background img

Nouvel article

1280 Views

Carayac : Place au premier parc solaire sur support en bois brut


Le chantier est en train de s’achever.

Coupés début septembre dans la forêt de Cabrerets, de petits chênes du causse ont fait à peine 30 km pour rejoindre Carayac et y remplir leur nouvelle fonction : porter les 746 panneaux de 335 watt-crête du nouveau parc photovoltaïque imaginé par CéléWatt et concrétisé par les ingénieurs de Mécojit, à Capdenac-Gare. 

article

Si l’idée est simple, sa réalisation a nécessité de nombreuses heures de mise au point et d’essai. Pour maximiser les caractéristiques mécaniques du bois brut, les chênes ont été coupés hors saison de montée de sève et, pour éviter toute discontinuité dans les fibres, n’ont pas été sciés dans leur diamètre. Atout supplémentaire de durabilité : comme ils ont poussé très lentement sur le sol pauvre du causse lotois, leur coeur, le duramen, est très dense. Dans le même esprit, les liaisons par boulonnage et les perçages ont été réalisées directement sur le terrain. Elles permettront de s’adapter à son relief. Pour Olivier Saintignan et Yanis Desangles, les concepteurs de ce procédé Mécowood, « les assemblages sont ainsi conçus que les approximations générées par un travail de terrain renforcent les pré-contraintes et améliorent la solidité de la structure ».

Remplacer les supports en acier galvanisé par du bois brut, c’est économiser toute l’énergie nécessaire à l’extraction du minerai, son transport sur des milliers de kilomètres, sa transformation et son façonnage. Qui plus est, les arbres prélevés étant de petite section, ils ont été débardés à l’épaule par une entreprise locale, Le Petit Chêne Noir. Avec ces supports bois coupés localement, plutôt que leurs équivalents métalliques livrés depuis le Portugal, l’énergie grise est proche de zéro, à l’exception du tronçonnage et du transport local. Les quelques centaines de chênes destinés au parc de Carayac ont été prélevés sur une parcelle d’environ 100 000 arbres qui sera ensuite laissée au repos. Quelques mois plus tard, les jeunes pousses, en attente de développement depuis plusieurs années , auront pris la place dans la course à la lumière. L’impact du prélèvement aura disparu ! 

La structure est conçue en « bois de brin ». Le bois n’est pas scié, toutes les fibres de la grume restent intègres dans leur longueur. A section égale, un bois de brin est plus résistant qu’un bois de sciage. De plus, les pièces sélectionnées n’ont pas de nœud. Ces 2 points garantissent une bonne homogénéité des caractéristiques mécaniques tout du long de la pièce de bois. Tout comme une charpente, la structure conservera ses propriétés mécaniques au cours du temps (la charpente de Notre Dame avait 800 ans !)… à condition qu’elle soit préservée de la pourriture. La structure a été conçue pour qu’elle soit le plus possible à l’abri de l’attaque des champignons. Elle n’est pas complètement hors-d’eau. Néanmoins il n’y a aucun piège à eau, qui favoriserait la colonisation par les champignons, et aucune partie bois n’est en contact direct avec le sol. Le bas de l’arbalétrier est la partie la plus exposée. Il sera l’objet d’un contrôle périodique afin de vérifier son niveau de dégradation. Nous avons envisagé des solutions simples et sobres de maintenance corrective si jamais l’évolution d’une ou plusieurs pièce était jugée mauvaise. Les pieux en chêne utilisés le sont également pour la culture des moules de bouchot sur la côte atlantique. Ces pieux résistent dans une eau salée, avec des cycles de marées montantes et descendantes (ce qui est le plus impactant pour le bois) . Ils servent 10 ans, leur base finissant par pourrir dans la vase, alors que le reste du bois reste intègre. Cela donne un bel aperçu des propriétés du chêne des causses du Quercy. La stabilité des tables de panneaux sera contrôlée tous les 3 ans avec contrôle visuel de la tenue du bois : une révision générale sera opérée lors de la maintenance décennale. Encore un peu de patience avant la fin du chantier prévue d’ici quelques jours.

> Parc photovoltaïque de Carayac : mise en production prévue en janvier 2021

– construit sur une parcelle communale acquise pour en faire un lotissement qui ne s’est pas concrétisé

– 746 panneaux monocristallins Talesun de 335 Wc (watt-crête) montés sur supports bois brut ; 5 onduleurs Kaco – surfaces : clôturée 3 200 m2 ( = un demi terrain de foot) ; couverte par les panneaux : 1 250 m2

– clôture type agricole, piquets en acacia, grillage à moutons Ursus 1,60 m

– investissement :  220 000 euros

Plus d’info : https://celewatt.fr

Récemment Publié

»

Rémi Branco s’est rendu au siège de Danone France « pour garantir l’avenir des éleveurs laitiers du Lot »

Le vice-président du Département a reçu des garanties quant à ...

»

Les vins de Cahors en fête pour la Saint-Vincent du 21 au 23 janvier 2022

Joli programme à l’horizon.  Inédit pour le cinquantième ...

»

Cahors : Noël rime avec sapins à La Jardinerie du Quercy

Période de fêtes pour l’enseigne située 935, avenue Maryse ...

»

Cahors Football Club : Derniers matchs à domicile avant la trêve ce week-end

Les seniors 1 et 2 sont sur le pont. Ce samedi 4 décembre, à 20 ...

»

Figeac : Noël en lumières

Le lancement officiel a eu lieu le 26 novembre. Habituellement la ...

»

Alvignac : Exercice attentat pour la gendarmerie du Lot

Manoeuvre en conditions réelles.  Le 17 novembre dernier, au camp ...

»

CCI du Lot : Elu président, Jean Hugon veut « préserver l’ADN de la Chambre et conforter son statut d’acteur de proximité » 

Il a également présenté le bureau.  Ce 29 novembre, Jean Hugon a ...

»

Cahors : Les découvertes archéologiques du mont Saint-Cyr au menu de la Société des études du Lot

Diaporama présenté ce jeudi à la maison des associations. Ce ...

»

Cahors : Le concert de Macéo Parker aux Docks annulé

Il devait avoir lieu ce jeudi 2 décembre.  L’équipe des ...