background img

Nouvel article

2006 Views

Sibelle, les passagers de l’Adamant, le rail qui déraille dans le Lot et les livres qu’on lira… ou pas 


Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et surtout par ses chats. 

Lundi._ Il y a des semaines qui commencent mieux que d’autres, où se lever le lundi matin paraît plus léger, où l’on ne fait même pas attention à la couleur du ciel au moment de s’habiller, tant on voudrait se contenter d’un bermuda et d’un tee-shirt parce que de toute façon, on a chaud au cœur et à l’âme… C’était notre cas, ce lundi, avec Sibelle. Pour une raison assez simple au demeurant : on avait passé un excellent dimanche… La journée avait débuté par un tour sur le marché du village et un bouquet d’asperges vertes tendres et parfumées que l’on a savouré au déjeuner. Suivit une escapade à Montauban pour rencontrer des amis, et, alors que je promenais un garçonnet le long du miroir d’eau de la Place Nationale, celui-ci a tourné sa frimousse pour me demander : « Pourquoi on n’a pas le droit de marcher sur l’eau ? ». Je me suis empêtré dans mes explications, et une fois que l’on eut regagné la terrasse, sous les arcades, pour boire un café, le gamin a interpellé sa maman : « Il est quand même gentil Papy Zinzin… » Quelqu’un avait donc vendu la mèche : avant même que je cultive l’art d’être grand-père, mes enfants m’ont trouvé un surnom qui risque bien de me coller aux basques un long, très long moment… Sibelle en pleure de rire. Une félicité qui fut nôtre aussi en toute fin de soirée, quand, dans les dernières secondes, l’Olympique de Marseille l’a emporté à Lyon. Un but en forme de gag alors que jusque-là, le gardien d’en-face avait repoussé avec brio toutes les tentatives de l’OM. Et ce n’est pas tous les dimanches soir que les supporters marseillais, même établis dans le Lot, ont le sourire !

Et puis. Et puis surtout, ce dimanche en fin d’après-midi, au Grand Palais, on est monté à bord, ou plutôt « Sur l’Adamant », un film de Nicolas Philibert, documentariste génial que les Lotois applaudirent en son temps au festival de Gindou. Cette fois, il a posé sa caméra sur un hôpital de jour aménagé sur un bateau, à Paris, sur la Seine. Des hommes et des femmes qui suivent par ailleurs un traitement contre leurs troubles psychiatriques viennent y participer à des ateliers d’expression artistique, faire de la couture, ou simplement boire un café, taper la discute. On les écoute dire que sur l’Adamant, leur vie déchirée et déchirante leur semble plus légère, on perçoit dans leurs propos comme dans leurs regards une humanité rayonnante, voire joyeuse, et parfois ce qui pourrait être une forme de sérénité, et l’on saisit en parallèle le défi permanent des soignants qui encadrent cette croisière immobile mais si hardie, car si l’Adamant n’a pas de mât ou de voiles sur le pont ni de moteur en cale, il lui faut pourtant, de temps à autre, affronter quelque houle. Je connais bien l’un d’eux, l’un de ces professionnels : mon ami Arnaud consacre depuis des années son énergie et son savoir-faire à cette traversée unique en son genre. Je suis heureux pour lui et pour tous ceux que Nicolas Philibert a filmés avec tact. Leurs visages et leurs mots ont ébloui notre dimanche et les jours qui ont suivi. Courez voir « Sur l’Adamant » : ce n’est pas un radeau de médusés, c’est un îlot un peu fragile mais beau comme un sourire. 

Mardi._ On apprend que les abandons de chats et de chiens sont en augmentation vertigineuse. Certains avancent le chiffre de + 20 % tous les mois. Les refuges sont débordés. Et on craint le pire avant les grandes vacances. En cause, d’abord et surtout, l’inflation. Ma chère Sibelle est évidemment effrayée. Elle sait que tous ses congénères n’ont pas sa chance… Même si cela ne l’empêche pas de se plaindre de temps à autre, et c’est d’ailleurs à cela que je constate qu’elle est en bonne santé ! Pas plus que d’autres, je n’ai de solution miracle. D’aucuns plaident pour une politique plus volontariste en terme de stérilisation, ou pour durcir les conditions d’adoption, voire d’achat. Certes. Quant à ma protégée féline, elle s’apprête à rédiger un courrier au ministre Bruno Le Maire pour que les prix des croquettes soient bloqués et que soit instauré l’équivalent du chèque énergie pour les propriétaires de compagnons à quatre pattes. Dois-je préciser que je suis très dubitatif ? 

