background img

Nouvel article

781 Views

Lot – Election présidentielle 2022 : Appels au vote pour ce dimanche 


Second tour ce 24 avril.

Elus et formations politiques appellent au vote avant le second tour de l’élection présidentielle : 

> Serge Rigal, président du Département, lors de son discours en ouverture de la séance de l’assemblée départementale ce 19 avril : « Les institutions de la Vème République ont 64 ans. Depuis que la République a été rétablie en 1945, nous pouvons même dire que nous vivons sous un régime démocratique depuis 77 ans. Si je fais ce calcul, c’est tout simplement pour remettre en perspective le fait qu’après 3, voire 4 générations qui ont vécu en paix et en démocratie, nous pensons toutes et tous que cet édifice est un fait acquis. Que la liberté est un combat qui n’a plus besoin d’être mené. Que l’égalité des droits, ou encore la liberté d’expression sont des conquêtes définitives de l’histoire. Des conquêtes certes durement acquises par nos aînés, en 1789, en 1830, en 1848, en 1870-71 ou encore entre 1940 et 1945 ; mais, au fond, tout ceci semble pour tout un chacun assez lointain. Or, comme le disait si justement Alexis de Tocqueville à la veille d’une révolution en janvier 1848, « je crois que nous nous endormons sur un volcan ». Pour la première fois de notre histoire contemporaine, un parti anti-républicain et anti-démocratique est en capacité de conquérir le pouvoir. Non pas par la force ou par un coup d’Etat, comme en juillet 1940, mais par la voie légale ! Ce dimanche, la République peut être présidée par une personne totalement anti-républicaine. Depuis 9 jours que nous connaissons cette possibilité, rien ne bouge, ou si peu. L’apathie paraît générale. Il y a bien quelques déclarations convenues de ci de là, il y a aussi quelques timides appels à faire barrage mais ils sont formulées avec tellement de pincettes, de conditions, de clauses et d’arrière-pensée que le soi-disant refus catégorique se transforme au fil de ces détours rhétoriques alambiqués en position ambigüe.Trop ambigüe.. Alors je m’interroge. Où est passée notre vigilance citoyenne qui, en 2002 comme plus faiblement déjà en 2017, avait conduit des millions de personnes dans les rues pour clamer que JAMAIS, je dis bien JAMAIS ILS NE PASSERAIENT ? Pensons-nous vraiment que la République n’est qu’un mot ? Sommes-nous à ce point naïfs et candides pour songer que les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité survivront si les anti-républicains détiennent tous les pouvoirs ? Sommes-nous à ce point amnésiques de notre propre histoire pour ne pas savoir ce qu’il arrive lorsqu’un anti-républicain se saisit des rennes de la République par la voie démocratique ?  Rappelons-nous la première élection présidentielle au suffrage universel de notre pays. C’était en 1848.  Qui l’a gagné, légalement ? démocratiquement ?  Le Prince Louis-Napoléon Bonaparte. A-t-il respecté la démocratie une fois élu ?  Bien sûr que non !  Il a tout simplement mis fin à la Seconde République pour asseoir un pouvoir autoritaire et personnel. L’affaire fut pliée en 3 ans.  En Allemagne en 1933, il fallut 6 mois à Hitler pour liquider la République. Voilà pour le passé.  Vous pourriez me rétorquer, « autres temps, autres mœurs.. » et me dire que cela ne peut se reproduire. Alors envisageons le présent. Sommes-nous à ce point aveugles à ce qui se joue sous nos yeux ? Non pas sous les latitudes qui ont hélas vécu de trop nombreux coups d’Etat au cours de ces 40 dernières années mais tout près. Sur notre continent. A l’est de l’Europe nous pouvons voir comment les forces autoritaires pervertissent les institutions républicaines comme ce fut le cas en Russie pour, ensuite, asseoir leur pouvoir tout en gardant, en façade, le décorum républicain. Alors il est peut-être temps de rappeler avec force un principe simple. Quelle que soit l’époque, quel que soit l’endroit, les ennemis de la liberté ne s’accommodent jamais d’un régime politique de libertés. Les ennemis de la démocratie ne s’accommodent jamais d’un pouce de terrain laissé à la démocratie. Parce qu’ils veulent absolument le pouvoir, dès qu’ils le détiennent, ils ne travaillent qu’à la conquête du pouvoir absolu. Dans ces circonstances terribles, c’est l’honneur des républicains de dire les choses, clairement et sans fausse pudeur. Je sais que dans cette assemblée nous ferons tous le même choix. Celui du bulletin d’Emmanuel MACRON. Je réitère donc mon appel lancé il y a une semaine.  Il ne s’agit pas simplement de faire barrage, il faut bien montrer qu’il y a une différence entre Marine Le Pen, grande amie et supporter de M. Poutine, fervente militante d’une idéologie xénophobe et Emmanuel Macron, avec lequel on peut ne pas être d’accord sur les orientations économiques et surtout sociales qu’il entend prendre mais dont le projet n’est pas un projet antidémocratique. J’invite donc les Lotoises et les Lotois à voter en utilisant le seul bulletin de vote républicain qui soit et je les appelle également à manifester leur attachement à la République. Avec sa poésie « La rose et le réséda », Aragon nous avertissait déjà, en 1943, de la nécessité de s’unir face au péril brun.

