background img

Nouvel article

2844 Views

Cahors : Des démarches mises en oeuvre pour lutter contre le moustique tigre


Un plan de gestion est en cours d’élaboration.

C’est au jardin du Courtil des Moines, derrière la cathédrale, que Jean-Marc Vayssouze, maire de Cahors, Catherine Bonnet, et Johann Vacandare, adjoints, ont présenté ce 27 septembre les démarches mises en oeuvre pour lutter contre le moustique tigre. Florian Vernichon, et Renaud Chevalier de la société Altopicus étaient également présents. Le lieu n’avait pas été choisi au hasard car des larves d’Aedes albopictus ont été identifiées dans le bassin du jardin secret et des poissons rouges, mangeurs de larves y ont été introduits. « Les citoyens nous interpellent sur le sujet. La collectivité réfléchit depuis un moment aux moyens d’actions. C’est un dossier qui concerne la collectivité sur le domaine public mais aussi les particuliers et les entreprises » a indiqué le premier magistrat. La Ville a ainsi mandaté la société Altopictus qui formulera des préconisations à l’issue de différentes phases de travail menées dès septembre 2021 pour la mise en œuvre d’un plan de gestion en 2023 : 

– Formation de 12 agents référents volontaires issus de différents services intervenant en extérieur ou auprès de la population

– Réalisation d’un inventaire de gites larvaires dans l’espace public et privé (particuliers et entreprises)

– Réalisation d’un diagnostic pour l’instant dans 3 quartiers : Cabessut, Terre-Rouge, et centre historique

Par ailleurs, deux associations, le Carrefour des Sciences et des Arts et la Ligue de protections des oiseaux (LPO), ont également été mandatées par l’ARS pour des missions de sensibilisation et de prévention du grand public sur la tique, l’ambroisie et le moustique tigre dans le département du Lot. Elles ont animé cet été 2022 des stands dans une quinzaine de sites naturels du département, dont deux à Cahors : au Mont Saint-Cyr et à l’Agora d’agriculture urbaine sur les allées Fénelon. 

La démoustication par la diffusion de produits phytosanitaires est déconseillée par l’ARS lorsqu’il n’ y a pas de risque épidémique avéré. Elle doit rester un ultime recours, à la marge, en raison de l’impact sur l’environnement et du développement avec le temps d’une résistance des insectes. Les mesures préventives sont privilégiées. En cas de maladie avérée (dengue, zika, chikungunya), l’ARS missionne des sociétés telles qu’Altopictus pour traiter et circonscrire l’épidémie. Dans les départements littoraux, la compétence optionnelle sur la lutte contre les moustiques permet la démoustication. La commune est compétente en matière d’actions de prévention pour lutter contre les moustiques (recouvrir les citernes d’eau, vider régulièrement l’eau stagnante, etc…). 

« C’est un moustique de récipient artificiel avec des parois verticales.  Il évolue essentiellement en ville où il colonise toutes sortes de milieux dont les jardins et les espaces publics qui regorgent de petits endroits d’eau stagnante (seaux, vases, bassins, jardinières, récupérateurs d’eau, gouttières… ). C’est une des raisons pour lesquelles le moustique tigre aime vivre près des habitations. Pour limiter sa propagation, il faut : vider régulièrement ou supprimer les coupelles sous les pots de fleurs, vases… ou les remplir de sable afin de conserver l’humidité sans qu’il y ait d’eau stagnante ; ranger, à l’abri de la pluie, les seaux, le matériel de jardinage, les jouets ou encore les récipients divers ; recouvrir les bidons de récupération d’eau à l’aide d’un filet moustiquaire ; curer les gouttières pour faciliter le bon écoulement des eaux » ont rappelé les techniciens. Prochaines étapes du plan de gestion : inventaire autour de la voirie (avaloirs et regards pluviaux, coffrets techniques…), de parcs et cours de bâtiments publics (université Maurice-Faure, écoles Teysseyre et Lucien-Bénac, ALSH et Espace social et citoyen de Terre-Rouge), et début 2023 : réalisation d’un diagnostic et préconisations. A suivre…

> Des actions d’information et de sensibilisation du public ont été mises en œuvre depuis fin 2021 : diffusion de messages de prévention sur le site internet, FB, Cahors mag, diffusion de dépliants dans les services accueillant du public. Une cinquantaine d’agents et d’élus municipaux a également été sensibilisée dans le cadre d’un partenariat avec le Carrefour des sciences et des arts en novembre 2021 et juin 2022. 

> Favoriser les processus naturels pour réduire la population 

– Implantation de 16 nouveaux nichoirs à hirondelles et martinets
Depuis 2015, la Ville de Cahors, dans le cadre d’un partenariat avec la LPO, déploie des nichoirs pour favoriser la réintroduction d’oiseaux en ville et agir en faveur de la biodiversité. La typologie et les lieux d’implantation sont définis selon les colonies identifiées. Parmi l’ensemble des familles recensées (rouges-queues, mésanges…) qui ont chacune un rôle central dans la chaine alimentaire et le processus de régulation faunistique, des colonies d’hirondelles et de martinets, grands friands de moustiques, ont été identifiées. Au même titre que les autres espèces, la ville souhaite faciliter leur ancrage en ville et mesurer à titre expérimental l’impact de leur présence sur la population des moustiques et moustiques tigres. 16 nouveaux nichoirs (10 nichoirs à hirondelles et 6 nichoirs à martinets) seront ainsi installés dans les prochaines semaines par l’équipe d’élagage. 

– Introduction de poissons rouges pour réduire les lieux de ponte 

Les moustiques tigres pondent dans les eaux stagnantes propres. Des agents municipaux sensibilisés ont identifié la présence de larves dans le bassin du jardin secret du Courtil des moines et dans celui du verger de la promenade Treffel. Des poissons rouges, mangeurs de larves, ont été introduits dans ces deux bassins. 

Récemment Publié

»

Cahors : 30 000 euros récoltés par La Cadurcienne 2022 au profit de la Ligue contre le cancer 46

Record solidaire ! Ce 30 novembre 2022, la traditionnelle remise du ...

»

Rassemblement Rugby Quercy Féminin : L’apprentissage se poursuit 

Les séniores ont joué le week-end dernier contre Rodez.  Les ...

»

Les infirmières et infirmiers libéraux du cabinet « Espère – Mercuès » « en grève » ce week-end

Ils s’associent au mouvement de grève national et ne prendront ...

»

Pierre Bonte et Jean-Pierre Alaux, parrains du marché aux truffes de Lalbenque

Ils seront présents sur site le 27 décembre. Dans le privé, ils ...

»

Villesèque : Une maison en proie aux flammes 

Intervention des pompiers du Lot.  Les sapeurs-pompiers du Lot ont ...

»

Lot – Téléthon 2022 : Toutes les animations des 2, 3 et 4 décembre !

Programme exceptionnel.  Programme exceptionnel pour le Téléthon ...

»

Ligne POLT – LGV : La mise au point de Carole Delga

La présidente de la Région Occitanie est revenue sur les dossiers ...

»

Cahors-Gramat-Souillac : Soirée champagne dans les caves Atrium le 9 décembre

Dégustation à l’occasion des fêtes de 19 h à 21 h.  Le ...

»

Luzech – Rugby : Le loto de l’USL, c’est ce dimanche 

Coup d’envoi à 14 h salle de la Grave. Ce dimanche 4 décembre, ...

Menu Medialot