background img

Nouvel article

1168 Views

Huguette Tiegna revient sur la validation des examens en contrôle continu


La députée du Lot se félicite de la mesure en cette période de crise sanitaire.

Le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé, le 2 avril, la validation du brevet et du baccalauréat 2020 en contrôle continu, de même que les BEP, CAP et BTS. Dans les circonstances exceptionnelles, après avoir consulté les partenaires sociaux, fédérations de parents d’élèves, délégués nationaux et académiques des lycéens, le ministre a détaillé les modalités d’examen sur la base de trois critères essentiels : sanitaire, pédagogique et logistique. Pour rappel, l’organisation des examens concerne 2,1 millions de candidats, dont près de 1.3 millions pour le baccalauréat (élèves de première et de terminale générale, technologique et professionnelle).

« Je tiens tout d’abord à mettre en avant toute l’organisation du corps professoral, avec la mise en place rapide de cours à distance, et des parents d’élèves, avec le suivi des devoirs à la maison, qui ont largement contribué à la continuité d’enseignement au profit des élèves. A l’heure actuelle, il est évident que le retour des élèves dans les établissements scolaires dépendra de l’évolution sanitaire. Il n’est donc pas possible de passer les examens dans les mêmes conditions que les années précédentes. Ainsi, la décision de validation en contrôle continu a été prise en fonction de plusieurs critères : ne pas léser les élèves, garantir la qualité et l’équité du diplôme, s’assurer qu’il y ait le maximum de semaines d’enseignement notamment en juin pour assurer la fin du programme au 4 juillet 2020 » précise Huguette Tiegna, députée du Lot.

Le principe général est le suivant : les épreuves sont validées sur la base du contrôle continu (hors période de confinement). L’obtention finale est liée à un contrôle d’assiduité des élèves aux cours quand le retour en classe sera possible. Les élèves ne doivent donc pas relâcher leurs efforts. Une exception : l’épreuve orale du baccalauréat de Français (classe de première) sera maintenue « dans la mesure du possible », fin juin/début juillet.

« Le ministère de l’éducation nationale, en lien avec les établissements scolaires, veillera bien sûr à ce que tous les jeunes en situation de handicap bénéficient de l’aménagement des épreuves. Tout est mis en œuvre pour le bon déroulement de cette période pour eux et leur bonne inclusion. Aussi, je tiens à rassurer les candidats au baccalauréat ainsi que leurs parents, les universités et autres établissements d’enseignement supérieur devront publier les critères utilisés pour sélectionner les étudiants via la plateforme Parcoursup » conclut la parlementaire.

article

Récemment Publié

»

Accident à Saint-Jean-de-Laur

La voiture a fini sur le toit. Ce samedi 15 mai, aux alentours de 16 ...

»

Lot : Création de la direction départementale de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations

La DDETSPP est située à la Cité sociale à Cahors. La réforme ...

»

La beauté des vallées et la propreté aléatoire des berges du Lot

Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux ...

»

Limogne : L’Orchestre de Chambre de Toulouse en concert à La Halle le 17 juin

La salle culturelle rouvre ses portes. La saison culturelle de la ...

»

Gramat : Le GRIMP à l’entraînement

Le Groupe de Reconnaissance et d’Intervention en Milieu Périlleux ...

»

Pradines : C’est parti pour les jardins participatifs

Belle initiative. La commune de Pradines, en partenariat avec le ...

»

Livernon : Flashé à 139 km/h, sous cocaïne, alcoolisé, sa compagne, son bébé et deux enfants sans leurs ceintures…

La vitesse sur la RD 802 est limitée à 80km/h. Ce jeudi 13 mai ...

»

Sibelle rouvre le Bescherelle avant la réouverture

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue pr Philippe Mellet et ...

»

Lot – Coronavirus : Le point sur la situation sanitaire ce 14 mai

Les derniers chiffres. Dans son bulletin récapitulatif n°169, ...