background img

Nouvel article

4639 Views

Cahors : Population en hausse, et retour sur l’année 2019 pour les voeux de Jean-Marc Vayssouze


La cérémonie a eu lieu ce lundi 6 janvier à l’espace Valentré.

Il y avait foule à l’espace Valentré ce lundi 6 janvier pour les voeux 2020 de Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors, et président du Grand Cahors. Un exercice toujours attendu car le premier édile a pour habitude de dévoiler quelques scoops lors de son discours. Las, le premier magistrat a dérogé à la règle : élections municipales de mars prochain obligent.

« Si nous avons pris l’habitude de nous retrouver chaque mois de janvier pour tracer les projets de l’année qui s’ouvre, il en sera quelque peu différemment cette année. Non que cet exercice soit remis en cause mais simplement parce que nous devons nous adapter à la période préélectorale qui oblige à la plus grande neutralité. C’est donc le représentant de la seule et unique institution, qui prononce ces quelques mots aujourd’hui. L’exercice que je vous propose est donc différent en cela qu’il se contentera d’énoncer de manière factuelle les réalisations concrétisées à Cahors et sur notre agglomération l’année passée tout comme les projets, votés et par conséquent validés, qui marqueront le début d’année 2020 » a-t-il précisé en préambule avant de « partager une bonne nouvelle » : « Le 1er janvier 2020 ont été publiés les chiffres du recensement de la population. Avec une hausse de 473 habitants à Cahors par rapport à l’année dernière, faisant suite à une augmentation enregistrée l’an passé à hauteur de 65 habitants, la ville connaît un regain démographique. A l’échelle du Grand Cahors, l’augmentation de la population par rapport à l’an dernier s’établit à 640 habitants supplémentaires. »

Il a enchaîné avec une mise au point sur le dossier de l’eau : « Nous avons à Cahors la chance de disposer d’une source naturelle qui offre à notre territoire, depuis plus de 2 000 ans, une ressource en quantité exceptionnelle. Cette source, d’une qualité remarquable la plupart du temps, n’a jamais nécessité un traitement de l’eau. Une simple chloration suffit, à l’inverse d’une eau prélevée dans une rivière qui, chacun le comprend, implique un traitement autrement plus important. Or, ce qui fait notre chance constitue parfois une faiblesse. C’est le cas lorsque des phénomènes pluviométriques lavent les sols et pénètrent, par le filtre de notre géologie karstique, jusqu’à la fontaine. Dans ce contexte, l’eau de la fontaine devient turbide, ce qui provoque l’apparition quasi mécanique de parasites. En conséquence de quoi l’agence régionale de santé prescrit la restriction de l’usage de l’eau. Ce phénomène n’est pas nouveau. Il est aussi ancien que la fontaine elle-même. Cependant, la fréquence des restrictions et leur durée augmentent. C’est un fait. Deux raisons principales à cela : la recrudescence des contrôles et l’intensité des phénomènes pluviométriques. D’abord, les recherches de parasites sont effectuées depuis 2016 essentiellement, c’est d’ailleurs depuis cette date que les restrictions d’usage de l’eau ont augmenté. L’épisode que nous venons de vivre ensuite, a été aussi exceptionnel dans sa durée qu’a été intense la pluviométrie des mois d’octobre, novembre et décembre. Cela fait des années que le Lot n’avait pas vécu autant de précipitations cumulées. C’est très clairement ce qui explique la durée de la restriction que nous avons subie. 2016, c’est justement à l’approche de ces nouvelles règles que la ville s’est attachée à agir résolument pour combattre ce qu’elle avait bien perçu comme un phénomène qui irait croissant. Ainsi, le 25 novembre 2015, le conseil municipal adoptait le schéma directeur d’eau potable qui prévoyait la création d’une unité de filtration de l’eau afin de supprimer ces épisodes de restriction. Depuis, franchissant les phases d’études, puis de procédures, obtenant en juillet 2018 la déclaration d’utilité publique pour sa construction, la ville s’est donnée les moyens de mettre en service, en 2023, l’unité de filtration. Le 16 décembre dernier, le conseil municipal a voté à l’unanimité, la technique retenue et le site d’implantation. C’est une unité d’ultrafiltration qui sera localisée au Pech d’Angély en surplomb de la fontaine des Chartreux. Ainsi que vous le voyez, le projet est sur les rails. Il aura nécessité 8 ans, de sa phase d’études à sa mise en service, comme la station d’épuration en son temps avait nécessité 13 ans pour être mise en exploitation. Si cette durée est longue, c’est que les procédures, géotechniques, environnementales, foncières, de commande publique, sont lourdes et complexes. L’occasion pour moi de remercier les Cadurciens de leur patience et de leur compréhension ainsi que les agents de notre collectivité qui se sont mobilisés pour assurer la distribution d’eau en bouteille et avec elle la continuité de ce service public. »