Mercredi._ On en viendrait presque à conclure que notre département est un peu (beaucoup ?) maudit sur le plan ferroviaire. On savait l’interminable feuilleton des tracas que connaissent les usagers de la ligne de Paris, le débat sur l’avenir de l’ancienne ligne Cahors-Capdenac, les millions déjà réclamés pour la future mais encore hypothétique LGV Bordeaux-Toulouse, sans oublier l’incendie de la gare de Figeac. Or, la liste s’est allongée ces derniers jours. A quelques heures d’intervalle, voilà que cette semaine, le guichet de la gare d’Assier a été fermé (de quoi évidemment raviver l’inquiétude quant à la pérennité du service et de la gare elle-même) et que par ailleurs, la coopérative lotoise Railcoop a annoncé suspendre son activité fret entre Viviez-Decazeville (Aveyron) et Saint-Jory (Haute-Garonne) pour se concentrer sur le projet de train de voyageurs entre Bordeaux et Lyon. Par ailleurs, certaines collectivités demeurent timides pour accompagner la coopérative qui pourrait se doter d’une nouvelle équipe dirigeante. Quelqu’un sait s’il existe un signal d’alarme pour dire « stop » ? Sibelle me glisse dans l’oreille qu’elle connaît la réponse. 

Jeudi._ Le conseil départemental du Lot a signé une convention avec un organisme para-public afin de réaliser « un diagnostic des vulnérabilités du Lot au changement climatique ». Des experts vont d’ici la fin de l’année « définir les enjeux d’adaptation auxquels le territoire et ses habitants devront faire face afin d’anticiper et préparer demain ». Autrement dit, le diagnostic doit répondre à ces multiples questions : entre « vagues de chaleur, précipitations abondantes et autres phénomènes météorologiques extrêmes, quelles seront les conséquences sur l’agriculture, sur les ressources en eau, sur notre environnement, sur les réseaux et les équipements, sur les Lotois et leur santé ? » L’initiative est évidemment la bienvenue. Mais quand on s’approche doucement mais sûrement de la soixantaine, ce qui est le cas de votre serviteur (alias Papy Zinzin), on ne sait plus trop si les moments de paresse ou de lassitude sont dus, en été notamment, aux caprices du mercure ou aux prolégomènes d’un glissement vers le troisième âge et son cortège de douleurs lancinantes… Ma tigresse domestique sort ses griffes : « Arrête de te plaindre. Et dis-toi que nous les héritiers de Maurice Faure. Car nous sommes pauvres mais nous sommes beaux. Même en temps de crise climatique. » 

Vendredi._ A Vire-sur-Lot, il y a quelques jours, des habitants ont manifesté pour protester contre la fermeture annoncée de la bibliothèque du village. Je ne veux entrer dans le détail de l’affaire, qui est liée à des contraintes de sécurité et de budget. Mais avec ma chère féline, on voulait conclure par cette info. Tant qu’il existera des citoyens lotois pour s’inquiéter que l’on ferme des bibliothèques, on aura des raisons de croire que tout n’est pas perdu. Non ? 

Visuel DR

Récemment Publié

»

Cahors-Lalbenque : Nouveaux baptêmes du cœur à l’Aéroclub du Quercy 

3ème édition.  Une nouvelle fois l’Aéroclub du Quercy a ...

»

Cahors : Un distributeur à compotes Andros et du fromage Cant’Avey’Lot au menu du lycée Clément Marot 

Les jeunes se sont régalés.  « Après 2 ans d’absence je ...

»

Fortunes diverses pour le Tennis Club de Trespoux face à Sousceyrac

Retour sur les rencontres du week-end. Ce samedi 18 mai les ...

»

Cressensac-Sarrazac : Le Rionet fête les jeux ce samedi 25 mai !

Rendez-vous sur la place du moulin d’Antoine à ...

»

Pern et Lhospitalet : Les enjeux de la commune nouvelle 

Une nouvelle réunion publique aura lieu le 24 juin.  Le 29 avril ...

»

Cahors : Troisième édition de l’afterwork by POPITA le 13 juin

La billetterie est ouverte sur popita.events (lien dans ...

»

Cahors : Soirée David Lynch ce mardi au cinéma Le Grand Palais

« Une histoire vraie » et « Sailor et Lula » sont à ...

»

Trespoux :  Le festival « Tu Soutires ou Tu Pointes ? » est de retour les 1er et 2 juin 2024

3ème édition plus festive que jamais.  Enfin un salon des vins bio ...

»

Dégagnac : Edith Lagarde et  Frédéric Gineste à la rencontre des maires du canton 

13 projets ont notamment été soutenus par le Département.  La ...

Menu Medialot