background img

Nouvel article

687 Views

Sibelle, les Canadairs, la fracture numérique, les yeux dans les étoiles (du Michelin) 


Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et surtout par ses chats. 

Mercredi, attisé par le vent, un incendie qui s’était déclaré à Cabrerets a parcouru une vingtaine d’hectares. Les pompiers lotois sont rapidement intervenus mais le caractère accidenté des lieux a nécessité le soutien de Canadairs basés dans le Gard. Lisant le récit des événements sur notre site préféré, Medialot, avec Sibelle, nous nous sommes demandés où les appareils avaient refait le plein (d’eau). Quelques lignes plus bas, nous apprenions qu’ils avaient choisi un lac dans le Tarn (bien que tout fût prêt pour qu’ils puissent éventuellement le faire sur Cahors). 

Je ne peux m’empêcher de raconter à ma tigresse domestique les frayeurs qui avaient été miennes alors que gamin, encore, je passais des vacances en famille près de Nice. Un après-midi, sur la plage de galets, alors que le feu ravageait des collines dans l’arrière-pays, nous avions observé stupéfaits des Canadairs venir écoper au large. Le ballet aussi spectaculaire qu’inquiétant avait duré plusieurs heures. Même le marchand de beignets et d’esquimaux avait posé son barda pour ne rien manquer du manège. J’étais d’autant plus terrorisé que mon père avait relayé une rumeur tenace. Quelques années plus tôt, dans des circonstances similaires, il se disait qu’un nageur qui s’était éloigné du rivage avait été happé et aspiré par le gros avion jaune avant d’être largué quelques minutes plus tard dans le brasier. Comme toutes les rumeurs ou presque, il n’en a jamais rien été mais cela m’avait stupéfié. Je ne peux plus lire le simple mot « Canadair » sans y penser et sans que des frissons me parcourent le dos, même des décennies après cet après-midi estival sur la plage de Cagnes-sur-Mer. 

Autre chose. C’est en ce mois de mars 2022 que le président du Conseil départemental Serge Rigal a détaillé le projet de mandat de la collectivité baptisé « Lot à Venir ». « Je comprends le jeu de mots, soit, mais pour le reste, alors que les élections ont eu lieu en juin 2021, il était temps, non ? » persifle Sibelle. Je la laisse à son insolence et parcourant le « projet », je m’attarde sur une pique un brin plus politique : concernant le volet social, revenu définitivement de ses illusions de 2017, Monsieur Rigal a usé d’une formule claire et nette alors que le chef de l’État imagine à terme conditionner le RSA à « 15 à 20 heures de travail ». « Nous ne sommes pas de ceux qui estiment qu’il  faut faire la chasse aux pauvres, mais bien la chasse à la pauvreté et aux conditions qui la rendent possible » a tonné Serge Rigal. Je note encore la volonté de réaliser 161 km de voies vertes (le long de la Dordogne et du Lot) et un chapitre dédié à la formation des habitants éloignés du numérique. 

« Un vrai problème alors que les guichets des services publics se ferment les uns après les autres. La fracture numérique, personne n’en parle dans cette campagne présidentielle qui n’en est d’ailleurs pas vraiment une » remarque ma protégée féline. Et elle a mille fois raison. Tenez, je vais prendre un exemple que je connais bien, celui de ma chère maman. Plus de 80 ans désormais mais en pleine forme. Tant mieux. Mais en dépit de ses efforts, pas vraiment à l’aise quand elle met en route son petit ordinateur. Alors, à plusieurs centaines de kilomètres, je fais office (évidemment bien volontiers) de hot-line (lisez « Service d’assistance téléphonique » en bon français). Et je me demande ce qui se passe ou s’est passé pour les seniors (ou les autres) qui ne maîtrisent pas le b.a.-ba de l’informatique quand il fallait pendre un rendez-vous en ligne pour se faire vacciner ou tout simplement chercher des horaires puis acheter un billet de train. Quand on pense que l’essentiel de cette campagne présidentielle, justement, se passe ou à la télé ou sur les réseaux sociaux, c’est aussi une question démocratique, non ? 

Sur ce, concluons ce rendez-vous par une bonne nouvelle. On savait que le Lot était réputé pour son ciel qui se prête aux observations astronomiques nocturnes. Mais la nouvelle édition du Michelin a confirmé que ses tables étaient également favorables aux étoiles. De Cajarc à Saint-Médard en passant par Mercuès, Lacave, Saint-Céré et Sousceyrac, ses sept restaurants étoilés ont gardé leur macaron. Comme quoi Maurice Faure dont j’adore la formule que je vous ressers maintenant chaque semaine n’avait pas tort mais n’était pas exhaustif : « Nous sommes pauvres mais nous sommes beaux », disait-il. Mais il aurait pu ajouter : « Et nous sommes bons cuisiniers ». Mais on ne peut pas tous les jours fréquenter des tables prestigieuses, même si les prix affichés y demeurent plus raisonnables que dans bien des régions.

Ainsi, chez nous, ce vendredi midi, nous nous offrons une petite folie. Toute la maisonnée (Sibelle comprise) a donné son accord. Nous allons déguster le plat du jour (à consommer sur place ou à emporter) du relais routier à quelques kilomètres de chez nous. Je ne donne pas son nom mais il nous invite à garder espoir… Bref, on va manger un formidable cassoulet. La part est facturée 7 euros. Vous avez bien lu. 7 euros. Et c’est tout simplement très bon. Le confit et la saucisse ne sortent pas d’une usine. Et les haricots sont fondants. Si je n’avais pas fini par y habiter, je crois que j’aurais choisi de vivre dans le Lot à demeure ! 

Récemment Publié

»

Cahors : Lancement de l’appel à projets citoyens le 1er juin 2022

Une enveloppe globale d’investissement de 30 000 euros en 2022 ...

»

Limogne : Mozart dans tous ses états à La Halle le 2 juin

Un spectacle à ne rater sous aucun prétexte. La Communauté de ...

»

Lot : Travaux à l’horizon sur les routes départementales 

Les RD 820 et RD 49, RD 662, et RD 232 sont ...

»

Rugby à XIII : Cahors Lot XIII face à Le Thor XIII pour le bouclier de Fédérale 2

Coup d’envoi à 15 h 30 ce 29 mai. Cahors Lot XIII retrouve enfin ...

»

15 petits taekwondoïstes lotois à la rencontre d’une championne du monde

Les jeunes ont participé à un stage avec Yasmina Aziez. Le ...

»

Hôpital de Gourdon : Le soutien d’Edith Lagarde et de Frédéric Gineste

Les conseillers départementaux en appellent au ministre.  Edith ...

»

Sibelle, le rendez-vous manqué avec le député et les moutons d’Ouessant 

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

Cahors : « Pablo, y’a encore du boulot !», performance artistique pour l’Ukraine et tous les migrants ce samedi 

Rendez-vous ce 28 mai, à partir de 9 h, sur le parvis de la ...

»

Budget participatif à Lalbenque : Derniers jours pour voter !

Clap de fin ce 28 mai.  Dix projets imaginés par les ...

Menu Medialot