background img

Nouvel article

795 Views

Carte scolaire 2021 : Derniers débats avant le verdict


Le CDEN a eu lieu ce vendredi.

Après la séance du CTSD (Comité Technique Spécial départemental de la semaine dernière, s’est tenu aujourd’hui le CDEN (Conseil départemental de l’Education Nationale). Pour rappel cette instance est présidée par le préfet du Lot en présence du DASEN et de ses services, de représentants des conseillers départementaux, des représentants des maires, des représentants des parents d’élèves ( FCPE), associations amies de l’école et organisations syndicales. La séance a duré de 14 h 30 à 18 h 45. Les débats ont porté sur les mêmes situations que pour le CTSD. Les arbitrages seront dévoilés ce lundi à suivre…

> L’UNSA Education communique et « retiendra de cette séance » :

«  Des positionnements différents entres les élus :

– Le conseil départemental a porté une voix d’opposition ferme contre la carte scolaire ( la dotation de  zéro poste et le projet de l’administration)

– L’AMF a eu une approche beaucoup plus pragmatique portant une voix à la fois de la raison face à une situation de baisse démographique que personne ne peut nier et aussi la voix des élus qui sont engagés dans des projets de restructurations comme Nuzéjouls, Concorès, qui ne comprennent pas que malgré cet engagement à évoluer l’administration propose une suppression de poste. L’AMF a indiqué que certains élus étaient interrogatifs sur l’offre pédagogique de certaines classes avec des effectifs très réduits : quel est alors l’intérêt des élèves ?

Une longue partie de la séance a été consacrée à l’analyse de la situation globale du département :

A la demande de l’UNSA Education des éléments (documents) ont été donnés en séance , qui sont, pour l’UNSA Education très éclairants sur la situation du Lot. De la même façon, l’UNSA Education a obtenu (même si la forme ne nous semble pas aboutie) un tableau qui récapitule les situations à faibles voire très faibles effectifs pour lesquels une proposition de fermeture aurait pu être faite mais qui ne sont pas concernées pour la rentrée 2021.

Pour l’UNSA Education il est important que toutes ces situations, au-delà du document qui nous a été distribué, soient  destinataires d’un courrier qui pose les éléments de la situation avec la mise en perspective d’une éventuelle suppression de poste si aucune évolution n’était réellement envisagée dans un avenir proche.Comment accepter que des classes seront à moins de 15 élèves quand d’autres seront à plus de 25 ? L’équité territoriale avancée comme un des objectifs de la politique départementale n’est pas respectée ni atteinte. Alors même si Monsieur le préfet nous invite à être satisfaits de cette carte scolaire qu’il considère comme une reprise réelle du travail engagé non pas depuis 2018 comme le dit le DASEN mais bien avant par ces prédécesseurs, l’UNSA Education aurait souhaité plus de courage et d’ambition dans les propositions pour que la rentrée 2021 se fasse dans de meilleurs conditions. Bien sûr que ce qui sera fait sera un pas de franchi mais pour l’UNSA Education ce pas reste un pas de fourmi quand il aurait fallu un pas de géant !Et maintenant ? L’administration annoncera ses arbitrages lundi par un communiqué de presse.Pour l’UNSA Education , les marges de manœuvre   sont particulièrement réduites voire inexistantes. Nous craignons qu’il n’y ait pas de recul sur les propositions de fermetures proposées actuellement. »

