background img

Nouvel article

1224 Views

Le Vigan : D’autres regards sur « Le Japon d’hier et d’aujourd’hui »


3ème focus sur l’exposition qui est à découvrir jusqu’au 17 août.

Tout près du manoir de la Barrière et de l’espace Jean Carmet, l’église Notre-Dame de l’Assomption accueille une autre facette de l’exposition « Le Japon d’hier et d’aujourd’hui » avec les oeuvres de Ferrante Ferranti, Ryuta Amae, Yurina Niihara et Jean-Louis Savy.

bandeau_medialot

Ferrante Ferranti pense « qu’une image ne nait pas du hasard, elle cherche sa place pour mieux trouver sa résonance ». Photographe voyageur, il est l’auteur de nombreux ouvrages et dirige des ateliers de photographie en France et à l’étranger. Il s’est rendu plusieurs fois au Japon pour y photographier les formes du sacré (temple d’Isé notamment, mais aussi à Tokyo, décor urbain avec des personnages portant délicatement les empreintes d’un temps arrêté).

article

Ryuata Amae est un photographe Japonais vivant à Paris où il a étudié à l’école nationale supérieure des beaux-arts. Ses photographies évoquent le paradis, l’Eden enfin conquis, la paix dans la civilisation. « Ce qui m’intéresse, c’est la présence de l’œuvre d’art dans le décor. Mes œuvres jouent sur l’impression de déjà-vu. Elles associent la démarche documentaire aux formes théâtrales » précise-t-il. Ses œuvres entrent, à partir de 2005, dans les collections du fond d’art contemporain du ministère de la culture, de la maison européenne de la photographie et du musée national d’art moderne au centre Georges Pompidou.

300x38

« Ma démarche artistique traduit une recherche constante sur moi-même et sur mes nouvelles impressions face au monde » explique Yurina Niihara, photographe finaliste du grand prix photo 2015 de Saint-Tropez et du concours photo pour le festival petit clap en 2016. Ses œuvres lui permettent d’exprimer ses monologues, ses sensations, ses sentiments et de raconter les histoires intérieures d’une Japonaise à Paris. Ses années de vie en France ont changé sa perception du Japon. A l’instar des touristes occidentaux, elle redécouvre son pays, ses curiosités, ses rituels et les capture avec son appareil photo. Pour Jean-Louis Savy, la photographie est un art instinctif où rien n’est calculé, où tout est dans la magie de l’instant, de l’émotion, de la rencontre. « Tous les clichés sont le fruit de ma passion pour le voyage et la photographie » souligne ce passionné. Pour faire remonter ces sensations vécues au cours de voyages, il fixe une lumière, un regard… instants magiques rares et fugitifs. Il ne reste plus que quelques jours pour découvrir et admirer cette exposition.

> Des vidéos sont projetées en permanence sur le thème « The spirit of Japan » (Office du Tourisme du Japon à Paris, JNTO).

> Entrée gratuite

Récemment Publié

»

Lot – Coronavirus : Les chiffres de l’épidémie de ce 26 janvier

L’ARS communique sur les indicateurs de ce mardi. Dans son ...

»

Lot – Coronavirus : 4 823 personnes vaccinées ce 26 janvier

Le point sur la campagne en cours. La vaccination contre la ...

»

Cahors : Les plats à emporter à L’Ô à la Bouche pour les 29 et 30 janvier

Le régal se poursuit. L’Ô à la Bouche, restaurant situé, 56 ...

»

Bétaille : Aidez Krys Holden à produire son 1er album

Une campagne de financement participatif est en cours sur Ulule ...

»

Département du Lot : Un budget 2021 « de relance, 100 % solidaire, et durable »

Il a été voté à l’unanimité. La séance du Conseil ...

»

Cahors : La belle reprise du garage Happy Car

Nouvelle ère pour l’atelier mécanique automobile du 750, avenue ...

»

Cahors : Mique, fricadelle, tête de veau… à emporter « Au P’tit Bouchon »

Régal annoncé. Cette semaine, Jérémy, le chef d’ « Au ...

»

Un « espace réemploi » à la déchetterie de Capdenac-Gare

Il a été mis en service le 23 janvier. De nombreux objets encore ...

»

Limogne : Un service civique auprès des personnes âgées à l’EHPAD

La structure recherche un jeune à partir du 1er mars. L’EHPAD de ...