Permettez-moi de vous le citer : 

« Quand les blés sont sous la grêle

Fou qui fait le délicat

Fou qui songe à ses querelles

Au coeur du commun combat »

Au-delà de nos différences, plus que jamais, notre combat dimanche 24 avril, c’est de faire vivre la démocratie, c’est celui de la République en commun ! »

> Les élus et élues du groupe Socialiste et Écologiste au Conseil départemental du Lot : Véronique Arnaudet, Dominique Bizat, Vincent Bouillaguet, Jean-Pierre Jammes, Gaëligue Jos, Alfred Terlizzi, Francesco Testa et Régis Villepontoux : «  Nos compatriotes ont exprimé, lors du premier tour des élections présidentielles, un besoin de protection, de plus d’État et de services publics. D’une manière ou d’une autre, ils ont dit non à la politique de dérégulation et de casse sociale menée par le président en exercice qui porte une part de responsabilité lourde dans le score de l’extrême droite. Voilà pourquoi beaucoup d’entre nous n’ont aucune envie d’aller voter pour lui au second tour. Pour autant, nous ne pouvons tomber dans le piège des colères aveugles qui nous est tendu. Il nous faut prendre sur nous : un seul vote permet vraiment d’éviter la victoire de l’extrême-droite, c’est le bulletin Macron contre le RN. Au second tour, nous voterons donc contre l’extrême-droite. Pour autant ce bulletin ne vaudra pas soutien au président sortant ni à sa politique. Tout au contraire, les raisons de ce vote lui font obligation d’entendre les attentes du peuple de gauche et de répondre sans délai à l’urgence sociale, environnementale et démocratique. Dès dimanche, nous reprendrons le combat, en tant qu’élus locaux mais aussi en tant que militant.e.s de la social-écologie. Car juste après cette élection débutera une autre campagne, primordiale : celle des élections législatives. De la prochaine majorité à l’Assemblée Nationale découleront les choix de politique économique, sociale et écologique du pays. De cette majorité dépendront aussi les garanties des libertés fondamentales. Là encore, nous irons voter, mais aussi nous soutiendrons, sur le territoire, des élus de gauche, déterminés à combattre les idées de droite et d’extrême droite, et à contraindre le chef de l’État aux compromis nécessaires. »

> Johann Vacandare, secrétaire départemental EELV46, et candidat aux élections législatives : « Suite au débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle, quelques questions, quelques doutes m’assaillent… Qui, d’entre nous, souhaite voir l’extrême droite au pouvoir en France ?  Pensez-vous sincèrement qu’une fois au pouvoir, la politique de Marine Le Pen serait la même que celle d’Emmanuel Macron ? Qu’elle aurait le même impact sur notre démocratie, notre société, notre quotidien ?  Pensez-vous réellement que nos libertés fondamentales seraient malmenées exactement de la même façon ? La prestation de Mme Le Pen, chaotique, hésitante, falsificatrice, ne peut que nous éclairer. Nous, Français, héritiers des Lumières, serions-nous devenus aveugles et amnésiques, à dire que la représentante d’un parti xénophobe, révisionniste et nationaliste, à tendance fascisante, aurait le même fonctionnement qu’un président – certes à tendance autocratique, mais républicain ? A quoi s’attendre d’une présidente dont l’héritage politique est celui de Mussolini et l’amitié celle de Salvini ? Du bonheur, de la joie et des fleurs pour tout le monde ? A celles et ceux qui sont « insoumis », ou qui s’en rapprochent aujourd’hui, je dis que l’on sait déjà que le feu brûle et qu’il fait mal. Pourquoi ne pas dire clairement que pour ces élections présidentielles voter contre Le Pen, ce n’est pas s’abstenir, ce n’est pas voter blanc ou nul. A chacun son libre arbitre, son choix et sa liberté d’expression. Le respect fondamental de nos libertés, de notre république au fond, passe par là.  Cela je veux pouvoir le dire encore au lendemain d’un second tour où l’extrême droite sera sèchement battue, et où, nous pourrons nous battre, ensemble pour l’écologie politique et contre les inégalités sociales, contre le dérèglement climatique et à ses conséquences dramatiques, sur notre territoire, comme à l’assemblée nationale. Sinon, le pari d’un monde meilleur sera perdu, et nous risquons fort de nous battre au quotidien pour nos libertés fondamentales, dans l’amertume de ne pas avoir pris en compte et su respecter la valeur des combats de nos ainés devant la barbarie. »