> Le Département demande au DASEN de revoir sa copie

Au début du CDEN, Marc Gastal, vice-président du Département du Lot en charge de l’Education,  donné la position du Conseil départemental : « Le Département a pris connaissance de la carte scolaire premier degré pour la rentrée 2021. Après avoir étudié attentivement les documents, après avoir recueilli les explications du DASEN (directeur académique des services de l’Éducation nationale), après avoir entendu les nombreux élus, les enseignants et les parents d’élèves, Serge Rigal et les élus du conseil départemental tiennent à exprimer leur très vive désapprobation, ce jour, en séance du Conseil départemental de l’Education nationale. Le bilan négatif (moins 2,5 postes) vient en contradiction totale avec les intentions affichées publiquement par le Premier ministre, visant à préserver la ruralité. Cette carte scolaire fait abstraction totale des efforts entrepris par des élus locaux qui travaillent à un maillage pertinent du territoire. Serge Rigal et les conseillers départementaux tiennent à rappeler à l’Etat que celui-ci a cosigné avec le Département le Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public, dans lequel il est clairement stipulé que pas un seul enfant lotois ne doit être scolarisé à plus de 15 minutes de son domicile. En conséquence de quoi, le Département ne peut accepter cette érosion du nombre de classes sur le territoire au risque d’engendrer à terme la fermeture d’écoles et ce, malgré l’énergie déployée actuellement par bon nombre d’élus locaux. En cette période de crise Covid-19 douloureusement subie par nos enfants, par leurs parents, par leurs enseignants et par les élus locaux, il n’est pas supportable de rajouter de la fragilité à la fragilité.Serge Rigal et les conseillers départementaux demandent donc très officiellement et très fermement à l’Education nationale de revoir cette carte scolaire et d’écouter réellement le terrain. La crise Covid-19 doit nous obliger à plus de solidarité sur un territoire fragile, alors même que le Département et tous ses partenaires travaillent activement à préparer l’après-Covid. Ce n’est pas en fermant des classes de façon arbitraire que nous arriverons à attirer demain de nouveaux actifs dans le Lot. Dans ce contexte, sanctuarisons plutôt nos écoles et nos classes rurales, avec le souci permanent de maintien de la qualité de l’éducation des enfants. Serge Rigal se tient à la disposition de tous les acteurs concernés pour participer à la construction d’une carte scolaire plus conforme aux bien-être des enfants lotois et respectueuse d’un véritable aménagement du territoire. » 

> Marie Piqué, vice-présidente de la Région Occitanie, dénonce « une véritable saignée pour les écoles rurales » :  « Derrière le vernis de la communication politique se cache une toute autre réalité de terrain. Dans tous les départements ruraux, la préparation de la carte scolaire 2021 se traduit par une véritable saignée pour les écoles rurales. Certes, aucune école ne fermerait, mais des dizaines de classes rurales seraient rayées d’un trait de plume ! Ainsi les trois quarts des fermetures envisagées concernent des communes rurales. Concrètement plusieurs de ces écoles rurales, qui fonctionnaient avec deux ou trois classes, se transformeraient en classe unique où se retrouveraient avec des classes multi-niveaux et parfois plus de 20 élèves, et par conséquent une qualité d’enseignement et de suivi des élèves très dégradée. La présentation des projets de carte scolaire par l’inspection académique reprend les mêmes éléments de langage trompeurs au regard du sort réservé aux écoles rurales. Cette présentation tronquée ne semble pas avoir convaincu les parents d’élèves, élus et habitants des communes impactées, qui manifestent clairement leur opposition à ce qu’ils considèrent comme une provocation supplémentaire envers les territoires ruraux. Aussi, faisant suite à la mesure justifiée de maintien des classes obtenues à la rentrée 2020, cette tentative de récupération d’un grand nombre de postes au détriment des écoles rurales en 2021 n’est pas admissible. Je m’associerai et relaierai naturellement chacune des mobilisations qui se construisent dans les communes rurales concernées afin que d’autres choix s’imposent dans les semaines qui viennent. »

> Très préoccupée par les fermetures de classe dans les écoles, Angèle Préville, sénatrice du Lot, a fait part au DASEN de son opposition à la fermeture de classes sans l’accord des maires des communes concernées. Elle lui a également adressé un courrier qu’il a remis au recteur.

Récemment Publié

»

Cahors – Coronavirus : 100 personnes vaccinées ce dimanche à l’espace Clément Marot

La campagne s’intensifie. Ce 7 mars, Julie Senger, déléguée ...

»

Gourdon : Aurélien Pradié prend la défense de la cité scolaire

Le député du Lot a écrit au DASEN. Le député du Lot, Aurélien ...

»

Accident à Gramat

Sortie de route sur la D807. Ce dimanche 7 mars, un Thégratois ...

»

« Heure Indue » : Une nuit chez le Dr Pelloux

Podcast avec Johann Roques à déguster. Dans le nouvel épisode du ...

»

Les pompiers du Lot : Remise du galon de lieutenant à Jean-Baptiste Fournet

Il a débuté sa carrière en qualité de pompier volontaire en ...

»

Labastide-du-Vert : La municipalité ne manque pas de projets

Rencontre avec la première magistrate de la commune. Hélène ...

»

Avoir 20 ans à Cahors dans les années 2020…

Où il est question du #Lot et des #Lotois sur les réseaux ...

»

« Bien vieillir à domicile » : La ministre de l’Autonomie veut dupliquer le modèle lotois

Retour sur la visite de Brigitte Bourguignon. Brigitte ...

»

Le préfet du Lot et les sous-préfètes engagés auprès des femmes toute la semaine

Plusieurs initiatives sont au programme. Afin de marquer la semaine ...