Nouvel article

911 Views

Kira et la fabrique des mots 


Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et surtout par ses chats.

« « Très bien. Une nouvelle entreprise qui va créer des emplois. Parfait par les temps qui courent. Une bonne nouvelle pour Cahors et le Quercy… » J’ai sursauté en entendant ces mots. J’avais laissé la gazette sur la table du salon, et je n’avais rien lu de tel. Où donc Kira, ma belle protégée féline, était-elle allée pêcher cette info qu’elle jugeait, légitimement, de bon augure ? J’ai attendu qu’elle aille se dégourdir les jambes dans le jardin et j’ai repris le journal pour vérifier. Rien. Je n’ai rien vu de tel.  A son retour, je l’ai questionnée. Alors Kira a lâché le morceau. « Si, regarde bien, une fabrique des possibles va s’installer… »

ambulot-428x60

Je n’ai pas osé rire. Ne souhaitant pas vexer mon tigre domestique, comme disait Hugo, pas plus que me montrer dubitatif sur la « marque » et le slogan l’accompagnant, symboles du plan de marketing territorial détaillé en début de semaine par le président du conseil départemental Serge Rigal :« Lot, la fabrique des possibles ». Un plan qui a vocation à contrarier la démographie vieillissante du Lot, en attirant des cadres, des repreneurs d’entreprises, ou en retenant les jeunes diplômés. Entre autres.  C’était donc cela, cette « fabrique des possibles ». Tenter de convaincre, qu’ici, en Quercy, le possible est à portée de main. Ou autrement dit qu’impossible n’est pas lotois. Rien à voir, encore, avec une nouvelle PME. Kira avait été prise au piège des mots. Bref. C’est une belle bataille qui s’engage-là, sauf que la moitié au moins des départements de France a le même dessein. Il va falloir se retrousser les manches. Cela étant, cette expression, « fabrique des possibles », à la connotation vaguement soixante-huitarde, a continué à me trotter dans la tête. Comme si elle était entrée en résonance avec d’autres mots lus ailleurs. Et bingo.

article

J’ai fini par trouver où et comment. Et il y a encore un aspect très lotois là-dedans. Voilà la phrase que j’ai retrouvée, signée Marguerite Bonnet, qui a dirigé l’édition des œuvres d’André Breton dans la Pléiade. « L’aspiration résolue à faire advenir le possible aux dépens du probable, qui définit le surréalisme de Breton, passe par les chemins de la poésie, de la liberté et de l’amour. »  La boucle est bouclée. La « fabrique des possibles » doit aussi passer par les chemins de la poésie, de la liberté et de l’amour que le poète savait aussi emprunter quand il séjournait jadis à Saint-Cirq-Lapopie et au détour desquels, ravi comme un enfant, il aimait tant ramasser une pierre polie par l’eau du fleuve, un simple caillou chauffé par le soleil sur le causse ou un papillon égaré dans par un beau matin d’août. »

300x38

1ff9a5f8300f270ab327871e79b7a46e

Récemment Publié

»

Rugby : Luzech face au leader 

Montredon débarque à la douve. L’USL reçoit le leader de la ...

»

RN 46 : Emmanuel Crenne passe le relais à Bruno Lervoire

Il reste Conseiller régional. « Je pars pour des raisons ...

»

Rugby : Gros match pour le COC à Capdenac

Les Castelnaudais sont motivés. « C’est l’un des matchs les ...

»

Cahors : Ciné-conférence au Quercy autour de « 16 levers de soleil »

L’aventure de Thomas Pesquet et les risques médicaux liés aux ...

»

Rugby : Le GSF en mode guerrier à Uzerche

Les Rouge et noir se déplacent en Corrèze ce dimanche. « On sait ...

»

Gorses : Jean-Paul Gouzou condamné à 25 ans de prison

Le verdict a été rendu ce vendredi 18 janvier. Un homme de 69 ans ...

»

Souillac : Emmanuel Macron, « pragmatique » et « sans tabou »

Le président de la République a échangé pendant 7 heures avec les ...

»

Sibelle et les billes de Saint-Sozy 

Chaque samedi, l’actualité lotoise vue par Philippe Mellet et ...

»

« Rencontre constructive » entre JA et FDSEA du Lot et le ministre de l’agriculture

La rencontre a eu lieu ce vendredi à Cahors. « Concrétiser les ...

Menu Medialot