Et de lister ensuite les dernières réalisations et les chantiers en cours en ville et sur le Grand Cahors: la Halle, « modernisée et dotée de nouvelles offres » ; le complexe cinématographique Le Grand Palais ; le chantier du musée Henri Martin progresse – « le volume de l’extension est désormais visible et les nouveaux enduits recouvrent les façades historiques » – ;  nouvel espace de réception de l’espace congrès Clément Marot ; le campus connecté (comme 12 autres autres villes de France) ; création de l’Office de Commerce et de l’Artisanat Cahors Actif aux côtés des Chambres consulaires ; réaménagements de la place Saint-Priest et de la rue du Château du Roi ; la démolition de l’îlot du pont neuf ; la reconstruction de la cité de la Croix de Fer ; la construction de 28 logements à l’angle des rues Victor Hugo et des Carmes ; gratuité des bus ; la professionnalisation de la police municipale…

Jean-Marc Vayssouze n’a pas non plus oublié les volets économique citant de belles réussites sur le territoire (ANL, Pierre Fabre, Ratz, Soben…) et culturel. En conclusion, il a salué le tissu associatif « d’une extrême vitalité grâce à l’engagement de milliers de bénévoles sans lesquels la cité aurait un tout autre visage », les partenaires institutionnels (Etat, Région, Département, parlementaires,…) et son équipe : « A la ville et au Grand Cahors, les élus se sont mis au service de l’intérêt général avec dévouement et sens de l’engagement. Je vous en suis très reconnaissant. Je souhaite aussi avoir une pensée sincère pour les directeurs généraux de nos collectivités et pour l’ensemble des agents. Les Cadurciens devinent leur sens du service public et j’ai pu, pour ma part, mesurer leur expertise et leur indispensable contribution. Au seuil de cette nouvelle année, je forme le vœu que 2020 apporte bonheur, santé et solidarité à chacun de vous et à ceux qui vous sont chers. Que l’ancrage territorial soit un facteur de bien être dans une société en quête de repères. Que l’année qui s’ouvre permette de conquérir des bonheurs simples, de savourer le présent et de croire en les lendemains. »

article

Photo @DR

  

Récemment Publié

»

Les élus de Payrignac sensibilisés à l’utilisation des défibrillateurs

Trois sessions ont eu lieu. A la demande de la municipalité de ...

»

La Convention Citoyenne pour le Climat du Lot est lancée !

Plusieurs réunions seront organisées dans différentes communes ...

»

Sousceyrac, Touzac, Calvignac : Travaux sur les routes à l’horizon

Des déviations vont être mises en place. Plusieurs travaux sur ...

»

La Fédération BTP 46 « tournée vers l’avenir »

L’assemblée générale a eu lieu le 24 septembre. La ...

»

Aurélien Pradié rend hommage à Jacques Chirac

Une cérémonie a eu lieu à l’occasion de l’anniversaire de sa ...

»

Biars-sur-Cère : Nouveau départ pour Body Form

La salle de sports est située rue du 19 mars 1962. Body Form vient ...

»

Badminton : Reprise des compétitions départementales

60 jeunes étaient au rendez-vous. Ce dimanche 27 septembre, le ...

»

Rugby : Saint-Céré l’emporte face à Vic-Fezensac

Les Sang et Or débutent bien le championnat. Un temps à ne ...

»

Cahors : Le pont Valentré et la cathédrale aux couleurs d’Octobre rose

Belle initiative. Dans le cadre du mois Octobre rose qui mobilise ...