background img

Nouvel article

1578 Views

Montfaucon : Ils ont manifesté pour « sauver » le service de cardiologie de la Roseraie


article

Le rassemblement a eu lieu ce lundi.

« La Rose… arrêt cardio, t’as mal au coeur alors va ailleurs », « Le Lot, le désert à chaque pas »… Banderoles sur les murs de la Roseraie à Montfaucon, signature de pétition… et une centaine de manifestants au rendez-vous de la mobilisation pour le maintien du service de réadaptation cardiaque à la Roseraie. Côté élus, Marie Piqué, vice-présidente de la Région Occitanie, et Gérard Gaydou, maire de Concorès, étaient présents.

« On espère que les choses vont s’accélérer dans le bon sens du côté de l’ARS et du conseil d’administration. Si nous sommes là aujourd’hui, c’est parce que le conseil d’administration refuse de nous rencontrer. Les moyens ne sont pas suffisants pour attirer des cardiologues. Des cabinets de recrutement ont été sollicités mais on ne sait pas ce qu’il en est sorti car il n’y aucune transparence. Il n’y a pas d’autres projets qui tiennent, pour nous il n’y a que le maintien du service de cardiologie » a précisé Nelly Dufour, infirmière du service et secrétaire du CSE avant de conclure en rappelant des chiffres : « Nous avons accueilli dans le service plus de 450 patients en 2019. Un quart d’entre eux ont eu des complications… que se serait-il passé s’ils avaient été hospitalisés à domicile ? »

> Le maire de Montfaucon, Lionel Vacossin, s’est exprimé sur le dossier : « Je suis favorable au maintien du service de cardiologie qui est important pour la structure et le territoire. »

> Aurélien Pradié, député du Lot, a écrit au président du conseil d’administration : « L’établissement de la Roseraie est, pour notre département et bien au-delà, une structure jusqu’ici reconnue comme essentielle dans l’accompagnement et la rééducation des patients qui ont connu de graves accidents de la vie. Sa réputation est à la hauteur de la mission stratégique qu’elle assure. Plus encore, la Roseraie est un acteur essentiel de notre territoire, en matière d’emplois, de tissu médical et d’attractivité. A chaque étape de développement de la Roseraie les acteurs départementaux et locaux ont toujours répondu présents. Les Collectivités locales, comme c’est le cas de la Communauté de communes du Causse de Labastide-Murat que je présidais à l’époque, ont notamment participé au cautionnement des emprunts bancaires qui ont permis le développement de votre structure.(…)

Pour bien connaitre et avoir agi sur la question de l’accès aux soins dans notre ruralité, je n’ignore rien des difficultés auxquelles vous avez à faire face. Je sais aussi que, si nous nous mobilisons collectivement et sereinement, des solutions sont envisageables. Plusieurs de vos difficultés sont extérieures à l’Etablissement. C’est incontestable. Mais nous ne devons pas ignorer que plusieurs de ces difficultés sont internes à la Roseraie. Cela doit être mesuré avec lucidité pour y apporter des remèdes. Pour réussir, il nous faut plus de temps. Je vous redis qu’à mon sens, la fermeture rapide du service dès fin août n’est pas acceptable. Il m’apparait indispensable de réunir l’ensemble des acteurs courant septembre et de nous laisser a minima jusqu’à la fin de l’année pour ouvrir des pistes nouvelles qui ne sacrifieraient pas ce service. Les médecins cardiologues sont pleinement en mesure d’assurer la suite du service durant plusieurs mois encore. Si le service cesse d’ici quelques jours, ils se retrouveraient sans activité, ce qui est inconcevable à l’heure où nous manquerons de cette ressource médicale dans notre département. Pour ce qui est de l’équipe d’aides-soignantes et infirmières, les démissions groupées et répétées ne peuvent que nous interroger. Je ne doute pas que vous cherchez à en comprendre toutes les raisons. Les personnels encore en poste ont formulé plusieurs propositions de réorganisation de leurs journées de travail ou encore le report de leurs congés. Ces propositions doivent être étudiées avec précision. Le maintien d’une activité, même réduite, du service jusqu’à la fin de l’année, nous laisserait ainsi pleinement le temps d’étudier les solutions durables. C’est un préalable incontournable. Cette situation n’est positive pour personne. Ni pour l’Etablissement que vous présidez, ni pour le territoire et l’attractivité de notre département, ni pour les personnels dont le travail est chaque jour remarquable, ni pour la population lotoise. Je suis convaincu que vous partagez cette inquiétude. Nous devons nous laisser du temps pour associer collectivement nos forces et nos solutions. Pour ma part, comme élu local et député, j’y apporterai toute mon énergie.Nous sommes aujourd’hui nombreux à espérer que vous entendiez cet appel. »

Photo @DR

Récemment Publié

»

Gabriel Loubradou nous a quittés

L’association « Stop à l’Oubli » dont il était président ...

»

Cahors : Menu spécial Halloween ce samedi soir au Coin des Halles

On va se régaler ce 30 octobre dans l’établissement de la place ...

»

Cahors : Kelly Beauty, nouvelle adresse beauté rue des Pénitents 

Le salon est spécialisé dans le maquillage permanent. Kelly ...

»

Lot : Nouvelles limitations aux usages de l’eau à partir du 1er novembre 

Les bassins du Céou, du Tournefeuille et de la Séoune sont ...

»

Cahors : Ateliers de construction d’abris pour la biodiversité de nos jardins ce samedi

Il reste encore des places (c’est gratuit et sur inscription). Le ...

»

Gramat : Une conférence sur la pierre sèche

Elle aura lieu le 5 novembre 2021,  à 20 h 30, salle de ...

»

Place aux jeunes au Tennis Club de Cahors

Stage et tournoi étaient au programme.  En cette première ...

»

Saint-Céré : Histoires de pays contées avec Daniel Chavaroche

Rendez-vous ce 30 octobre, à 17 h.  L’association Aquí l’Òc ...

»

Cauvaldor – Résurgence V : Retour sur les actions culturelles d’octobre

Belle édition 2021.  Cauvaldor revient cette année avec ...