background img

Nouvel article

3559 Views

Groupe Cahors : L’intersyndicale et les salariés font bloc « face à la situation »


Les élus du CSE des filiales ont tenu une conférence de presse ce 2 février.

Des élus du Comité Social et Economique (CSE) des filiales françaises du Groupe Cahors – MAEC (Cahors), CRDE (Mercuès), Lacaze Energies (Leyme), Transfix (Toulon), Pommier (Bagnères-de-Bigorre) et Cahors International (Paris) – ont tenu une conférence de presse ce 2 février à la Bourse du travail à Cahors.

« Depuis plus d’un an et l’adossement du Groupe Cahors avec la société Epsys, les salariés subissent les actions du nouvel actionnaire du Groupe, Grégoire Libert. Il n’est pas acceptable que des salariés soient licenciés à tour de bras, que des sociétés soient mises en situation de cessation de paiement du jour au lendemain, que les actifs du Groupe aient été vendus, que les investissements promis ne soient pas mis en œuvre… » ont rappelé les représentants du personnel avant de tirer le signal d’alarme : « Nous n’avons aucune visibilité sur la stratégie menée par Monsieur Libert, une grande partie de l’encadrement a été écartée, de nombreux licenciements pour fautes supposées ont été réalisés générant des contentieux. Nous assistons, impuissants, à un démantèlement du Groupe préparé en amont avec les nominations d’hommes de paille sur certaines entités. En 12 mois, nous avons subi 9 plans sociaux :  PLE à Transfix, à MAEC, au Groupe Cahors (2), chez Pommier (2), à Epsys (2), un PSE d’envergure en cours chez MAEC. Une demande de Prêt de Garantie de l’Etat (PGE) a été formulée pour chaque site auprès des banques, avec un refus de celles-ci. M. Libert nous a signifié qu’il avait dans un 2ème temps sollicité le ministère de l’Economie pour obtenir gain de cause, sans résultat. Les élus ont demandé que la direction apporte une preuve des sollicitations auprès du ministère, mais nous n’avons aucun retour. Le ministère aurait conditionné l’obtention d’un PGE à la réalisation d’un audit financier, mais M. Libert l’aurait refusée : quelle en est la raison ?  Depuis fin 2020, l’ensemble des sites de production a changé de statut juridique pour devenir des entités complètement indépendantes les unes des autres juridiquement et financièrement, donnant à M. Libert toute latitude pour vendre ou mettre en liquidation certaines sociétés qu’il a rendues artificiellement fragiles comme Cahors International. Les salariés sont très inquiets pour leur emploi et l’avenir du Groupe. Nous ne comprenons pas la stratégie de M. Libert, l’absence de projet industriel et commercial. Il n’y a pas ou peu de communication de la direction et un manque de transparence.»

Et de rappeler les « derniers faits d’armes de l’actionnaire » : dépôt d’un dossier au tribunal de commerce de Paris pour la mise en liquidation de Cahors International, avec une cessation d’activité au 3 février avec 21 emplois en jeu ; un PLE à Lacaze touchant 8 employés.

Face à cette situation, et l’inquiétude dans l’avenir, l’intersyndicale a décidé de faire corps : « Jusqu’à la fin de l’année 2020, les entités luttaient de manière désordonnée mais surtout séparément. Un événement, la tentative de mise en liquidation de Cahors International, a permis de rassembler les entités autour d’un projet commun. Désormais, il n’est plus question de sociétés fonctionnant en autonomie comme le veut M. Libert, mais d’une intersyndicale Groupe unissant ses forces pour stopper l’hémorragie ! Plusieurs groupes de travail ont été mis en œuvre parmi les élus sur différents volets – Social, Juridique et Communication externe -. Les AG du 26 janvier ont permis d’avoir le soutien des salariés pour lancer des actions si la situation venait à l’imposer. Les élus sont prêts à mettre en oeuvre des actions dans les jours et semaines à venir. Depuis la semaine dernière, 4 CSE – MAEC, Transfix, Pommier et CRDE –  en plus de Cahors International ont mandaté le cabinet d’Avocats Cahn Wilson pour défendre leurs intérêts et donc celui des salariés. »

Enfin, des revendications ont été remises à Grégoire Libert le 28 janvier suite à un échange de 3 h avec le CSE de MAEC qui s’est engagé à rencontrer les CSE des autres filiales cette semaine et à transmettre en suivant une réponse sur l’ensemble des revendications : apport des 25 millions d’euros promis devant le Tribunal de commerce de Marseille ; investissements dans les outils de production, la RD… ;  arrêt des licenciements ; véritable stratégie industrielle ; arrêt des mises en cessation de paiement d’entité du Groupe ; signature d’un accord d’intéressement de Groupe… Ce 2 février, aucune date n’avait encore été planifiée. Conclusion des élus du CSE : « L’objectif est de sauver le Groupe. »

Photo @DR

Récemment Publié

»

Cahors : Cinédélices, le plaisir sur grand écran du 30 septembre au 6 octobre

Le festival fête son 10ème anniversaire ! 24 films, 14 ...

»

Rugby : Le GSF perd à Riom 

Les deux équipes se sont inclinées ce dimanche.  A 20 minutes de ...

»

Les conférences scientifiques reprennent du service à Cahors

La 1ère aura lieu ce 28 septembre.  C’est avec beaucoup ...

»

Cahors Rugby décroche le bonus défensif à Prades 

Les Ciel et Blanc étaient à deux doigts d’une remontada.  Un ...

»

Tennis : Une très bonne entrée en matière pour les équipes cadurciennes en coupe Thénégal !

Les équipes 1 du TC Cahors étaient sur le pont.  Ce dernier ...

»

Cahors-Figeac : 420 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire

La mobilisation est en baisse.  Ce samedi 25 septembre, 160 ...

»

Les pompiers du Lot ont un nouveau chef

Le colonel hors classe Bernard Tachet des Combes passe le relais au ...

»

Cahors : L’Amazonie, poumon de la planète à préserver

Conférence-débat le 1er octobre.  Dans le cadre de son 60ème ...

»

Pour le député Pradié, un parti pour rester 

Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux ...