le Lot sur une carte de France… »

Et Sibelle a eu le mot de la fin : « On ne sait pas combien de temps on sera obligés de se limiter à 100 bornes après le 11 mai, mais une chose est sûre : parfois, comme dans la pub, certains dépassent allègrement les bornes des limites (ou vice versa). »

Récemment Publié

»

Cahors : Bilan positif pour le fauchage tardif et de l’éco-pâturage (avec des moutons) en projet

Retour d’expérience et perspectives vertes sont au programme. « ...

»

Grand Figeac : Philippe Landrein, candidat à la présidence de la Communauté de communes 

La tête de liste de Figeac Autrement se présente. Ce mercredi 15 ...

»

Rocamadour : Deux spectacles inédits à Côté Rocher

Ils sont à l’affiche les 13, 14, 16, 17, et 18 juillet. Côté ...

»

Chacun de nous est « né quelque part » et parfois… à Cahors !

Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux ...

»

Raphaël Daubet élu président de Cauvaldor

Le conseil communautaire a eu lieu ce samedi. Marathon ...

»

Arcambal : Colère à Pasturat

La route communale menant à Saint-Géry est bloquée par un ...

»

Pompiers du Lot : Les formateurs de premiers secours en stage à Luzech

Il a rassemblé 17 soldats du feu. Le service formation des ...

»

Désenclavement ferroviaire du nord-est de l’Occitanie et du Lot : Un combat au quotidien

Jean-Noël Boisseleau est en première ligne. Jean-Noël ...

»

Figeac : Pascal Renaud veut « s’inscrire dans la durée pour bâtir l’avenir »

Le conseiller municipal d’opposition revient sur ses ...