background img

Nouvel article

2388 Views

Le Cadurcien Louis Nespoulous, témoin privilégié du « Brexit » colombien


Photographe, le jeune homme vit entre Bogota et le Lot.

300x38

Medialot : y-avait-il avant l’accord un sentiment de guerre en Colombie avec les Farc ?

Louis Nespoulous : officiellement, le gouvernement est en guerre contre différents groupes armés (Farc, ELN…) depuis plus de 50 ans. Ces dernières années, ce conflit s’est concentré sur les territoires ruraux mais il a généré des déplacements de populations massifs vers les villes.

M. : tu as une expérience plus personnelle sur le sujet ?

L.N. : vivant à Bogota, la capitale, ce conflit n’est pas vraiment visible comme on peut imaginer un conflit armé mais ses conséquences le sont. Il s’agit de nombreuses personnes sans-abris, déplacées de force de leur région d’origine.

picasion.com_fda37f88a6068fdaacb5d8e9ff650a19

M. : quelles étaient les attentes de la population via ce référendum ?

L.N. : ce référendum visait à valider les négociations de paix lancées à La Havane il y a 5 ans entre le gouvernement colombien et les Farc. Lundi dernier, ces 2 acteurs ont signé un accord de paix dont la validation a été soumise à un référendum. A la surprise générale, le non a gagné alors que les sondages annonçaient une victoire écrasante du oui. Pour compléter ce résultat, on notera l’impressionnante abstention à ce référendum car seulement un tiers des électeurs est allé aux urnes. La population attend unanimement la paix mais les conditions de cette paix doivent être revues.

article

M. : comment s’est traduit ce choc chez les Colombiens ? Reste-t-il un espoir ?

L.N. : la victoire du non est vraiment vécue comme un coup de tonnerre ici. Tous les analystes s’accordent à dire que même les partisans du non ne s’attendaient pas à une victoire. De nombreux journalistes parlent d’un Brexit à la colombienne, c’est une comparaison qui revient souvent. Le plus impactant dans tout ça est que les populations les plus exposées au conflit on massivement voté en faveur de cet accord mais leur vote n’a pas suffisamment pesé face aux grandes villes. Il reste un espoir car à l’issue de ce référendum le leader des Farc a annoncé publiquement qu’il voulait continuer en faveur de la paix. La question est de savoir quel retard va prendre ce processus de paix.

pub-medialot-newsletter428x60px

Récemment Publié

»

La Pétanque Marnhacoise fait le point

Le club ne manque pas d’ambition. L’assemblée générale de la ...

»

Grand Figeac : Réouverture des médiathèques 

Ce sera à partir du 1er décembre pour la médiathèque figeacoise ...

»

« Hitler est mort ! », une BD à dévorer d’urgence

Le scénario est signé du journaliste Jean-Christophe Brisard qui a ...

»

Gignac : Ça bouge à Ecaussystème !

Le festival se démultiplie. Un nouveau conseil ...

»

Cahors : Manifestation contre la loi sécurité globale

Un rassemblement a eu lieu sur le parvis de la mairie ce ...

»

Accident à Fontanes

Collision impliquant deux voitures. Ce 29 novembre, peu avant 13 h, ...

»

Cahors : Jérôme Tuffal, Viviane Montrougié, et Jérôme Theilborie exposent au Forum des Arts Dalbe

Leurs univers sont à découvrir jusqu’au 4 janvier. Le Forum des ...

»

Lalbenque : Le site remarquable du goût du marché aux truffes inscrit à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France

Belle récompense. Le diamant noir bardé en bleu blanc rouge. Le ...

»

Tennis Club de Cahors : Reprise de la pratique en extérieur !

La balle jaune a repris ses droits. Après quatre semaines de ...