> Jean Christophe Vialaret (1ère circonscription) et Fanny Beggiato (2ème circonscription) et leurs suppléants Nicole Nayraguet et William Gout : «  20% d’abstention au premier tour des élections dans le Lot (16% en 2017) et une progression de l’extrême droite de près de 10 000 électeurs (RN et Reconquête), le résultat très élevé dimanche dernier de l’extrême droite malgré une abstention plus forte est inquiétante. Faisons tout ce dimanche pour ne pas être dans une stupeur encore plus grande ! A celles et ceux qui doutent que Marine Le Pen représente le fascisme, que « après tout nous n’avons jamais essayé », son programme nous le prouve ainsi que ses actes. Son projet est raciste et anti républicain, autant de qualificatifs que nous ne voulons pas voir arriver à la tête de l’Etat. Oui, Emmanuel Macron a mené des politiques ultralibérales. Il continuera sans aucun doute à les mener. Son programme et sa vision de la société ne sont pas les nôtres en tant que militants communistes attachés à la défense des services publics, à la construction d’une République sociale, laïque, féministe et écologique. Pourtant, dimanche 24 avril, nous sommes appelés à voter avec deux options possibles : Marine Le Pen ou Emmanuel Macron. En tant que communistes, nous n’aurons aucune hésitation car on ne joue pas avec le fascisme ! Nous appelons à utiliser le bulletin Emmanuel Macron, seul choix à notre disposition pour éviter le pire. A la gauche, aux militants, syndicalistes, citoyens et citoyennes engagés de se retrouver au plus tôt pour s’organiser et mener les combats dans nos entreprises et territoires. Les défis à relever et batailles sont nombreux : arrêt des délocalisations, défense des retraites et un emploi digne pour toutes et tous ! »

> Monique Goussu, coordinatrice de Reconquête 46 : « Les représentants de Reconquête du Lot remercient chaleureusement tous les Lotois et Lotoise ainsi que tous nos militants d’avoir voté pour notre candidat Éric Zemmour, même si le résultat obtenu n’est pas celui escompté. Les 7,07 % au niveau national et les 5,60 % dans notre département nous encouragent et nous laissent entrevoir des perspectives pour les mois et années à venir. Nous sommes désormais la première force de droite au niveau national et départemental Nous nous associons pleinement à la déclaration officielle de Eric Zemmour au soir du premier tour qui sans ambiguïté ou marchandage a lancé un appel pour faire barrage à Emmanuel Macron en votant massivement pour Marine Le Pen. Au soir du résultat du 24 avril ,et quel que soit le résultat une autre campagne électorale débutera pour reconquête, celle pour élire nos représentants au parlement En 4 mois, notre parti, fort de ses 120000 adhérents, sera présent sur tout le territoire, Nous présenterons dans le lot, sur nos deux circonscriptions, des candidats. »

Récemment Publié

»

Sibelle, le rendez-vous manqué avec le député et les moutons d’Ouessant 

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

Cahors : « Pablo, y’a encore du boulot !», performance artistique pour l’Ukraine et tous les migrants ce samedi 

Rendez-vous ce 28 mai, à partir de 9 h, sur le parvis de la ...

»

Budget participatif à Lalbenque : Derniers jours pour voter !

Clap de fin ce 28 mai.  Dix projets imaginés par les ...

»

Rocamadour : « Le mariage nuit gravement à la santé » toujours à l’affiche à Côté Rocher 

Comédie à (re)découvrir les 27, 28 et 29 mai. Sophie est ...

»

Yma, Clara, et Camille sur les traces du Petit Prince 

Elles ont décollé de l’aérodrome de Cahors-Lalbenque pour ...

»

Saint-Céré : Bal’Ograph Tropical Sound ce samedi au Théâtre de l’Usine

Coup d’envoi à 20 h 30.  Venez retrouver Fanny Aguado et son ...

»

Espaces naturels sensibles du Lot : Découvrir et reconnaitre les oiseaux

Deux rendez-vous sont au programme.  Les prochaines animations ...

»

Creysse : L’univers de Guy Verrier à découvrir jusqu’au 29 mai 

Ses peintures sont à découvrir sur les cimaises de la salle du ...

»

Elections législatives 2022 : Création du parlement lotois de la Nupes

Communiqué des candidats.  Elsa Bougeard et Thierry Grossemy, ...

Menu Medialot