Nouvel article

1628 Views

Cahors : Retour en images sur « Ose ton mouvement »


Le spectacle du Centre Chorégraphique Nora Turpault a eu lieu les 23 et 24 juin.

Et pourtant ce n’était« que » de la danse ! Voilà ce que l’on pouvait se dire au sortir d’une des trois représentations de « Ose ton mouvement…». Oui ce n’était« que » de la danse mais nous ne savons plus si nous avons assisté à un opéra, un ballet lyrique, à une hypnose collective, ou à une peinture animée. Non, il s’agissait bien de danse. C’est Nora Turpault qui a investi  l’auditorium du Grand Cahors pour le spectacle de fin d’année de son Centre Chorégraphique les 23 et 24 juin derniers.

Est-ce l’existence d’un fil rouge fort, qui a contribué à cette sensation d’assister, non pas à un enchaînement de numéros, mais à une véritable fresque chorégraphique ?  Tout le monde ici, débutant, initié, ou confirmé a apporté sa pierre. Un support, un socle commun s’est dressé. Le ciment comme dans toute construction ambitieuse, est constitué de «matières» différentes. Ici nous parlerons de disciplines différentes : classique, jazz, hip-hop, contemporain, oriental, tribal fusion, claquettes. De temps à autre, une voix- off nous … a pris la main, nous a invités à caresser ce mur des possibles. Ça, c’était  pour le tactile. Puis, au fur et à mesure de la narration, les peintures ont été jetées. Les costumes sont les textures et ce sont les mouvements avec leurs vitesses propres qui formaient les couleurs. Apparemment, les chorégraphes Nora Turpault, Leïla et Nathalie Bénac, se méfiaient de tout ce qui peut apparaître comme un procédé. La voix-off n’était pas systématique. Parfois une simple calligraphie, muette, annonçait la couleur.

D’autres fois, c’est une sorte de «vidéo-off» qui prenait le relais. Ici, elle n’avait pas vocation à combler la peur du vide, à être anecdotique, à désennuyer ou à «décorer». Mais au contraire, elle invitait à aller dans un monde de sensations en contournant malicieusement nos défenses 100 pour 100 cérébrales. On a parlé de tactile mais nous avons aussi le goût. Le goût des larmes par exemple. Des larmes de joie. Et il y a autant de joies différentes que de porteurs de larmes. C’est pour cela que nous parlons de «vidéo-off». En sur-impression ou en sous-impression, elle accompagnait, ou pas, l’exécution scénique mais sans jamais se substituer à elle. Les vedettes restent les danseuses, les danseurs, et leur âme. Sans âme, le mouvement ne serait que gestique, ici il devient volonté, puis, pensée. Après le support, la texture et la couleur, la fresque réclamait du rythme. Rôle tenu par le placement. Cette science des placements qu’il nous a été permis notamment, d’apprécier lors de la dernière édition du festival Traces Contemporaines, lorsque Nora Turpault fit danser une centaine de jeunes sur les allées Fénelon. Alors tout devient lisible.

Ce n’est plus une danse orientale mais des confidences pendant la corvée de l’eau avec la chorégraphie « Ombre et lumière ». Ce n’est plus du hip-hop mais une invitation à la dérision avec « I’m feeling good ». Ce n’est plus du contemp’ mais une leçon de solidarité…avec « L’horizon des possibles ». Le public s’est régalé, l’a fait savoir avec force. Dans un mouvement retour, sous l’hommage appuyé, l’ensemble des danseurs est venu saluer en improvisant un Soul Train Line géant, 2 par 2. Tout de blanc vêtus. Comme pour proposer une toile vierge, et nous inviter à peindre avec eux une nouvelle fresque ! Il fallait Oser. Ode au mouvement.

article

Photos Martin Taburet

Récemment Publié

»

Badminton : Les jeunes de Pradines et du Montat dans le grand bain

La compétition a repris ses droits. Ce dimanche 23 septembre, ce ...

»

Lalbenque-Limogne : Visages de Cuba du 24 au 30 septembre

Riche programme à l’horizon. Soleil, Cigares, Salsa et ...

»

Rugby : Le GSF gagne avec le bonus offensif

Les Rouge et Noir ont signé leur premier succès à domicile. Le ...

»

Bertrand Vigouroux : « On peut réaliser un grand millésime, un grand Malbec »

Les vendanges ont débuté. « Nous avons commencé à vendanger ...

»

Rugby : Le COC s’impose dans la douleur

Les Castelnaudais ont joué à 14 pendant 50 minutes. Les hommes de ...

»

Tennis Club de Cahors : Coup d’envoi de la coupe Pierre Thénégal

L’équipe 3 a gagné. Le soleil était encore au rendez-vous pour ...

»

Victoire de Cahors Rugby à Decazeville

Les Ciel et Blanc l’ont emporté à la dernière minute ! Les ...

»

Cahors : Cinédélices, un festin de cinéma avec Claire Simon, Bruno Podalydès, Sophie Dulac, Olivier Barthélémy et Gilles de Maistre

La 7ème édition, du 3 au 7 octobre, s’annonce savoureuse. « On ...

»

Cahors : Reprise du speed talking au Bordeaux 

La séance aura lieu ce lundi 24 septembre. Langues en Immersion ...

Menu Medialot