background img

Nouvel article

904 Views

Cajarc-Saint-Cirq-Lapopie : « Nos récits n’ont pas de prix », participez à l’œuvre de François Martig


Chronique du quotidien en temps de COVID-19 dans le cadre du Parcours d’art contemporain en vallée du Lot.

François Martig, artiste du son, vous invite à contribuer à une chronique du quotidien en temps de COVID-19. En résidence pour Faire communs, Parcours d’art contemporain en vallée du Lot, il met en place une ligne téléphonique au numéro unique avec un répondeur : 05 36 08 01 52* « Actuellement le « vivre ensemble » est malmené par le confinement dû à la crise sanitaire. Nos récits n’ont pas de prix est une incitation à la parole et à la subtilité de nos vies. Un véritable journal de confinement puis de déconfinement ne vaut d’exister que s’il permet de saisir le social. C’est dans les récits laissés sur ce répondeur, messages bruts et brefs où les réflexions profondes, sans aucune hiérarchie ni sélection à posteriori, que l’hétérogénéité existera et laissera à l’autre une place pour exister. Ces bouteilles à la mer, surgies d’ici ou de plus loin, j’ai pour projet de les faire entendre » précise l’artiste qui diffusera cette collecte de témoignages, anonymes ou non, par différents moyens : un montage sonore au centre d’art, des annonces performances dans l’espace public et des lectures ponctuelles à différents moments de l’été…

*Communication gratuite depuis un poste fixe, hors surcoût éventuel selon opérateur depuis une ligne mobile.

> François Martig est né en 1978. Il vit et travaille entre la Belgique et la France.

Artiste et également ingénieur du son pour le cinéma et l’audiovisuel, il est aussi membre actif de l’association Mono-Mono, spécialisée dans les projets d’arts actuels à la croisée des arts visuels et du son dans des espaces inusités. Il pratique un art du déplacement pour une pratique active du paysage. « Un paysage est révélateur de notre manière de vivre socialement, politiquement, économiquement » dit l’artiste. Ses recherches questionnent la biodiversité dans les milieux dégradés, les zones en friches, ou les sites post-industriels. Son travail ( films, pièces sonores, installations, documentaires radiophoniques) s’inscrit dans une pratique protéiforme révélant les problématiques politiques économiques, mémorielles et esthétiques qui déterminent secrètement le territoire.

article

> Faire communs

Résidences et parcours d’art contemporain en vallée du Lot

Cajarc > Saint-Cirq-Lapopie

du 15 juillet au 30 août

Avec les artistes François Martig, Natsuko Uchino, Marie Preston avec Line Gigot et Graziella Semerciyan

Commissariat : Maria Barthélémy et Martine Michard

Co-construire, co-agir pour créer et « faire paysage » ensemble. Dans cette géographie inventée, les pratiques artistiques font partie d’un ensemble plus vaste de milieux associés où l’ethnologie, avec ses qualités d’écoute et d’analyse, tiendra sa part du « faire ».

Récemment Publié

»

Cahors Cyclisme en assemblée générale

Elle s’est déroulée au Mas de Saboth. Ce samedi 19 septembre ...

»

Espère-Mercuès : Bonne reprise pour les pongistes

Tour d’horizon des catégories. Le club de tennis de table de ...

»

Rugby : Souillac l’emporte à Gramat

Belle opération. Les Sangliers l’ont emporté sur le terrain de ...

»

Rugby : Coup double pour le GSF à Saint-Cernin

Les deux équipes ont gagné sur le plateau. Les Rouge et Noir ont ...

»

La formation des jeunes badistes a repris

Elle s’est déroulée au Montat. Ce samedi 19 septembre, 19 ...

»

Rugby : Le COC en grande forme

Les Castelnaudais ont gagné face à L’Union avec le bonus ...

»

Football : Le FCBB se qualifie pour le 4ème tour de la coupe de France

Victoire avec la manière. Opposés à l’équipe de la ...

»

Cahors Rugby ramène le bonus défensif de Gruissan

Les Ciel et Blanc n’ont rien lâché. Après la cruelle défaite ...

»

Labastide-Marnhac : Belle affluence au château

Succès pour les journées du patrimoine. Tout au long de la ...