background img

Nouvel article

1279 Views

Cahors : « Rendez-vous dans le Lot », exposition événement au musée Henri Martin 


Elle est à découvrir jusqu’à la fin de l’année. 

Le 8 juin dernier a eu lieu au musée Henri Martin le vernissage de l’exposition « Rendez-vous dans le Lot ». Elle réunit un ensemble d’œuvres de 7 artistes qui ont fait d’un village du Lot leur refuge pendant la Seconde Guerre mondiale. Quatre Français, un Anglais, une Allemande et un Russe, nés autour de 1900, se sont rencontrés dans le Paris de l’entre-deux-guerres, foyer des modernités artistiques. Roger Bissière, Jean Léon et Walter LeWino, tour à tour passés par l’école des beaux-arts de Bordeaux, se sont établis à Montparnasse dans les années 1910 -1920. De là, Bissière les a invités dans sa maison de Boissièrette où il séjournait une grande partie de l’année. LeWino et Léon séduits par ce coin de Bouriane s’y sont installés, vite rejoints par Rylsky. Marminiac devint un havre où l’on pratiquait la peinture en plein air, tandis qu’à Paris on exposait et travaillait, notamment à l’académie Ranson. Dans cette académie libre de Montparnasse, où Bissière dirigeait l’atelier de peinture, affluaient des artistes du monde entier, dont Charlotte Henschel et Nicolas Wacker. Quand Bissière ouvrit l’atelier de fresque en 1934, arriva une nouvelle génération à laquelle appartient Alfred Manessier. Ce furent des années d’intenses expérimentations et plusieurs  exposèrent ensemble sous la bannière Témoignage, groupe formé à Lyon en 1936 par Marcel Michaud. À la déclaration de la guerre à la fin de l’été 1939, certains étaient dans le Lot, quand d’autres sur le point d’être mobilisés ou internés selon leur nationalité. Le Lot devint alors le point de rendez-vous pour les familles séparées et Boissièrette transformé en exploitation agricole dans laquelle presque tous ont fini par s’impliquer.  Henschel et LeWino, juifs, ont été sauvés par Bissière, Jean Léon a rejoint la Résistance. La solidarité locale, la solidarité entre les artistes, le soutien d’un maire engagé, ont fait de Marminiac un refuge. Progressivement, ils ont repris les pinceaux. Pour tous une rupture a eu lieu dont les conséquences furent décisives. Après-guerre, la peinture, ou l’absence de peinture, le montre. Ces trajectoires individuelles, en phase ou non avec la peinture abstraite triomphante, sont évoquées dans la dernière salle. A voir absolument. 

Photo C.Gonzalez – Ville de Cahors/Grand Cahors

Récemment Publié

»

Le festival de théâtre de Figeac, c’est du 20 au 28 juillet ! 

Belle édition 2024.  Que vivent les écritures du monde ! Le ...

»

Planète Lot : Mercredi, jour des enfants

Il reste des places pour 3 animations le 24 juillet 2024.  Le ...

»

Les principaux travaux à venir sur les routes départementales du Lot

Caillac et Luzech (RD 145), Castelnau-Montratier (RD 4), Lendou en ...

»

Gourdon : Cinéma en plein air à La Piscine le 30 juillet 

Séance à partir de 22 h.  Le mardi 30 juillet 2024 à partir de ...

»

Les pompiers du Lot : Décorations et promotions lors de la cérémonie du 13 juillet 

Grande journée pour les soldats du feu.  Les festivités autour ...

»

Cahors : Ce dimanche 21 juillet, revivez les bouchons de la RN 20 !

Journée festive pilotée par Cahors Auto Rétro et les Amateurs ...

»

Elom 20ce à Africajarc : « Mon travail repose sur l’intime, le spirituel et l’activisme »

Entretien avec l’artiste au rendez-vous du festival 2024 ce ...

»

Intervention de Raphaël Daubet lors du colloque sur les trains de nuit 

Le sénateur du Lot a notamment décrit les dysfonctionnements des ...

»

Vers : Concert de Tell Mama et repas brasero à « La Base » le 26 juillet 

Grande soirée à l’horizon à la guinguette de La Poêle ...

Menu Medialot